Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIORS EN CE 24 OCTOBRE 2016

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 13,10-17.

En ce temps-là, Jésus était en train d’enseigner dans une synagogue, le jour du sabbat.

Voici qu’il y avait là une femme, possédée par un esprit qui la rendait infirme depuis dix-huit ans ; elle était toute courbée et absolument incapable de se redresser.

Quand Jésus la vit, il l’interpella et lui dit : « Femme, te voici délivrée de ton infirmité. »

Et il lui imposa les mains. À l’instant même elle redevint droite et rendait gloire à Dieu.

Alors le chef de la synagogue, indigné de voir Jésus faire une guérison le jour du sabbat, prit la parole et dit à la foule : « Il y a six jours pour travailler ; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat. »

Le Seigneur lui répliqua : « Hypocrites ! Chacun de vous, le jour du sabbat, ne détache-t-il pas de la mangeoire son bœuf ou son âne pour le mener boire ?

Alors cette femme, une fille d’Abraham, que Satan avait liée voici dix-huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de ce lien le jour du sabbat ? »

À ces paroles de Jésus, tous ses adversaires furent remplis de honte, et toute la foule était dans la joie à cause de toutes les actions éclatantes qu’il faisait.

 Femme courbée 16.jpg
                     

" Jésus redresse les cibles manquées de tous les accablés"

Seigneur Jésus, c'est tous les jours que nous pouvons entendre ta Parole dans nos espaces de prière.

Les jours privilégiés sont ceux de nos dimanches où ta Parole est proclamée pour délivrer nos vies de nos enfermements.

Il arrive en effet que nous nous enfermions ou que nous soyons enfermés : la maladie, la mort d'un proche, tous les ennuis accumulés nous font courber l'échine et nous devenons incapables de nous redresser.

Alors, Seigneur, tu nous regardes avec tendresse, comme si tu ne supportais pas de voir des hommes, des femmes et des enfants qui ne peuvent plus vivre, faute de pouvoir se redresser.

Et tu nous interpelles pour nous dire cette Bonne Nouvelle : "Vous voilà délivrés de vos enfermements." Pas de jugement porté, pas de reproches faits, simplement une Parole dite avec autorité.

Et comme si nous ne pouvions encore nous déplacer, c'est toi qui viens vers nous pour nous imposer les mains. Ce geste nous relie à tous ceux et celles qui nous ont précédés, y compris les anciens du Premier Testament. Et voilà que tu reprends à ton compte ce geste de "l'imposition des mains", le rendant efficace en chaque sacrement : Baptême, Eucharistie, Confirmation, réconciliation, ordination, mariage, onction pour les malades, Sans oublier le Sacrement du Frère, ce service rendu au soir du Jeudi saint.

Tu es disponible chaque jour et à chaque instant, y compris en ce jour consacré au repos.

Certains ne se privent pas de te faire reproche d'accueillir ce jour-là les exclus et les rejetés de la société, ceux et celles qui n'ont pas le droit de partager nos assemblées dominicales.

Ta réponse ne se fait pas attendre pour faire valoir que ce jour du repos n'est pas un empêchement pour nourrir les chats et les chiens de compagnie.

Seigneur Jésus, malgré les quolibets, tu es là, ce jour même qui est consacré à Dieu, pour remettre debout et délivrer ceux qui se sont laissés enfermer, se trouvant ligotés par un plus "malin" qu'eux.

Mais les "malins" ne sont pas tes ennemis, ils se définissent comme "adversaires", ceux qui se complaisent dans l'adversité et se moquent des autres.

Les voilà remplis de honte, tandis que notre joie est grande d'avoir en toi celui qui redresse ceux et celles qui ont manqué la cible de ton Amour Infini.

Merci à toi, Seigneur Jésus, tu redresses les torts de tous les accablés.

Michel GUERRE le 24 octobre 2016

Femme courbée 19.jpg



24/10/2016
15 Poster un commentaire

A découvrir aussi