Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIORS EN CE 12 JANVIER 2017

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 1,40-45.

En ce temps-là, un lépreux vint auprès de Jésus ; il le supplia et, tombant à ses genoux, lui dit : « Si tu le veux, tu peux me purifier. »
Saisi de compassion, Jésus étendit la main, le toucha et lui dit : « Je le veux, sois purifié. »

À l’instant même, la lèpre le quitta et il fut purifié.

Avec fermeté, Jésus le renvoya aussitôt en lui disant : « Attention, ne dis rien à personne, mais va te montrer au prêtre, et donne pour ta purification ce que Moïse a prescrit dans la Loi : cela sera pour les gens un témoignage. »

Une fois parti, cet homme se mit à proclamer et à répandre la nouvelle, de sorte que Jésus ne pouvait plus entrer ouvertement dans une ville, mais restait à l’écart, dans des endroits déserts. De partout cependant on venait à lui.

 Guérison d'un lépreux 1.jpg
                     

"Je le veux, sois purifié"

Seigneur Jésus, dans notre société, nous sommes habitués à recevoir un "merci" disant la reconnaissance du cadeau effectué.

Cette attitude est normale et fait partie de la simple politesse. Nous cherchons très souvent la parole prononcée qui reconnaît le bienfait accordé.

Tu n'es pas avare d'une reconnaissance et d'une vraie parole pour signifier ton émerveillement devant celui ou celle qui manifeste une confiance.

Mais, dans le cas de cette lèpre que tu guéris en chacun d'entre nous, tu n'attends pas ce "merci", cette reconnaissance. Cette lèpre, qui sépare et provoque l'éloignement des autres, est pourtant si pesante à porter que nous osons cette parole : "Si tu le veux, tu peux me purifier."

Cette lèpre est liée à ce que nous ressentons comme de plus méprisable : les paroles blessantes, un visage fermé, un égoïsme qui écrase. Nous voici isolés par ce tempérament que nous avons du mal à maîtriser.

Et tombant à genoux, nous te disons encore :"Seigneur, si tu le veux, tu peux me purifier. Tu peux me redonner un aimable visage, me permettre de ne plus blesser, de ne pas tout enfermer par ce "moi" qui prend toute la place et me coupe des autres."

Saisi de compassion, tu étends la main, et tu nous touches au cœur en disant simplement : "Je le veux, sois purifié."

Et cette lèpre nous quitte et nous voilà réintégrés dans cette société.

A l'inverse de ce que nous sommes, tu n'attends pas de "merci", et d'une façon ferme, tu nous renvoies en nous demandant de ne rien dire.

Le geste que tu fais, par le cadeau que tu nous donnes, est toute gratuité.

Tu demandes simplement de porter témoignage en donnant gratuitement.

Notre joie est trop grande pour ne pas la proclamer, et nous ne mesurons pas que nous créons ce retournement qui t'oblige, à ton tour, à rester à l'écart, pour ne pas être pris pour ce que tu n'es pas. Tu n'es pas un guérisseur, tu es tout simplement celui qui aime en toute gratuité.

Du reste, tu n'as pas dit : "Je le veux, sois guéri "

Est-ce à dire que nous croyons à ta Parole qui purifie et ne guérit pas magiquement ? C'est à chacun de répondre. Tu nous laves intérieurement et nous délivres de nos cibles manquées, y compris celles dont nous n'avons jamais conscience, mais c'est à chacun et chacune d'entre nous qu'il revient de prendre nos dispositions pour guérir.

La mort peut devenir un espace de guérison, puisque nous croyons à ton Relèvement et qui sera le nôtre. Nous n'existerons plus, mais nous demeurerons éternellement comme tous ceux et celles qui nous ont quittés récemment : Michelle CHENAUD, Nathalie soeur de Sandrine GISCARD.

Michel GUERRE le 12 janvier 2017

Guérison d'un lépreux 2.jpg

 



12/01/2017
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi