Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIORS EN CE 9 JANVIER 2017

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 3,13-17.

Alors paraît Jésus. Il était venu de Galilée jusqu’au Jourdain auprès de Jean, pour être baptisé par lui.

Jean voulait l’en empêcher et disait : « C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par toi, et c’est toi qui viens à moi ! »

Mais Jésus lui répondit : « Laisse faire pour le moment, car il convient que nous accomplissions ainsi toute justice. » Alors Jean le laisse faire.
Dès que Jésus fut baptisé, il remonta de l’eau, et voici que les cieux s’ouvrirent : il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui.

Et des cieux, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie. »

Baptême de Jésus 28.jpg
                       

 

"Naissance et Renaissance"

1- Naissance : Jésus, aujourd'hui comme hier, tu arrives de Galilée, ce carrefour des nations où tous les peuples se croisent et se rencontrent, se reconnaissent ou bien s'ignorent. Chaque jour, toi, le Serviteur de Dieu et le Serviteur des hommes, tu prends chair de notre chair, car tu es la Parole qui germe au cœur de tout homme. Et cette naissance d'hier est aussi naissance d'aujourd'hui. Personne n'est ignoré, chacun est invité à ton passage parmi nous, en nous, au milieu de nous.

Mais ton projet de rencontre se veut encore plus profond, en pleine création. Ton dévoilement, sur les bords du Jourdain, est signe de ton infini désir de te laisser habiller par la toute la création. Te laisser revêtir du limon de la terre des hommes en te mêlant à eux, au point de demander à naître en ce Baptême de Purification, celui donné par Jean.

Par ce geste étonnant qui surprend Jean le Baptiseur, qui nous surprend aussi, tu t'ajustes à notre humanité ; tu t'en revêts au point d'être confondu avec tous ceux et celles qui veulent être purifiés. Ainsi tu ne crains pas d'être mêlé à ceux qui pratiquent le bien, comme à ceux qui se trouvent mal dans leur chair et dans leur peau, dans leur âme et dans leur être : Hommes et femmes de bien, trafiquants en tous genres, exploiteurs des autres, ceux et celles qui, pour gagner leur vie, se vendent corps et biens. Tous ces gens ont éprouvé ce besoin d'une autre eau qui lave et purifie.

Et toi, Jésus, tu prends naissance au milieu de ce peuple. Tu viens te plonger dans ce Jourdain au milieu d'une foule souvent montrée du doigt par ceux qui se croient purs, ceux qui répètent à qui veut bien entendre qu'ils n'ont jamais manqué la cible, eux, les purs d'hier et tous ceux  d'aujourd'hui.

Jésus, par ce geste qui te revêt de cette boue des hommes, tu plonges au sein même de la création afin de t'habiller le cœur avec cette pâte humaine, belle et laide à la fois.

Nous ne pouvons rester insensibles devant cette démarche qui paraît insensée ! Aujourd'hui, nous voici invités à nous plonger aussi au milieu de ce peuple, nous laissant purifier par cette eau que Jean le Baptiseur fait couler dans nos vies. C'est ainsi, qu'à ta manière, Jésus, nous dévoilerons qu'en notre naissance nous sommes habillés de cette humanité que tu as épousée. Nous n'imaginons pas de rester sur la rive de cette création. Nous voici désormais prêts à reconnaître cette nécessité d'être lavés et purifiés pour tant de cibles manquées : Tous les rejets de l'autre, l'exploitation des plus faibles, la vente aux enchères de ceux et celles que l'on rejette ; sans compter nos mensonges déguisés pour laisser croire que nous sommes des purs… La liste serait longue de ces impairs commis au milieu de ce peuple dans lequel, toi, Jésus, tu te plonges. C'est au cœur de ce peuple que tu ouvres un chemin pour que nous commencions enfin à naître à cette création. Il nous faut la poursuivre depuis l'effacement de Dieu, afin que nous soyons vraiment.

En nous plongeant ainsi dans ce bain qui purifie, nous découvrons alors que nous sommes tous enfants de Dieu. Croyants ou non croyants, nous sommes aimés de Lui de toute éternité.

 

2- Renaissance : Jésus, par ce Baptême reçu au milieu de cette humanité, après cette immersion dans ce limon de création, tu sors de l'eau, comme tous ceux et celles qui osent poser ce geste premier de se laisser lavés et d'être purifiés.

Et c'est alors que l'étonnant se produit après cette naissance au milieu de ce peuple. Le ciel se déchire pour rejoindre la terre. Ainsi sont abolies toutes les frontières entre ce Dieu qui parait si lointain, perdu dans les nuages, et ce peuple isolé qui recherche sans cesse son Originelle Liberté, celle de Dieu lui-même qui n'est qu'un Eternel Amour.

C'est une renaissance qui s'opère et qui laisse entrevoir, en toi, Jésus, ce Souffle Créateur. L'Esprit de Dieu, telle une colombe, autre signe de création, rapporte ce brin d'olivier pour signifier la vie et la paix entre les hommes, et vient prendre appui sur Toi. Le Ciel vient d'épouser la terre une nouvelle fois en cette renaissance qui se dévoile en Toi.

C'est après cette plongée au cœur de la pâte humaine, en ressortant des eaux qui signent le passage de la mort à la vie, que le Ciel vient rencontrer la terre, te donnant à entendre cette Parole, qui déjà résonnait dans le Premier Testament.  C'est dans le Psaume 2, au verset 7 que nous la rencontrons : "Le Seigneur m'a dit : "Tu es mon fils ; moi, aujourd'hui, je t'ai engendré."

Et la Parole, Celle qui résonne en toi aujourd'hui, est lumineuse dans sa clarté : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en lui j'ai mis tout mon amour."

Vibrante et éblouissante Parole qui s'adresse à toi, Jésus, mais qui se fait entendre de tous ceux et celles qui ont fait ou feront acte de présence pour cette plongée dans les eaux qui purifient.

Désormais, c'est une renaissance qui se dévoile en toi et manifeste au monde ton identité de Fils, par rapport au Père, qui donne son Amour en lien avec l'Esprit. C'est tout un tissu de relations qui s'exprime en recevant cette Parole. On l'a nomme "Trinitaire", comme pour nous offrir ce cadeau que "Dieu est UN tissu de relations à vivre".

Et pour tout le peuple, comme pour chacun de nous, c'est aussi un appel à une renaissance. Nous sommes invités à ce Baptême Révélé par le Père, dans le Fils, en communion d'Esprit. Et la réponse à cette invitation nous permet de passer de l'enfance à la filiation dans un consentement librement donné.

C'est ainsi que nous accueillons cette Parole prononcée au jour de notre Baptême, parole renouvelée dans une profession baptismale :" Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi j'ai mis tout mon amour."

Qui de nous, baptisé dans son enfance, pourrait refuser de faire ce chemin d'une réponse à donner à cette Parole reçue de ton Père et révélée par toi, Jésus ?  Nous sommes libres de répondre ou pas à cet amour ; Dieu n'est pas un tyran, c'est un Père qui se donne. Mais quel gâchis que de ne pas renaître à un amour livré de toute éternité dans une telle gratuité !

Alors seulement, rassemblés dans la joie de devenir des Fils ou des filles de Dieu, nous pourrons chanter : "Vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ, Alléluia !" Seigneur, Jésus, merci de nous permettre ainsi de passer de l'enfant que nous étions au Fils bien-aimé en qui ton Père a mis tout son Amour.

"Tu es mon Fils Bien-aimé ; en toi j'ai mis tout mon amour."

Michel GUERRE le 9 janvier 2017

Baptême de Jésus 37.jpg

 

 

 

 

 



09/01/2017
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi