Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIORS EN CE 27 JANVUER 2017

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 4,26-34.

En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence :
nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment.

D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi.
Et dès que le blé est mûr, il y met la faucille, puisque le temps de la moisson est arrivé. »

Il disait encore : « À quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ? Par quelle parabole pouvons-nous le représenter ?

Il est comme une graine de moutarde : quand on la sème en terre, elle est la plus petite de toutes les semences.

Mais quand on l’a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ; et elle étend de longues branches, si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre. »

Par de nombreuses paraboles semblables, Jésus leur annonçait la Parole, dans la mesure où ils étaient capables de l’entendre.

Il ne leur disait rien sans parabole, mais il expliquait tout à ses disciples en particulier.

Parabole du semeur 3.jpg
                       

 

 

 

"Un grand combat dans notre vie"

Dès notre naissance, Seigneur, nous sommes en nous-mêmes le théâtre d'un combat entre le bien et le mal, entre les virus qui nous attaquent et notre système immunitaire. Au niveau moral, des tentations nous sollicitent auxquelles nous résistons de notre mieux. Autour de nous, la haine et la violence livrent un combat de destruction contre les forces de stabilité et de paix. Une sorte de guerre universelle sévit partout, entre la haine et l'amour, entre la mort et la vie.

Seigneur Jésus, face à de nombreuses critiques contre la foi chrétienne, nous sommes parfois découragés dans la crainte d'être submergés. Comment répandre la Bonne Nouvelle jusqu'au bout du monde ?

Comme toi, Seigneur relevé d'entre les morts, tu nous le demandes.

Tes premiers disciples et les premiers chrétiens subissaient la même tentation de découragement.

Ils étaient peu nombreux, noyés et méprisés, sans prestige dans la masse du monde perverti de l'époque.

Pour contrer cette tentation de découragement, Seigneur Jésus, tu nous présentes deux paraboles.

Elles illustrent la puissance invisible de la croissance et de la vie. Le grain de blé jeté en terre ne semble donner aucune garantie pour notre avenir. Et ce geste peut nous paraître stupide.

Mais le grain de blé pousse de lui-même, jour et nuit, sans aucune intervention humaine.

Seigneur Jésus, nous ne pouvons qu'admirer ce mystère de la croissance, sans jamais pouvoir l'accélérer.

Un brin d'herbe qui apparaît dans une fissure du trottoir révèle la puissance de la vie qui surgit partout, même là où le béton s'y oppose et semble la comprimer. La patience et l'espérance débouchent sur la moisson.

Seigneur, nous avons souvent l'illusion enfantine que des interventions extérieures, des actes de puissance pourraient écraser le mal, pour permettre au bien de fleurir. Nous serions tellement heureux que la puissance de ton Père transforme le monde en un instant.

Mais un tel rêve ne serait qu'enfantin, car il n'atteindrait que l'extérieur de la réalité.

Mais, ton Père, Seigneur, est créateur et il intervient discrètement dans l'intérieur de notre vie.

La puissance de la vie qu'il suscite est invisible, mais rien ne lui résiste.

C'est ainsi qu'il nous faut comprendre les paraboles que tu nous donnes. Tout ton enseignement, Seigneur Jésus est une parabole pour la foule. Il y a une face visible et l'autre invisible qui correspond à ceux et celles qui veulent bien entendre.

Pour comprendre tes paraboles, Seigneur jésus, il faut être au diapason de ta Parole, sur la bonne longueur d'ondes.

Sans cette ouverture à ta parole nouvelle, tout devient énigmatique. Quand quelqu'un nous est antipathique, nous ne voyons que ses défauts. Il faut l'aimer pour le comprendre et l'apprécier. Il en est de même pour ton message, Seigneur Jésus, surtout lorsqu'il nous déconcerte. Au-delà de l'apparence, celui qui croit découvre la vérité, la lumière, qui projette ses rayons sur le chemin de la vie et du bonheur. C'est la pédagogie que tu as envers nous, Jésus, pour nous instruire comme tu l'as fait avec tes disciples.  Nous finirons par comprendre que ton Evangile est une puissance de lumière et de vie qui pousse en nous comme le grain de blé. Il peut transformer notre monde, mais ce n'est pas une force fulgurante qui bouscule tout et détruit tout pour recréer en un clin d'œil.

Pour un effet durable, il faut l'enracinement dans notre cœur. C'est par la patience et la persévérance que le grain de blé parvient à produire une gerbe.

Michel GUERRE le 27 janvier 2017

Parabole bon grain et ivraie 18.jpg



27/01/2017
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi