Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX SENIORS EN CE 25 JUILLET 2017

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 20,20-28.

En ce temps-là, la mère de Jacques et de Jean, fils de Zébédée, s'approcha de Jésus avec ses fils Jacques et Jean, et elle se prosterna pour lui faire une demande.

Jésus lui dit : « Que veux-tu ? » Elle répondit : « Ordonne que mes deux fils que voici siègent, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ton Royaume. »

Jésus répondit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire ? » Ils lui disent : « Nous le pouvons. »

Il leur dit : « Ma coupe, vous la boirez ; quant à siéger à ma droite et à ma gauche, ce n’est pas à moi de l’accorder ; il y a ceux pour qui cela est préparé par mon Père. »
Les dix autres, qui avaient entendu, s’indignèrent contre les deux frères.

Jésus les appela et dit : « Vous le savez : les chefs des nations les commandent en maîtres, et les grands font sentir leur pouvoir.
Parmi vous, il ne devra pas en être ainsi : celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur ; et celui qui veut être parmi vous le premier sera votre esclave.
Ainsi, le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. »

 Fête de Saint Jacques 2.jpg
                     

"Trouver la juste place que le Père nous prépare de toute éternité."

 

Préalable à ma relecture de l'Evangile de ce jour :

Jacques et Jean ont marché avec toi, Seigneur Jésus, depuis plusieurs mois, et ils ont bien vu que tu avais des paroles admirables et en même temps très inhabituelles sur le pardon, le service ou la tendresse de Dieu pour les pécheurs. Ils sont enthousiastes et prêts à tout C'est alors que tu leurs demandes: « Pouvez-vous boire à la coupe que je vais boire ? » Ils te répondirent : « Nous le pouvons. » Et en même temps ils espéraient bien, avec leur raisonnement humain, qu’avec les sacrifices qu’ils faisaient, ils gagneraient une bonne place. Et tu répondis : « celui qui veut devenir grand sera votre serviteur ; et celui qui veut être le premier sera votre esclave. » Un expert en marketing dirait aujourd'hui : ce n’est pas très vendeur comme slogan ! Et pourtant nous savons bien que les belles paroles ne font pas tout. Nous connaissons tous la phrase dite d’un beau parleur : "Faites ce que je vous dis et pas ce que je fais." Jésus, tu nous dis : « Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi : celui qui veut devenir grand sera votre serviteur ; et celui qui veut être le premier sera votre esclave. »
Alors aujourd’hui, chef d’entreprise ou employé, ingénieur ou ouvrier, parent ou enfant, posons nous la question : comment puis je servir mon prochain à la manière de Dieu.

Dans certains camps de jeunes il était proposé d’être l’ange gardien de quelqu’un, tiré au sort, et d’être pour cette personne sans qu’elle le sache, celui qui lui rendrait service et serait un sourire dans sa journée. Les plus jeunes d'entre nous chez les scouts connaissent la B.A. autrement dit  la Bonne action : c’est vrai à tout âge et en toute occasion, alors ouvrons l’œil, soyons imaginatifs pour être serviteurs de Dieu et des hommes. 

Fête de Saint Jacques 4.jpg

Ma relecture de l'Evangile de ce jour :

Seigneur Jésus, quelle maman ne désire pas la réussite de ses enfants ? Cette demande est tout à fait légitime, et tu ne l'ignores pas.

Ces deux frères, que sont Jacques et Jean, surnommés "Fils du Tonnerre", ont déjà répondu à ton appel. Il ne s'agit donc en rien d'une vocation d'une mère à la place de ses enfants. Ce qui, dans notre histoire, est arrivé souvent.

Tu nous connais, Seigneur, nous sommes deux frères. Notre maman fut déchirée en entendant l'annonce de notre décision. Tout habillés de noir, vers la mort, nous allions.

Mais cette réaction signifiait bien aussi qu'elle nous voulait heureux, mais pas sur un tel chemin. Ce ne fut qu'après une enquête de deux ans, afin de vérifier le manque d'influences, que nous avons pu emprunter ton chemin. Notre maman fut très heureuse par la suite.

Cette maman demande la meilleure place pour ses deux fils : L'un à ta droite, parce qu'il est plus accompli, l'autre à ta gauche, en voie d'accomplissement.

Cette demande n'est pas seulement celle d'une maman, elle émane de chacun d'entre nous. Qui n'a jamais souhaité bien accomplir sa vie et chanter le bonheur d'être heureux ?

Ta réponse s'adresse à chacun et chacune d'entre nous : "Aurons-nous le courage de souffrir d'un Amour donné et jamais repris, un Amour qui ne possède pas mais rend l'autre à lui-même ? " Il y a sur ce chemin un vrai partage, celui de boire à la même coupe d'une vie donnée, dans une eucharistie où le pain de la vie est partagé, où la coupe de la vie est bue en communion.

La réponse est bien claire quand nous disons simplement que nous pouvons vivre avec toi ce partage d'amour.

Et toi, Jésus, tu en conviens, cette démarche est possible pour celui ou celle qui veut se donner ainsi.

Au contraire de ce que nous pouvons penser, en ton Règne de Relations, tout auprès de ton cœur qui est aussi celui du Père, il n'y a pas de strapontins réservés.

C'est à chacun de nous qu'il revient de se préparer à servir et à se donner ainsi que tu l'as fait.

Il n'y a pas de lieux avec les meilleures places, il y a un état où chacun, s'il le veut, peut y trouver sa place.

C'est ainsi, Seigneur Jésus, qu'en tant que "Fils de l'Homme", toi l'égal du Père, tu as servi les hommes en étant pleinement homme.

Merci pour ce chemin montré, celui du serviteur qui se donne toujours.

Puissions-nous faire précéder notre prénom de ces deux initiales attribuées à Celui qui a été choisi pour faire des ponts entre les hommes :

S.S. le Pape François. Ce qui veut dire : "Serviteur des serviteurs Pape François" et non pas Sa Sainteté.

Michel GUERRE LE 25 juillet 2017

Serviteur 3.jpg

 

 



25/07/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi