Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIORS EN CE 17 OCTOBRE 2016

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,13-21.

En ce temps-là, du milieu de la foule, quelqu’un demanda à Jésus :

« Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. »

Jésus lui répondit : « Homme, qui donc m’a établi pour être votre juge ou l’arbitre de vos partages ? »

Puis, s’adressant à tous : « Gardez-vous bien de toute avidité, car la vie de quelqu’un, même dans l’abondance, ne dépend pas de ce qu’il possède.»
Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont le domaine avait bien rapporté.

Il se demandait : “Que vais-je faire ? Car je n’ai pas de place pour mettre ma récolte.”

Puis il se dit : “Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands et j’y mettrai tout mon blé et tous mes biens.
Alors je me dirai à moi-même : Te voilà donc avec de nombreux biens à ta disposition, pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.”

Mais Dieu lui dit : “Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ?”

Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. »

 Parabole homme riche 2.jpg
                     

"Passer de l'existence à la vie"

Seigneur Jésus, quand nous ne savons plus comment gérer nos relations, parce qu'elles sont devenues des propriétés qui ne produisent plus de liens, nous te prenons pour juge. Toi seul peux désormais rétablir, selon notre désir, ce que nous ne pouvons plus faire.

Et ta réponse est claire : "Je ne serai jamais le juge de vos partages qui ne sont devenus que des biens possédés, qu'on ne peut plus partager."

Tu profites de cette demande malsaine pour, dans une parabole, mettre le doigt sur le sens de la VIE qui s'ouvre sur un autre, qui est aussi le Tout Autre.

Nous voila avertis : "Notre vie ne peut dépendre de ce que nous avons amassé, ni de ce que nous faisons pour rester dans l'abondance, sans jamais le partager."

Et c'est ainsi que gérant nos relations comme des biens dont nous sommes propriétaires, entassant les personnes comme des choses dans le vaste grenier d'un cœur bien cadenassé, nous pensons pouvoir nous reposer sur nos lauriers. Nous avons engrangé toutes ces relations pour nous-mêmes, et nous n'avons plus pensé qu'on ne peut jamais les posséder. Nous pensions profiter de l'existence comme d'un "avoir", oubliant que c'est une manière d'être qui permet de vivre avec les autres, ceux qui ne bénéficient de rien.

Mais un cri retentit dans la nuit :" Tu vis sur cette terre avec ce que tu as, oubliant ce que tu ES. Toutes ces relations, celles que tu as amassées pour te faire honorer, à quoi te serviront-elles, qui donc va désormais en profiter ? Ton existence finira par s'ouvrir sur la VIE qui risque bien d'être un grand vide, puisque tu n'amasses que pour toi-même !

Il n'est jamais trop tard pour t'enrichir de relations qu'on ne possède pas et que l'on tisse chaque jour, dans la plus grande gratuité : des relations qui ne rapportent pas, mais qui deviennent des richesses en vue de Dieu, Celui qui est la Source de toutes nos relations."

Et c'est ainsi que la mort devient un grand tissu d'amour qui ne finit jamais, car il est UN ETERNEL PRESENT, AVEC TOI et avec les autres.

Merci, Seigneur, de nous apprendre le sens de l'existence qui s'ouvre sur la vie de ton Père, ici et maintenant.

Il importe de vivre nos relations autrement, de nous rependre en mains, afin que ce tissu d'amour prenne sa vraie dimension, celle que tu échanges avec ton Père, par le souffle de ton Esprit : des relations ouvertes sur Toi et sur les autres.

Michel GUERRE le 17 octobre 2017

Parabole homme riche 3.jpg



17/10/2016
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi