Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIORS EN CE 11 JANVIER 2017

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 1,29-39.

En ce temps-là, aussitôt sortis de la synagogue de Capharnaüm, Jésus et ses disciples allèrent, avec Jacques et Jean, dans la maison de Simon et d’André. Or, la belle-mère de Simon était au lit, elle avait de la fièvre. Aussitôt, on parla à Jésus de la malade.

Jésus s’approcha, la saisit par la main et la fit lever. La fièvre la quitta, et elle les servait.

Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous ceux qui étaient atteints d’un mal ou possédés par des démons. La ville entière se pressait à la porte. Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies, et il expulsa beaucoup de démons ; il empêchait les démons de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était.

Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait.

Simon et ceux qui étaient avec lui partirent à sa recherche.
Ils le trouvent et lui disent : « Tout le monde te cherche. »
Jésus leur dit : « Allons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame l’Évangile ; car c’est pour cela que je suis sorti. »
Et il parcourut toute la Galilée, proclamant l’Évangile dans leurs synagogues, et expulsant les démons.

Jésus guérit les malades 2.jpg
                       

"Portons notre regard sur toi, Jésus et faisons de même"

 

1-Ton quotidien, Jésus

Regardons ce quotidien. Il est allé à la synagogue, il est invité dans une maison. C’est celle de Simon et André, les 2 frères qu’il a appelés au bord du lac. Une maison où vivent plusieurs générations : des couples, des enfants, des grands-parents : on nomme la belle-mère de Pierre.

Nous regardons cette scène dans laquelle tu sembles très à l'aise. Ce quotidien de ta vie devrait être aussi le nôtre dans nos rencontres avec les autres.  C’est là que tu te trouves en relation avec les plus petits, les malades et les plus fragiles. Ne te cherchons pas ailleurs que dans notre propre quotidien.

2-Une femme malade relevée par toi, Jésus, que tu nous invites à voir en regardant les trois gestes que tu fais et à faire de même : Tu t'approches de cette femme, tu la réveilles et tu lui saisis la main. ! Et nous pouvons goûter à la délicatesse de tes gestes et faire ce que tu fais.

Comme pour cette femme, tu ne veux pas que ceux que nous croisons soient semblables à des personnes couchées et immobilisées qui sentent déjà la mort. Tu les veux relevées et debout. Tu veux cela pour nous, car nous sommes sollicités pour servir, non seulement les repas, ce qui est le service de la diaconie que ton Eglise tarde à retrouver, mais nous devons servir ta Parole, et la Bonne Nouvelle de ta Résurrection, comme les femmes le firent.

3- Quand le soir arrive, tu guéris.

Comme cette femme qui s’est mise au service, Jésus, tu te mets au service de tous ces gens qui t'apportent leurs maladies. Tu es contagieux de ta sainteté et de ta vie spirituelle, c’est pourquoi tu peux guérir. Et c'est cela que tu nous demandes de partager.  

4-Pas de parole sans agir.

Tu ne laisses pas parler ceux et celles qui divisent les autres. car ils savent qui tu es. Pourquoi imposer ce silence ? Parce que leur savoir est un refus. Ils savent mais ils rejettent, agissent contre.

Leur savoir est faux. Le vrai savoir est un engagement à le vivre, en veillant à ne pas parler à tort et à travers. C'est le chemin que tu nous proposes. 

5-Jésus, tu te retires pour prier.

Il nous est bon de te regarder prier. Tu prends ces moments de solitude, ces moments qui sont les tiens, pour te « retrouver », pour te « recentrer », pour ouvrir un espace de réflexion, de contemplation. C’est un besoin, c’est un droit, c’est une nécessité vitale pour toi, Jésus, pour chacun de nous.

6-Jésus, tu élargis l’espace de te tes relations et tu nous invites à faire de même."Allons ailleurs, c’est pour cela que je suis sorti." Telle est la réponse que tu fais à tes amis qui te cherchent.

Entendre ton désir, Jésus, d’aller ailleurs et d’élargir le champ de ta vie : partant de Capharnaüm, tu vas parcourir la Galilée ; c’est le début d’un décloisonnement qui, avec la Pentecôte, ira jusqu’au monde entier.

Jésus, tu nous fais sortir de tout particularisme. Tu commences à briser les barrières d’une religion ethnique, cloisonnée et nationaliste. Allons ailleurs, sortons avec toi, Seigneur Jésus.

Michel GUERRE le 11 janvier 2017

Jésus guérit 5.jpg



11/01/2017
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi