Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIORS EN CE 7 FEVRIER 2017

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 7,1-13.

En ce temps-là, les pharisiens et quelques scribes, venus de Jérusalem, se réunissent auprès de Jésus, et voient quelques-uns de ses disciples prendre leur repas avec des mains impures, c’est-à-dire non lavées.
– Les pharisiens en effet, comme tous les Juifs, se lavent toujours soigneusement les mains avant de manger, par attachement à la tradition des anciens ; et au retour du marché, ils ne mangent pas avant de s’être aspergés d’eau, et ils sont attachés encore par tradition à beaucoup d’autres pratiques : lavage de coupes, de carafes et de plats.

Alors les pharisiens et les scribes demandèrent à Jésus : « Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens ? Ils prennent leurs repas avec des mains impures. »

 Jésus leur répondit : « Isaïe a bien prophétisé à votre sujet, hypocrites, ainsi qu’il est écrit : ‘Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi.

C’est en vain qu’ils me rendent un culte ; les doctrines qu’ils enseignent ne sont que des préceptes humains.’ Vous aussi, vous laissez de côté le commandement de Dieu, pour vous attacher à la tradition des hommes. »
Il leur disait encore : « Vous rejetez bel et bien le commandement de Dieu pour établir votre tradition.

En effet, Moïse a dit : ‘Honore ton père et ta mère.’ Et encore : ‘Celui qui maudit son père ou sa mère sera mis à mort.’

Mais vous, vous dites : Supposons qu’un homme déclare à son père ou à sa mère : “Les ressources qui m’auraient permis de t’aider sont ‘korbane’, c’est-à-dire don réservé à Dieu”, alors vous ne l’autorisez plus à faire quoi que ce soit pour son père ou sa mère ; vous annulez ainsi la parole de Dieu par la tradition que vous transmettez. Et vous faites beaucoup de choses du même genre. »

jésus et la loi 2016 8.jpg
                       

"A vouloir avoir les mains pures, le risque est grand de n'avoir plus de mains"

Seigneur Jésus, si tu t'adressais à nous aujourd'hui, tu prendrais sans doute d'autres exemples que ceux que ton évangéliste Marc nous rapporte.

Nous laver les mains avant de passer à table, n'est pas aujourd'hui une tradition religieuse, et encore moins un rite. C'est un acte d'hygiène élémentaire.

Mais nous comprenons que ce n'est pas le geste que tu récuses. Tu ne dis pas aux Pharisiens que ce n'est pas bien de se laver, mais tu rappelles que lorsque ce geste devient un absolu, il ne rend pas son poids d'amour à Dieu afin de l'honorer. Ce geste n'est qu'une prescription humaine. Si nous utilisons ce geste pour faire bien aux yeux des hommes, c'est pour notre propre gloriole.

Si nous ne sommes attachés qu'aux apparences, toi, Seigneur, tu regardes le cœur.

Tu ne condamnes pas et ne juges pas, car tu es avec nous. Ce que tu attends de chacun et chacune d'entre nous, c'est l'amour que nous mettons dans nos gestes, dans notre relation avec toi et nos proches, tous ceux et celles que nous croisons sur nos chemins.

C'est donc bien cet attachement sans mesure à la loi que tu ne veux pas. Tu nous apprends par ton comportement à ne pas nous attacher à la lettre. C'est l'esprit qui compte pour toi comme il doit aussi compter pour nous.

Avant de critiquer les autres sur leur comportement à l'égard de la loi, prenons quelques instants pour observer nos propres façons de faire et nous cesserons de ne faire que critiquer.

Quelle est ma manière d'observer les lois par rapport à toi, Seigneur Jésus ? Est-ce qu'elles me donnent bonne conscience en évitant de me poser des questions sur l'essentiel ? Une telle démarche appartient à chacun d'entre nous.

Le pays dans lequel nous vivons a créé un certain nombre de lois. Il suffit simplement d'être à l'écoute de ceux et celles qui se présentent à l'élection présidentielle pour vérifier que leurs propos rendent ces lois insignifiantes et font que les politiques agissent d'une manière malhonnête.

Quelle est notre attitude vis-à-vis de ces lois ? Est-ce qu'elles nous arrangent bien tout compte fait ? Est-ce que nous nous en arrangeons ? Ou bien, est-ce qu'elles nous dérangent ?

Dans peu de temps, nous entrerons en "cœur'aime". Et nous allons poser des gestes qui nous ferons paraître comme de bons chrétiens. Mais serons-nous pour autant en relation avec toi et avec les autres ? C'est la question essentielle que nous devons nous poser. L'essentiel n'est pas simplement dans le respect des traditions, mais sur la manière de grandir dans la confiance avec toi et avec les autres en progressant dans la petite fleur "espérance" qui nous ouvre sur une véritable manière de t'aimer en aimant les autres.

Michel GUERRE LE 7 Février 2017

Jésus et la loi 2016 6.jpg



07/02/2017
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi