Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIORS EN CE 25 F2VRIER 2017

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 10,13-16.

En ce temps-là, des gens présentaient à Jésus des enfants pour qu’il pose la main sur eux ; mais les disciples les écartèrent vivement.

Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit : « Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.

Amen, je vous le dis : celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas. »

Il les embrassait et les bénissait en leur imposant les mains.

Jésus et les enfants 19.jpg
                       

"Il ne s'agit pas de retomber en enfance mais d'être en relation avec toi et avec les autres dans une Eglise ouverte"

Seigneur Jésus, nous savons bien que de ton temps les enfants étaient perçus comme négligeables. Ils n'étaient pas encore assez grands pour t'être présentés afin que tu les bénisses en les comblant de tes bienfaits.

C'est alors que tes compagnons, respectant les coutumes de ton époque, les éloignent de toi avec vivacité.

Mais, aujourd'hui, Seigneur, les choses sont-elles vraiment changées à l'égard des enfants ?

Certes, il y a bien "les enfants rois" que les adultes protègent et montent au pinacle. Mais c'est davantage pour eux-mêmes que pour les enfants ainsi fabriqués comme des marionnettes que l'on peut donner en spectacle. Sont-ils vraiment des enfants ou des adultes confectionnés sur mesure au bon vouloir de leurs parents et d'une société qui les entoure ? Ceux-là, à notre goût, n'ont besoin de personne, et il ne convient pas de te les présenter.

Nous commettons l'erreur de les faire grandir sans toi, car c'est de nous qu'il s'agit, de notre situation dans la vie. Et nous pouvons bien nous passer de toi pour vivre pleinement. Mais nous avons oublié qu'il n'y a pas de frontière entre l'enfant qui est en nous et ce que nous sommes. Qu'avons-nous fait de cet enfant qui est en chacun de nous ?

Il y a aussi ceux et celles qui sont inlassablement mis de côté, car ils sont trop petits et font bien trop de bruit dans une société qui ne tolère que les grands. Les petits, les sans-grades sont toujours écartés, ils n'ont pas le droit à la parole.

Un rappel de ton serviteur, le Pape François, le rappelle clairement aux chrétiens :

Il nous rappelle que les chrétiens qui demandent à enter, ne doivent jamais trouver les portes fermées. Il demande à ce que les Églises ne soient pas des bureaux où présenter des documents et de la paperasse quand on demande d’entrer dans la grâce de Dieu. « Nous ne devons pas instituer le huitième sacrement, celui de la douane pastorale ! ». Le Pape a aussi rappelé les reproches adressés par Jésus aux disciples qui voulaient éloigner de lui les enfants que les gens apportaient pour demander une caresse. Les disciples proposaient « une bénédiction générale et puis tout le monde dehors ». Ces paroles sont le contraire de ce que nous dit l’Évangile. Jésus a bien dit cette parole qui ne ressemble pas à la nôtre : « Laissez-les venir à moi, ne le leur empêchez pas. C’est à eux en effet qu’appartient le Royaume de Dieu ».

"La foi que nous cherchons est simple et nous devons la trouver toujours parce que le Saint-Esprit la suscite. Nous, nous devons la faciliter, la faire croître, l’aider à croître". C'est ce que nous rappelle encore ton Serviteur François.

Pour mieux expliquer ce qu'il veut nous dire, ton Serviteur a pris quelques exemples. Celui de deux fiancés qui veulent se marier et se présentent au secrétariat d’une paroisse. Au lieu de soutien ou de félicitations, ils s’entendent énumérer les frais de la cérémonie ou demander si leurs papiers sont en règle. Ainsi parfois, a rappelé François, ils « trouvent la porte fermée ». Un autre exemple lui vient à l'esprit : C'est le cas d’une fille-mère qui va à l’église, à la paroisse, demande de baptiser l’enfant qu'elle tient dans ses bras, en disant : "Je désire que mon enfant soit accompagné par un chrétien ou par une chrétienne». Le prêtre lui répond que ce n'est pas possible car elle n'est pas mariée.

«Jésus s’indigne quand il voit cela », a conclu ton serviteur en poursuivant par cette supplication : «Demandons au Seigneur que tous ceux qui s’approchent de l’Église trouvent les portes ouvertes pour rencontrer cet amour de Jésus ».

Et c'est sans doute la raison pour laquelle tu te fâches à l'égard de tes disciples, comme à notre égard, si notre attitude est celle du refus, comme nous l'avons vu précédemment.

Jésus, tu es un véritable éducateur, et ton autorité est une route ouverte pour mieux accompagner. Tu ne peux supporter que l'on tire sur la tête de quelqu'un pour le faire grandir. Tu ne supportes pas non plus que nous refusions l'accès de qui que ce soit auprès de toi.

Petit ou grand, l'enfant qui est en nous a besoin de cette filiation pour établir un règne de relations ; relation avec toi et relations avec le autres.

Tu ne nous demandes pas de retomber en enfance, mais simplement de ne pas mettre d'obstacles pour que grandisse notre confiance en toi et dans les autres.

Nous ne pouvons passer notre temps à choisir les paroles qui nous conviennent et celles que nous ne voulons pas entendre. Tes compagnons écartaient les enfants qui ne pouvaient, selon eux, comprendre tes paroles. ET nous nous écartons de toi quand nous ne supportons pas tes paroles qui ne nous conviennent pas.

Ne pas accueillir ce règne de relations avec la simplicité de l'enfant qui est en chacun de nous, c'est nous mettre en état de ne pouvoir entrer en ce "règne de relations" que ton Père a choisi d'établir pour nous aider à grandir avec toi et avec les autres.

C'est pourquoi, si nous te présentons l'enfant que nous sommes, dévoilant en chacun l'enfant qui grandit, tu nous prends tendrement dans tes bras, nous couvrant de bienfaits, et nous accueillant, au nom de ton Père, comme des "fils" que nous sommes devenus par l'imposition des mains.

Merci, Seigneur, pour les paroles de ce jour. Elles nous aident à grandir sans écraser les autres ; elles nous relient à toi, elles nous relient aux autres, que nous soyons des adultes ou encore des tout-petits.

Michel GUERRE le 25 février 2017

Jésus et les enfants 12.jpg



25/02/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi