Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX SENIORS EN CE 11 AOÜT 2017

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 16,24-28.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive.

Car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la gardera.

Quel avantage, en effet, un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c’est au prix de sa vie ? Et que pourra-t-il donner en échange de sa vie ?

Car le Fils de l’homme va venir avec ses anges dans la gloire de son Père ; alors il rendra à chacun selon sa conduite. »
Amen, je vous le dis : parmi ceux qui sont ici, certains ne connaîtront pas la mort avant d’avoir vu le Fils de l’homme venir dans son Règne. »

Tout quitter 2017 4.png
                       

"Marcher avec Jésus, ce n'est pas s'encombrer de soi-même, mais prendre son courage à deux mains, et se rendre à la croisée des chemins."

 

Ouverture :

Seigneur Jésus, voilà un évangile qui a du mal à passer de nos jours. Nous avons tendance à éliminer la souffrance, signe de ta présence sur la croix, de notre vie de chrétiens. Quant à l'idée de rétribution finale, ce sont des termes que nous avons du mal à entendre et donc à comprendre.

Et pourtant, ce sont tes paroles, Seigneur Jésus. Celui qui veut marcher avec toi, doit emprunter le même chemin qui n'est pas celui des honneurs et de la reconnaissance sur notre terre. Mais notre vie se donne par amour, avec des persécutions.

Certains de nos frères endurent dans le monde des persécutions d'une grande violence.

Nous le constatons pour nos frères chrétiens en Irak.

D'autres persécutions sont plus cachées dans notre pays et se font même au nom d'Allah. Rappelons-nous la mort violente du Père Jacques HAMEL. Nous ne pouvons oublier la mort d'hommes, de femmes et de jeunes dans des attentats à Paris ou à Nice. Tous n'étaient pas chrétiens, mais ils aiment la vie.

Il est bon de nous rappeler que les béatitudes sont le cœur de ton enseignement, Seigneur Jésus. Les béatitudes de la persécution en font partie.

L'essentiel est que nous ne renoncions pas à vivre notre confiance en toi. C'est facile dans la consolation mais si difficile dans l'épreuve. Ta grâce nous est donnée pour faire face aux difficultés.

 

Ma relecture de ce jour :

Seigneur Jésus, nous avons reçu un tel enseignement que nous imaginons qu'il faut souffrir pour marcher avec toi. Cette conception doloriste n'a rien à voir avec ton comportement : tu n'es pas venu pour souffrir, tu es venu pour aimer !

Alors, essayons de comprendre ce que tu veux nous dire en ce jour dans une relecture plus personnelle de l'Evangile.

1- Marcher avec Jésus :

Il faut prendre d'abord la décision de "marcher avec toi", et non pas de te suivre comme l'esclave qui serait aux ordres de son maître. Cela suppose une rencontre d'amitié à laquelle il devient difficile de se soustraire.

Quand on a un ami, on va jusqu'au bout de la terre, en marchant avec lui. Cette amitié se vérifie dans la prière, mais ne peut être séparée de la rencontre avec les autres qui tissent un réseau de relations avec toi, en le sachant ou même sans le savoir.

Marcher avec toi, c'est laisser résonner tes paroles dans nos cœurs d'hommes, de femmes et d'enfants : "Aimez-vous les uns les autres comme moi je vous aime !". Tu ne demandes même pas que nous t'aimions pour toi-même, mais que nous nous aimions les uns les autres comme tu nous aimes. C'est donc en passant par les autres que nous pouvons te prouver que nous t'aimons. Le geste du serviteur que tu fis à la Cène, nous montre bien le chemin à prendre pour marcher avec toi.

2- Ne pas nous encombrer de choses trop lourdes à porter :

Nous avons pour habitude, quand nous partons en voyage, de nous embarrasser de ce qui n'est pas indispensable.Il nous faut donc faire le ménage et ne pas être surchargés de fardeaux inutiles, pour ne pas nous encombrer de nous-mêmes. Les choses matérielles ou l'autosuffisance ne peuvent remplacer un cœur pour aimer. Renoncer à soi-même, c'est ne pas faire une priorité de ce que nous avons, c'est mettre en premier ce que nous sommes.

3- Prendre notre courage à deux mains :

Dans les premiers temps de rencontres, il n'est pas trop difficile de marcher avec toi. L'enthousiasme (Dieu en soi-même) l'emporte, et nous ressentons ta présence à nos côtés.

Mais le chemin que nous avons pris est un chemin sur lequel les émotions et les sentiments disparaissent au profit d'une fidélité à construire malgré tout. Ce sont dans ces moments qu'il nous faut prendre notre courage à deux mains afin de poursuivre le chemin entrepris.

Jésus, il n'est pas toujours facile de ne plus ressentir l'intimité de ta Présence qu'il nous faut désormais apprendre à discerner en rencontrant les autres. Quand on aime vraiment, il y a toujours une souffrance qui résulte de toutes les rencontres qui deviennent une rencontre avec toi.

4- Nous rendre à la croisée des chemins :

Jésus, ce chemin entrepris, c'est toi qui l'as choisi dans un désir d'aimer les autres rencontrés.

Tu aurais pu prendre la ligne droite, sans t'arrêter aux différents carrefours où se font les rencontres. Tu es venu pour aimer et rencontrer les autres, en accueillant chacun à la croisée des chemins.

Et ce choix absolu d'aimer absolument t'as conduit sur un chemin de croix. Car aimer, c'est souffrir en communiant à la souffrance des autres, et cela t'as mené jusqu'au sommet du Golgotha.

Quand des hommes et des femmes sont en quête de Dieu, d'un amour à donner, il arrive que leur chemin ressemble au tien dans les persécutions.

Le risque d'aimer est un chemin à prendre pour rencontrer les autres à la croisée des chemins. Nous ne sommes pas appelés à cette extrémité d'une souffrance imposée, mais cela peut nous arriver.

Dans la confiance gardée, nous ne serons jamais perdus, car nous te verrons dans ce tissu de relations.

Michel GUERRE le 11 août 2017

Tout quitter 2017 7.png



11/08/2017
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi