Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIORS EN CE 22 NOVEMBRE 2016

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 21,5-11.

En ce temps-là, comme certains parlaient du Temple, des belles pierres et des ex-voto qui le décoraient, Jésus leur déclara : « Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. »

Ils lui demandèrent : « Maître, quand cela arrivera-t-il ? Et quel sera le signe que cela est sur le point d’arriver ? »

Jésus répondit : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom, et diront : “C’est moi”, ou encore : “Le moment est tout proche.” Ne marchez pas derrière eux !
Quand vous entendrez parler de guerres et de désordres, ne soyez pas terrifiés : il faut que cela arrive d’abord, mais ce ne sera pas aussitôt la fin. »

Alors Jésus ajouta : « On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume.

Il y aura de grands tremblements de terre et, en divers lieux, des famines et des épidémies ; des phénomènes effrayants surviendront, et de grands signes venus du ciel. »

 Jésus et le Temple 36.jpg
                     

"Mais qui donc remplacera le Temple détruit ?"

1) Un préalable pour situer cet évènement dans l'histoire :

De ton temps, seigneur Jésus, le temple n’était pas encore complètement fini. Les travaux avaient été commencés 46 ans plus tôt (Jean 2,20) par Hérode le Grand qui, même à l’échelle de l’empire romain, était un grand constructeur. On peut encore voir un mur, le mur de l’ouest où les Juifs vont prier, qui soutenait l’esplanade sur laquelle était bâti le temple. Les pierres de ce mur nous font soupçonner ce que pouvait être les portiques et le sanctuaire. Parfaitement rectangulaires et polies, avec une lisière légèrement encavée comme bordure, elles pèsent au minimum 2 tonnes mais des pierres angulaires qui forment les coins vont jusqu’à 50 tonnes.

Quelle peut être la réaction de tes disciples quand tu leur déclare que, de cette construction qu’ils admirent, il ne restera pas pierre sur pierre ? Ils pensent certainement à la fin du monde. On en parle et on écrit beaucoup sur cette fin du monde de ton temps, seigneur Jésus. Il y a, dans la Bible, la conviction que Dieu conduit l’histoire vers un but bien précis où le monde ancien, le nôtre, sera remplacé par le Monde nouveau. Pour redonner du courage à ceux qui souffrent de la présence du mal, la littérature apocalyptique, abondante en ton temps, donne des images symboliques de cette fin pour essayer d’en transmettre l’importance. C’est ce que tu fais, Jésus, au moment où tu parles de La Fin : des guerres, des tremblements de terre, des épidémies, des famines et surtout des signes dans le ciel comme les astres qui se décrochent de la voûte céleste. Mais ce ne sont pas des informations photographiques et tu les a avertis : "si vous voyez des guerres n’allez pas croire que La Fin est proche. Surtout n’allez pas croire ceux qui disent que le moment est arrivé."

Ainsi la destruction du temple sera une fin : ce sera la fin du culte de l’Ancien Testament. Ce ne sera pas la Fin du monde. Et dans le verset qui suit immédiatement notre texte, Seigneur Jésus, tu reviens sur l’avertissement qu’il faut conserver la vigilance et la persévérance : "Mais avant tout cela, on portera la main sur vous et on vous persécutera ... à cause de mon Nom. Ce sera pour vous l’occasion de rendre témoignage. " (Luc 21,12-13)

(Relecture revue par Michel GUERRE à partir de sources diverses)

Jésus et le Temple 37.png

2) Relecture de cette Parole de Dieu pour aujourd'hui :

"Seigneur Jésus, comment, à la manière de tes compagnons, ne pas être en admiration devant des œuvres d'hommes qui construisirent des édifices, des "Eglises", et dont nous pouvons contempler la beauté ?

Tu sembles assez d'accord dans ta première réponse : "Ce que vous contemplez…" On contemple le beau, on ne contemple pas la laideur ! Et pourtant, tu fais une mise en garde : « Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n'en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. »

Quand les années s'accumulent, que l'on arrive à un certain âge, la tentation est grande de se retourner sur un passé qui pourtant n'est déjà plus. Il n'est pas interdit d'admirer ce que nous avons fait de tout ce temps de vie. Mais tu nous avertis en nous faisant savoir que tout cela est éphémère et qu'il ne restera rien de ce que nos mains ont construit.

Tu ne nies pas la beauté de ce que nous avons fait, mais tu nous fais toucher du doigt une fragilité qui ouvre sur une réalité plus solide.

Et c'est alors que la peur peut s'emparer de nous, au point de voir le pire, en demandant le moment et le signe de ce qui nous attend.

En observant de plus près, en nous et autour de nous, nous voyons bien les déchirures dans nos vies, comme chez ceux qui nous ont précédés. Nous ne sommes pas naïfs au point de croire que tout va bien : il y a tant de combats qui, par-delà les apparences, détruisent nos relations, il y a tant de nations qui s'élèvent contre d'autres nations.

Mais tu nous mets en garde contre un pessimisme destructeur. Tu nous demandes de ne pas nous laisser égarer par notre imaginaire ou ceux et celles qui manient si facilement la peur.

Devant les évènements destructeurs, tu nous invites à l'apaisement. Il est normal que de telles choses se produisent, mais l'accomplissement que tu promets est une fin qui s'ouvre à tout jamais sur un autre Avenir.

Quand une maman, en phase d'accouchement, ressent ces douleurs qui la secouent avec violence, elle sait bien que ce n'est pas la fin, mais bien le commencement d'un avenir qui s'ouvre pour demain.

Et pour que nous gardions l'Espérance, tu ne crains pas d'énumérer ce dont nous sommes témoins : tremblements de terre, famines, épidémies.

Nous connaissons bien ces faits qui terrifient, c'est à nous de savoir ce que nous pouvons faire pour ceux qui en sont victimes.

L'espérance ne consiste pas à rester le nez en l'air, attendant que cela se termine. Tu nous invites à nous prendre par la main afin de voir ensemble comment nous pouvons nous mettre à l'œuvre pour rétablir la paix, refaire des relations, lutter et découvrir des solutions pour éloigner les épidémies, pour mieux se protéger d'une terre qui vibre.

C'est alors qu'au milieu de ces faits terrifiants, nous deviendrons capables de lire dans le ciel, espace de relations nouvelles, tes signes d'espérance.

Et nous pourrons devenir des "témoins" pour déclarer que c'est la fin d'un monde qui ouvre sur un monde nouveau.

Le Temple sera détruit, Seigneur, mais tu es le Temple par ton "Relèvement". Et nous sommes appelés à devenir aussi le Temple de ta Présence.

Michel GUERRE le 22 novembre 2016

Jésus et le temple 38.jpg



22/11/2016
15 Poster un commentaire

A découvrir aussi