Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIORS EN CE 19 NOVEMBRE 2016

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 20,27-40.

En ce temps-là, quelques sadducéens – ceux qui soutiennent qu’il n’y a pas de résurrection – s’approchèrent de Jésus et l’interrogèrent : « Maître, Moïse nous a prescrit : ‘Si un homme a un frère qui meurt en laissant une épouse mais pas d’enfant, il doit épouser la veuve pour susciter une descendance à son frère.’

Or, il y avait sept frères : le premier se maria et mourut sans enfant ; de même le deuxième, puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept : ils moururent sans laisser d’enfants.

Finalement la femme mourut aussi. Eh bien, à la résurrection, cette femme-là, duquel d’entre eux sera-t-elle l’épouse, puisque les sept l’ont eue pour épouse ? »

Jésus leur répondit : « Les enfants de ce monde prennent femme et mari.

Mais ceux qui ont été jugés dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection d’entre les morts ne prennent ni femme ni mari, car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont enfants de Dieu et enfants de la résurrection.

Que les morts ressuscitent, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur ‘le Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob.’

Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Tous, en effet, vivent pour lui. »

Alors certains scribes prirent la parole pour dire : « Maître, tu as bien parlé. »

Et ils n’osaient plus l’interroger sur quoi que ce soit.

Résurrection 2016 17.jpg
 

                       

"Une question à réfléchir"

Seigneur Jésus, les Sadducéens, en posant la question de "l'Après", dans un récit rocambolesque, cherchent à te mettre en difficultés.

Mais la question qu'ils posent, elle est aussi la nôtre que nous pourrions libeller autrement : "Que savons-nous de la mort? Que savons-nous de "l'Après" ?"

Ta réponse, au piège tendu par ceux qui ne croyaient pas à la résurrection, est pleine de finesse et repose sur une référence précise au Premier Testament.

Aucune description, mais simplement le fait qu'il n'est pas suffisant d'avoir une descendance pour survivre dans les siens.

Ici et maintenant, nous sommes tous appelés à vivre des changements dans nos relations, dans nos corps blessés, dans nos comportements. Quant à l'ultime mutation, faisant référence à tes paroles, elle ne conduit pas au néant mais nous rend "héritiers de la résurrection", de ce "Relèvement" qui nous fait contemporains de tous ceux et toutes celles que nous aimons pour les avoir connus, comme de tous ceux et celles qui font partie de ton "Royaume de relations". C'est faire acte de confiance que d'affirmer cela ! Ne cherchons pas de preuves, nous n'en trouverons pas ! Mais il y a ta Parole et ton "Relèvement", dont tu ne dis rien ici mais qui éclaire tout l'Evangile. Cela devrait nous suffire dans l'acte de confiance que tu nous invites à faire.

Il n'y a pas de bons catéchismes sans une référence première à ta Résurrection. Il n'y a de véritable catéchèse que si nous éclairons l'Evangile par ta mort et ta Résurrection.

Ta référence à Moïse et au buisson ardent vient compléter ta réponse. Les morts seront vivants car le "Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, n'est pas le Dieu des morts, mais celui des vivants."

Seigneur Jésus, il faut aimer la VIE pour ne jamais mourir. Il faut aimer la vie et nous relever en Dieu qui, dévoilé par toi, est pour nous, si nous le voulons bien, le Dieu VIVANT et le Dieu des "vivants" que nous sommes "ici et Maintenant", que nous serons éternellement.

CE chant, composé par Michel GUERRE il y a bien des années, veut exprimer ce cri pour tous les vivants :

JE NE VEUX PAS MOURIR…

1- Que c'est beau le soleil au matin quand il se lève, que c'est beau le soleil à midi quand il brille, que c'est beau le soleil quand le soir il décline, c'est par lui que tout change, c'est par lui que tout chante :

R/ Je ne veux pas mourir, c'est trop beau la vie, je ne veux pas mourir, j'aime trop la vie.

2- Que c'est beau un enfant quand il rit pour ne rien dire, que c'est beau un enfant quand il donne son sourire, que c'est beau un enfant, c'est la joie qu'il respire, c'est par lui que tout change, c'est par lui que tout chante : R/

3- Que c'est beau une fleur au matin quand elle s'éveille, que c'est beau une fleur à midi sous le soleil, que c'est beau une fleur dans le soir quand elle sommeille, c'est par elle que tout change, c'est par elle que tout chante : R/

4- Si c'est çà le Bon Dieu au matin quand je m'éveille, si c'est çà le Bon Dieu, un enfant dans le soleil, si c'est çà le Bon Dieu, une fleur qui se réveille, c'est par Lui que tout change, c'est par Lui que tout chante.

R/ Je ne peux pas mourir, c'est trop beau la VIE, je ne peux pas mourir, j'aime trop la vie, je ne peux pas mourir, car il EST LA VIE.

 

Seigneur Jésus, avec certains scribes de ton époque, ou certains écrivains de notre temps, nous prenons la parole pour te manifester notre confiance. Nous ne savons toujours rien sur le "comment" de "l'après", mais nous savons désormais que tu ES, et que nous sommes aussi. Et cela nous suffit

Michel GUERRE le 19 novembre 2016

Résurrection 2016 15.jpg



19/11/2016
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi