Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX SENIORS EN CE 2 JUIN 2017

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 21,15-19.

Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade. Quand ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci?» Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. » Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. »
Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait : « M’aimes-tu ? » Il lui répond : « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. » Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Sur ces mots, il lui dit : « Suis-moi. »

 Profession de foi de Pierre 4.jpg
                     

"Mais quelle est donc notre profession de foi à l'égard de Jésus-Christ ?"

 

Seigneur Jésus, le Relevé d'entre les morts, l'interrogation faite à Pierre s'adresse aussi à chacun d'entre nous.

L'entendre par trois fois nous permet de prendre conscience de tous nos reniements dans ces relations avec toi, avec les autres et avec nous-mêmes.

- L'absence de relations dans la prière vécue, ou parfois mise de côté, est bien une manière de nier ta Présence.

- Les relations gâchées avec les autres nous font bien ressentir que nous ne pouvons te dire que nous t'aimons si nous n'aimons pas nos frères.

- Quand nous sommes fâchés à l'égard de nous-mêmes, reniant notre corps qui nous encombre ou bien nous fait souffrir, reniant parfois notre être qui nous identifie, nous ne pouvons pas affirmer que nous t'aimons quand même.

Mais ta réponse, Seigneur, est bien toujours la même : Elle ne comporte aucun reproche, simplement un envoi pour le service des autres.

Quand nous sommes malades, quand nous sommes trop âgés pour servir la mission, tu nous demandes encore de ne pas baisser les bras, mais bien de les étendre afin qu'un autre nous conduise sur le chemin qui mène vers une Autre Présence qui a son poids d'amour pour nous dire : "Je t'aime !".

Profession de foi de Pierre 3.gif

"Prière du Père LYONNET, Jésuite, revisitée par Michel GUERRE"

"Seigneur, nous Te supplions de nous délivrer de cette tentation harcelante de considérer le temps de la maladie comme une mesure pour rien dans notre vie, une période creuse et sans valeur.

Que nous revenions à la santé ou que nous allions sur le chemin de la vie en plénitude, nous devons avant tout rester à la barre ; notre vie, nous devons la vivre au jour le jour et la remettre entre tes mains chaque jour. Il ne s'agit point de partir à la dérive…

Nous n'avons pas à attendre des lendemains qui chantent, ni à nous bercer de rêves ou de regrets : Si malades nous sommes, nous Te servirons comme malades.

Allons-nous attendre, pour T'aimer, des circonstances qui, peut-être, ne se produiront jamais ? Et s'agit-il pour nous de T'aimer à notre goût ou de Te servir là où Tu nous attends ?

Seigneur, notre vie n'est pas manquée parce que nous sommes malades, ce qui se produit un jour ou l'autre chez chacun et chacune d'entre nous.

Nous voulons la remplir à déborder, avec ta grâce qui se joue du temps et n'a que faire des actions glorieuses pour le monde."

Nous sommes en communion avec tous ceux et celles qui sont malades. Nous communions à tous les peuples qui souffrent de la guerre, à tous ceux qui, aujourd'hui, meurent sur des champs de bataille.

Communier à la souffrance des autres est une autre démarche que de prier pour eux. Cette communion avec, évite, dans la prière promise, de se débarrasser d'une chose qui nous a été demandée. Cela n'élimine en rien de prier pour les autres, mais c'est une autre manière de s'engager avec eux.

Devenir le Pasteur des brebis que tu nous confies quand nous reconnaissons nos trahisons, demande une véritable conversion afin de te dire : "Seigneur, Je t'aime, tu le sais".

Merci, Seigneur Jésus, de nous apprendre à nous reprendre, à remonter la pente, quand nous manquons la cible de l'amour qu'il faudrait dire en grec "Agapè". C'est toi qui frappe à notre porte. Si nous ouvrons, tu viens demeurer en nous, prendre ton repas avec nous, et nous avec toi.

Michel GUERRE le 2 juin 2017

Profession de foi de Pierre 1.jpg



02/06/2017
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi