Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIORS EN CE 3 NOVEMBRE 2016

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 15,1-10.

En ce temps-là, les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter.
Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! »

Alors Jésus leur dit cette parabole : « Si l’un de vous a cent brebis et qu’il en perd une, n’abandonne-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve?
Quand il l’a retrouvée, il la prend sur ses épaules, tout joyeux,
et, de retour chez lui, il rassemble ses amis et ses voisins pour leur dire : “Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue !”

Je vous le dis : C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion. »

Ou encore, si une femme a dix pièces d’argent et qu’elle en perd une, ne va-t-elle pas allumer une lampe, balayer la maison, et chercher avec soin jusqu’à ce qu’elle la retrouve ?

Quand elle l’a retrouvée, elle rassemble ses amies et ses voisines pour leur dire : “Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé la pièce d’argent que j’avais perdue !”

Ainsi je vous le dis : Il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se convertit.

Brebis perdue et retrouvée 9.jpg
                       

" La joie du retrouver ceux qui sont partis ou qui ont été exclus"

Seigneur Jésus, Tu nous considères comme faisant partie de tes amis, bien que nous soyons regardés comme séparés des autres et montrés du doigt. Mais nous sommes présents pour t'écouter. Nous reconnaissons qu'il nous arrive souvent de manquer la cible dans nos relations. Mais, tu le sais, dans notre cœur, il n'y a qu'un seul désir, celui de remonter la pente.

Et puis il y a les autres qui sont là pour te faire des reproches : Certains se disent "séparés" d'une autre manière que la façon dont nous le sommes. Ils ne veulent pas être contaminés par un monde mauvais. Alors, ils s'abritent derrière leur savoir.

Et devant nous, qui sommes tes amis, ils te reprochent de faire un bon accueil à ces pestiférés que nous sommes à leurs yeux et de partager ton repas avec nous, en faisant acte sacrilège d'une communion en de mauvaises fréquentations.

Remarquons qu'ils s'en prennent à toi, Jésus, sans t'adresser la parole.   Cela nous arrive souvent. Or, ce n'est pas bon signe, de faire connaître ses reproches à tout le monde sauf à la personne concernée. C'est une délation que nous pratiquons parfois. Les évangiles nous aident à discerner ce type d'attitude et à en prendre acte.

Ne nous précipitons pas pour diviser le monde en deux : les bons et les mauvais. Chacun de nous est habité de ces deux attitudes.

Comme à ton habitude, devant les accusations formulées indirectement, tu réponds en paraboles.

a) "La brebis" égarée : Elle représente tous ceux et celles qui ont perdu leur place dans une société qui ne les reçoit plus. Pour toi, Seigneur, il y a une urgence, c'est de tout faire pour que ces gens reviennent et retrouvent une place dans un monde qui paraît ne pas se soucier d'eux.

Quand des gens sont perdus, quand d'autres sont exclus, il n'y a plus de peuple, plus de communauté, plus de famille, il n'y a plus d'Eglise.

C'est pourquoi tu nous invites à partir à la recherche de ceux et celles qui sont perdus ou bien se sont perdus. Ces fatigués de la vie, il faut parfois les ramener en les portant sur nos épaules afin de leur permettre de retrouver ceux qui formaient un peuple, une communauté, une famille, une Eglise ouverte à tous. Certains peuvent refuser de rentrer, mais nul n'a le droit de les empêcher de partager le repas avec toi.

Alors seulement la joie pourra se manifester pour ce" retournement" au milieu de nous qui pensions ne pas en avoir besoin.

Oui, Seigneur, ton espace de relations, ce ciel qui fait le trait d'union entre toi et le monde, est en fête afin de célébrer le retour de chacun, y compris de ceux qui croyaient ne pas avoir besoin de se retourner vers toi. Nous rassemblons nos amis et nos voisins afin de célébrer avec eux des retours inattendus. Quand l'un de nous se retourne vers toi, il y a plus de joie que pour ces personnes bien ajustées et qui semblent n'avoir besoin de personne.

Brebis perdue et retrouvée 7.jpg

b) La pièce perdue : Cette deuxième parabole vient compléter la première pour ceux et celles qui n'étaient pas à l'écoute.

Ici aussi, la communauté est brisée quand quelqu'un s'est perdu. Saurons-nous retrouver le goût de ne pas nous réjouir quand une personne de notre société, de notre peuple ou de notre famille s'est ainsi égarée ?

Ceux et celles qui sont partis chercher le trésor d'aimer, cet espace du cœur qui permet les rencontres, quand ils l'ont retrouvé, alertent les amis, les voisins afin de célébrer avec eux les retrouvailles pour reformer un peuple, une communauté, une famille.

Seigneur, merci de nous faire cette piqure de rappel en nous disant que le cœur de Dieu est dans la joie avec les messagers qui l'entourent pour célébrer le retour de ceux qui étaient perdus ou que l'on avait exclus.

Fais de nous des messagers de ta Bonne nouvelle : "Il y a toujours de la joie dans le cœur de Dieu pour celui ou celle qui remonte la pente afin de se mettre en communion d'amour avec les autres."

Michel GUERRE le 3 novembre 2016

Brebis perdue et retrouvée 1.jpg



03/11/2016
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi