Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX SENIORS EN CE 14 JUIN 2017

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,17-19.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.

Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise.

Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. »

Jésus et la Loi 2017 3.jpg
                       

"Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir"

"Seigneur Jésus, par cette parole tu nous montres que tu n'es pas le destructeur d'un Amour déjà dévoilé dans le premier testament, dans ce que l'on nomme "les dix commandements" donnés à Moïse sous la forme des tables de la loi.

Remettons en mémoire ces dix paroles essentielles. Elles nous aideront à comprendre la Parole que tu nous donnes à entendre aujourd'hui :

Livre de l’Exode 20, 1-18 : 

Et Dieu prononça toutes les paroles que voici : « Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage.

1- Tu n’auras pas d’autres dieux que moi.

2- Tu n’invoqueras pas le nom du Seigneur ton Dieu pour le mal.

3-Tu feras du sabbat un mémorial, un jour sacré

4- Honore ton père et ta mère, afin d’avoir longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu.

5- Tu ne commettras pas de meurtre.

6- Tu ne commettras pas d’adultère.

7- Tu ne commettras pas de vol.

8- Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain.

9 et 10 Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne : rien de ce qui lui appartient. »

Jésus et la loi 2015 6.jpg

Seigneur, nous comprenons pourquoi tu n'as pas voulu abolir et supprimer ces instantes demandes qui ouvrent le chemin de Dieu et le chemin de l'Homme.

Les trois premières paroles concernent le respect Infini de Dieu, l'unique que nul ne peut nommer en particulier pour demander le mal. Un jour lui sera consacré : le jour de Dieu et aussi le jour de l'homme.

Les six autres demandent portent sur la relation aux autres. Il n'est pas utile de les détailler, les transposant pour aujourd'hui, nous comprenons bien qu'il suffit d'aimer.

Seigneur, tu ne t'es pas privé de faire la leçon à ceux qui rajoutaient à la loi afin de courber l'échine des hommes ; on les appelle les "scribes", "les gardiens de la loi". Mais ils ne pratiquent pas une manière d'aimer et exigent des autres ce qu'ils ne veulent pas faire.

Décidément, tu es bien le seul à ne pas abolir, mais à accomplir, c'est-à-dire mettre en accord tes paroles et tes actes en ouvrant cet Amour sur Dieu et sur les autres.

En relisant la loi à la Lumière de cet Amour, nous comprenons que pas un seul trait d'union ne puisse disparaître. Nous comprenons aussi qu'on ne peut rejeter une seule insistante demande, ne serait-ce que la plus petite, sans prendre conscience que nous sommes petits dans les relations à vivre.

Mais en observant et enseignant ces insistantes demandes, nous établirons ce large tissu de relations qui nous permettra d'aimer Dieu et notre prochain comme nous-mêmes.

Merci, Seigneur, pour ce chemin montré qui nous mène vers Dieu et nous mène vers l'homme.

Jésus, tu nous dis ces paroles, juste avant d’énoncer les commandements les plus exigeants nous venant de ton Père. Autant dire que la voie que tu nous traces pour aujourd'hui n’est pas forcément plus facile que celle des juifs soumis à 613 commandements contraignants. Vingt siècles après, Jésus Christ, nous pouvons constater que tu disais la vérité : la Loi et les Prophètes n’ont pas été abolis puisque de nombreux juifs en vivent encore aujourd’hui, et ceux-ci méritent tout notre respect.
Pourrions-nous prétendre, de notre côté, abolir tes commandements, Jésus, dans le chapitre 5 de l’évangile de Matthieu ? Pas plus. Ta Parole, Jésus-Christ, est vérité et vie. Elle est d’une redoutable exigence, et il convient de ne pas la noyer dans des débordements de mièvrerie. On a si vite fait de mettre de côté les pages d’évangile qui nous dérangent !
Nous ne pouvons pas abolir tes paroles, Jésus, nous avons à les accomplir par notre vie. Mais pas sans ton aide ! Pas sans le secours de la prière, pas sans l’onction de ton Souffle de vie, l’Esprit saint !

Nous pouvons toujours entrer en dialogue avec toi, Seigneur, plutôt que de te contester derrière ton dos.

Alors à relire ce chapitre 5 de Matthieu, nous éprouvons l'envie de te dire comme une prière à Toi adressée :

« Seigneur Jésus, ta parole est rude. Prends pitié de notre faiblesse. Tiens compte aussi, s’il te plaît, des limites de nos frères et de nos sœurs.

Seigneur Jésus, nous prenons ta Parole tout à fait au sérieux. Aimer et bénir ceux qui nous haïssent, tu sais que nous pouvons le faire du bout des lèvres, mais que nous avons beaucoup de mal à l’accomplir du plus profond de notre cœur. Prends pitié de notre faiblesse, et nous te supplions, fais que de plus en plus, nous comprenions que des frères et des sœurs sont victimes de tant de situations injustes, ici et de par le monde entier ! »

La France et l'Angleterre sont touchées de plein fouet par des attentats qui, en ton Nom, croyant servir ta Loi, ont été commis sur notre terre. Des hommes, des femmes et des enfants sont morts pour une Loi qui n'est pas la tienne.

Seigneur Jésus, apprends-nous à nous accomplir dans l'Amour Infini de Ton Père et Notre Père.

Michel GUERRE le 14 juin 2017

Jésus et la Loi 2017 1.jpg



14/06/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi