Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIORS EN CE 8 AVRIL 2017

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 8,1-11.

En ce temps-là, Jésus s’en alla au mont des Oliviers. Dès l’aurore, il retourna au Temple. Comme tout le peuple venait à lui, il s’assit et se mit à enseigner.

Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme qu’on avait surprise en situation d’adultère. Ils la mettent au milieu, et disent à Jésus : « Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère.

Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, que dis-tu ? »

Ils parlaient ainsi pour le mettre à l’épreuve, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus s’était baissé et, du doigt, il écrivait sur la terre.
Comme on persistait à l’interroger, il se redressa et leur dit : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre. » Il se baissa de nouveau et il écrivait sur la terre.

Eux, après avoir entendu cela, s’en allaient un par un, en commençant par les plus âgés. Jésus resta seul avec la femme toujours là au milieu.
Il se redressa et lui demanda : « Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ? »

Elle répondit : « Personne, Seigneur. » Et Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »

Femme adultère 4.jpg
                       

"Nous manquons tous la cible, et pourtant nous jugeons et condamnons les autres "

Comment ne pas être surpris par cette Parole d'évangile ?

La dénonciation de l'autre est si fréquente qu'elle nous paraît indispensable pour que Justice Règne. Alors, parés de notre science, celle qui est semblable aux vêtements portés par ceux qui font les lois ou ceux qui les rappellent, nous ne craignons pas de dénoncer ceux qui ne les suivent pas et deviennent des gêneurs d'une société qui veut garder les mains propres en se cachant derrière ses propres lois. Nous sommes gardiens des lois, et il importe peu de savoir si nous les suivons ou pas, l'essentiel étant que nous dénoncions les autres qui ne les suivent pas.

Alors, quand nous venons vers toi, Jésus, pour te mettre à l'épreuve en dénonçant ceux qui ne sont pas fidèles, tu as ce geste surprenant de t'abaisser vers le sol afin d'y laisser une trace de ton amour inlassable, y compris dans la mort qui t'abaissera encore. Est-ce un cœur transpercé que tu as dessiné ? Nous ne le saurons jamais !

Et puis, tu te relèves, tu te redresses déjà en ce geste qui est le signe de ton relèvement, la signature de celui qui donne par-dessus tout. 

Et tout en nous regardant, tu dis cette Parole : "Que celui d'entre vous qui n'a jamais manqué à la fidélité s'avance et condamne ceux et celles que vous dénoncez comme étant infidèles !"

A nouveau tu t'abaisses sur le sol pour retrouver la trace de cet amour à vivre, te redressant à nouveau afin que l'homme soit debout.

C'est alors que nous nous retirons en nous-mêmes, et devenus muets, nous voilà pris dans nos propres filets.

Jésus, tu nous dévoiles ainsi la force de l'Amour qui traverse ta vie. Tu ne condamnes pas les personnes tout en regrettant les actes. Tu dévoiles un chemin de relèvement pour montrer que L'homme n'est pas fait pour la loi, mais que la loi est au service de l'homme.

Et si nous apprenions à ne pas dénoncer, nous regardant d'abord, afin de relever ceux et celles qui sont l'objet de quolibets moqueurs ? Une humanité nouvelle commencerait à naitre, et nous pourrions crier avec toi Jésus ce chant composé par Michel GUERRE il y a bien longtemps :

Femme adultère 10.jpg

LA PECHERESE

Refrain

Que celui qui n’a jamais péché, lui jette la première pierre !

Que celui qui n’a jamais péché, s’en vienne la juger. (Bis)

 

1 - C’est ainsi que jésus parlait à tous ceux qui du doigt montraient la pauvre pécheresse, qui par amour avait crié : « Seigneur, pitié, car j’ai péché, pitié de ma détresse ! » R/

 

2- A ces mots, tous ils s’en allèrent, aucun ne lui jeta la pierre,

 La pauvre pécheresse, qui par amour avait crié : « Seigneur, pitié, car j’ai péché, pitié de ma détresse ! » R/

 

3- Alors, Jésus demanda : « Mais ils ne t’ont pas condamnée ? »

La pauvre pécheresse, qui par amour avait crié : « Seigneur, pitié, car j’ai péché,

Pitié de ma détresse ! » R/

 

4- Alors, Jésus commanda : « Va désormais, ne pèche plus ! » La pauvre pécheresse,

Qui par amour avait crié : « Seigneur, pitié, car j’ai péché, pitié de ma détresse ! »

 

Refrain

Que celui qui n’a jamais péché, lui jette la première pierre !

Que celui qui n’a jamais péché, s’en vienne la juger. (Bis)

 

Michel GUERRE le 3 avril 2017

Femme adultère 9.jpg



03/04/2017
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi