Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIORS EN CE 7 JANVIER 2017

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 2,1-11.

En ce temps-là, il y eut un mariage à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au mariage avec ses disciples.
Or, on manqua de vin. La mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. »
Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. »

Sa mère dit à ceux qui servaient : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. »
Or, il y avait là six jarres de pierre pour les purifications rituelles des Juifs ; chacune contenait deux à trois mesures, (c’est-à-dire environ cent litres).
Jésus dit à ceux qui servaient : « Remplissez d’eau les jarres. » Et ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent.

Et celui-ci goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais ceux qui servaient le savaient bien, eux qui avaient puisé l’eau. Alors le maître du repas appelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. »

 Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

Noces de Cana 3.jpg
                       

"Un premier signe nous est donné" 

Or le troisième jour, celui où se renouent les relations, il y a fête dans notre vie, en ce lieu de notre cœur, espace des rencontres. Seigneur Jésus, ta mère, universelle accompagnatrice de tous ceux et celles qui sont prêts à laisser chanter la tendresse, Marie est là, comme une infinie présence, attentive et discrète. Toi aussi, Jésus, le fils bien-aimé, tu es invité avec tous ceux et celles qui, sur le chemin de la vie, t'accompagnent en se faisant compagnons des malades, de ceux qui souffrent et n'en finissent pas de crier leur souffrance.

En cet instant où se rassemblent les plus délaissés, la fête, tout à coup, semble s'en aller du cœur de chacun. Il n'est pas toujours facile de renouer des relations quand elles se brisent, que les visages changent, que les regards s'évitent afin de ne plus voir. En cet instant la fête est vide, et le vin vient à manquer.

C'est alors que Marie, celle qui seconde l'Essentiel, se tourne vers toi, Jésus, et vers nous aujourd'hui : "Ils n'ont plus de vin, la vie ne coule plus en eux, et leurs cœurs s'assombrissent." En toi, Jésus, jaillit la réponse qui trace un chemin autre : "Mais pourquoi s'inquiéter ? Il est long le parcours qui conduit à la croisée des chemins !"

Marie, Mère universelle de tous ceux et celles qui sont dans la détresse, servante du Seigneur, s'adresse aux serviteurs et aux servantes, ceux et celles qui sont capables de se donner : "Faites tout ce qu'il vous dira."

Il y a dans notre vie des jarres vides de tout, il y manque l'essentiel : le désir de se donner. Et c'est là l'essentiel qui est le tout de la vie, qui touche à l'Infini. Mais pour étancher la soif des chercheurs, il faut apprendre à s'habiller le cœur afin d'entrer dans ces relations nouvelles.

Seigneur Jésus, tu t'adresses à ceux qui, dans la nuit, tissent encore la confiance : "Remplissez d'eau ces jarres." Cette Parole résonne en nous comme un écho d'amour et de tendresse :"Dans ton angoisse, dans ta souffrance et ta détresse, reçois cette eau, elle te fera passer de la mort à la vie." Et les six jarres sont remplies jusqu'au bord. Seigneur Jésus, tu reprends la parole afin que personne ne soit oublié : "Maintenant, vous pouvez puiser en plongeant dans cette eau devenue signe de la Vie. N'oubliez pas le maître de vos repas partagés, et tous les invités, tous ceux et celles que vous rencontrerez."

Et voilà que chacun, le cœur tout habillé de tendresse, passé de l'ancien au nouveau, s'étonne de cette transformation opérée. La fête devient plus belle, plus belle que jamais : Une Alliance nouvelle, des relations renouées en cette humanité, tel est le premier signe que tu fais.

Nous voilà désormais porteurs de cette Alliance à vivre dans l'ordinaire des jours.

Laissons remplir nos jarres et créons des relations nouvelles avec ceux et celles qui souffrent dans leur corps, qui ont du mal à être.

Michel GUERRE le 7 janvier 2017

noces de cana 7.jpg



07/01/2017
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi