Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIORS EN CE 21 AVRIL 2017

Michel.jpg
                     

Salutation préalable :

Bonjour amis et amies du quotidien de Dieu, du quotidien de l'homme. Heureux de vous retrouver ce matin pour relire avec vous cette relecture de l'Evangile de ce jour.

Merci à tous ceux et celles qui, dans la journée d'hier, ont envoyé un signe, une parole, un commentaire.

Si vous avez des difficultés à nous rejoindre, vous pouvez taper dans la barre de navigation de votre serveur : epmc.blog4ever.com et ouvrir la rubrique avec le même libellé epmc.blog4ever.com

Je vous assure de ma fidélité,

Michel GUERRE le 21 avril 2017

Pêche miraculeuse 2016  1.jpg

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 21,1-14.

En ce temps-là, Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade, et voici comment.

Il y avait là, ensemble, Simon-Pierre, avec Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), Nathanaël, de Cana de Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres de ses disciples.

Simon-Pierre leur dit : « Je m’en vais à la pêche. » Ils lui répondent : « Nous aussi, nous allons avec toi. » Ils partirent et montèrent dans la barque ; or, cette nuit-là, ils ne prirent rien.

Au lever du jour, Jésus se tenait sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c’était lui.

Jésus leur dit : « Les enfants, auriez-vous quelque chose à manger ? » Ils lui répondirent : « Non. »

Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n’arrivaient pas à le tirer, tellement il y avait de poissons.

Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur ! »

Quand Simon-Pierre entendit que c’était le Seigneur, il passa un vêtement, car il n’avait rien sur lui, et il se jeta à l’eau.

Les autres disciples arrivèrent en barque, traînant le filet plein de poissons ; la terre n’était qu’à une centaine de mètres.

Une fois descendus à terre, ils aperçoivent, disposé là, un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain.

Jésus leur dit : « Apportez donc de ces poissons que vous venez de prendre. »
Simon-Pierre remonta et tira jusqu’à terre le filet plein de gros poissons : il y en avait cent cinquante-trois. Et, malgré cette quantité, le filet ne s’était pas déchiré.

Jésus leur dit alors : « Venez manger. » Aucun des disciples n’osait lui demander : « Qui es-tu ? » Ils savaient que c’était le Seigneur.

Jésus s’approche ; il prend le pain et le leur donne ; et de même pour le poisson.
C’était la troisième fois que Jésus ressuscité d’entre les morts se manifestait à ses disciples.

Pécheurs d'hommes 2017 2.jpg

Relecture de Jean 21, 1- 14

« Pêcher la VIE »

Et voilà que, à nouveau, Jésus se manifeste à nous, ses compagnons, au bord de ce passage qu’il faudra bien traverser dans une mutation nouvelle.

Nous étions là, avec l’entraîneur, le roc dont les aspérités étaient douces, celui que nous considérions comme le serviteur des relations à vivre entre compagnons. Pour nous inviter à sortir de notre torpeur, il prend la parole et dit : « Je vais pêcher ». Une manière de nous inciter à partir avec lui pour continuer à vivre. Nous ne résistons pas à cet appel et, sortant de nous-mêmes, nous voilà embarqués avec lui dans la nuit de nos doutes et de nos questions : Mais on ne prend pas la vie dans ces conditions !

Au matin, en cet espace du temps pour un relèvement, Jésus est là, sur l’autre rive. Mais comment le reconnaître dans ce brouillard de nos vies ? Avec douceur, comme une brise légère, nous l’entendons murmurer avec cette familière tendresse : « Les enfants, passés par les profondeurs, avez-vous saisi la vie ? » Un « non ! » désespéré surgit d’une manière commune. Il nous invite alors à nous avancer dans la vie, à nous embarquer sans crainte. Et notre surprise est grande de découvrir en nous ces richesses insoupçonnées, si nombreuses en nos vies que nous ne pouvons les nommer. Surgit alors cette parole bien-aimée dans laquelle chacun, autour du compagnon premier, se reconnaît : « C’est lui, le VIVANT ! ». Et le compagnon premier, en s’habillant le cœur, rejoint la vie en traversant la mort. Et pendant ce temps là, nous tentons, nous aussi, la traversée, portant au cœur ces richesses que nous ne pouvons compter.

Sur la terre retrouvée, espace de notre renaissance où les pieds sont bien plantés, nous voyons « le VIVANT » se dévoilant dans le buisson ardent qui résonne toujours de cette impérissable parole signifiée dans le « JE SUIS ». Le pain et le poisson, signes de sa présence sont déjà disposés. Il nous convie alors à déposer nos richesses du cœur, le produit de nos vies. Le compagnon premier retourne en assemblée et ramène avec lui cette universelle humanité. Et Jésus nous invite à partager ce repas de l’amour où il est reconnu sans devoir le nommer. La Pâque est ainsi célébrée dans cette eucharistie, geste de reconnaissance qui donne à voir, dans les relations vécues, le « Relevé d’entre les morts ». Il nous envoie encore pêcher LA VIE !

Michel GUERRE le 21 avril 2017

Pécheurs d'hommes 2017 1.jpg



21/04/2017
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi