Espace pour mieux Chercher

mon billet de ce jour adressé au sennors en ce mardi 3 octobre 2017

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc 9. 51-56

Comme le temps approchait où Jésus allait être enlevé de ce monde, il prit avec courage la route de Jérusalem. Il envoya des messagers devant lui ; ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de Samaritains pour préparer sa venue. Mais on refusa de le recevoir, parce qu'il se dirigeait vers Jérusalem. Devant ce refus, les disciples Jacques et Jean intervinrent : « Seigneur, veux-tu que nous ordonnions que le feu tombe du ciel pour les détruire ? » Mais Jésus se retourna et les interpella vivement. Et ils partirent pour un autre village.

 Aimer 7.jpg

                       

Parlons d’amour fou au sujet de Jésus. Cette folie explique peut-être son comportement. Nous avons du mal à comprendre la façon dont il se situe par rapport aux gens qu’il rencontre. Est-ce volontairement que Luc décrit ses attitudes un peu contradictoires ? Il envoie les uns devant lui et il invite les autres à se mettre derrière lui : « Suis-moi ! » En tout cas manifestement ses interlocuteurs ne comprennent pas ce qui le pousse à aller de l’avant. Ils sont pleins de bienveillance mais les convenances nous retiennent. Le souci de la famille est plus important que le souci de Jésus. Oui, Jésus est un peu fou. Mais nous pouvons comprendre cette folie. L'amour de Jésus est amour de son Père et de l'humanité toute entière.

Par nous-mêmes, nous pouvons avoir l’intuition d’un monde qui nous dépasse. Mais cet univers en cache un autre. L’amour fou que Dieu porte à chacun nous échapperait totalement s’il ne s’était manifesté dans notre monde en Jésus. Certes, marchant vers Jérusalem, il fait connaître son Père. Mais il révèle aussi ce qui est au cœur de tout homme mais qu’on réussit à occulter. Certains chrétiens l’ont compris : Charles de Foucauld, après sa conversion, prenait conscience qu’il avait été touché au plus profond de lui-même. Percevant en lui la force de Dieu, il voulait « aller jusqu’au bout du monde ». Nous pouvons nous rappeler le songe d'un chrétien qui n’était peut-être pas un saint mais qui, par instants, a eu cette intuition qu’il était traversé par une présence qui le dépassait. Julien Green écrivait, en effet : " Le plus grand explorateur sur cette terre ne fait pas d’aussi longs voyages que celui qui descend au fond de son cœur et se penche sur les abîmes où la face de Dieu se mire parmi les étoiles. "

Mais notre vie est à la fois monotone et tragique. « Metro – boulot – dodo » : nous pouvons regretter que cette formule ne soit plus vraie que pour quelques-uns, tant le chômage fait de victimes. La peur nous habite. La vie est plus grise que jamais, grise comme un ciel pluvieux qui cache les étoiles. Comment retrouver ce que cache cette grisaille ? Qui saura réveiller les forces qui animaient Jésus et que Jésus aurait voulu voir se déployer chez ceux qu’il côtoyait ? Elles sont présentes au cœur de l’humanité comme un feu qui couve sous la cendre, prêtes à se rallumer pour éclairer la vie.

Nous prions en communion les uns avec les autres. Philippe et Michel ont besoin de vous.

Michel GUERRE le 3 octobre 2017.

Aimer 9.jpg

 



03/10/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi