Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX SENIORS EN CE 4 JUILLET 2017

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 8,23-27.

En ce temps-là, comme Jésus montait dans la barque, ses disciples le suivirent.

Et voici que la mer devint tellement agitée que la barque était recouverte par les vagues. Mais lui dormait.
Les disciples s’approchèrent et le réveillèrent en disant : « Seigneur, sauve-nous ! Nous sommes perdus. »
Mais il leur dit : « Pourquoi êtes-vous si craintifs, hommes de peu de foi ? » Alors, Jésus, debout, menaça les vents et la mer, et il se fit un grand calme.

Les gens furent saisis d’étonnement et disaient : « Quel est donc celui-ci, pour que même les vents et la mer lui obéissent ? »

 Jésus et La Tempète apaisée 1.jpg
                     

"Tempêtes sous un crâne"

Seigneur Jésus, aujourd'hui tu montes dans la barque de nos vies. Tu es le premier à prendre place et nous voilà à tes côtés.

Mais la mer, cet espace qui plonge dans la mort, s'agite violemment et les questions se posent dans la souffrance éprouvée.

Nous nous tournons vers toi, notre dernier recours : Acte d'affolement ou acte de confiance ? Mais le silence est là, puisque tu sembles dormir. Rien ne semble t'agiter, ta tranquillité ne nous rassure pas.

Qui de nous n'a éprouvé, dans des moments de désarroi, cette impression d'être tout seul quand la mort se fait proche ?

Tu parais mort à nos côtés. Alors, c'est dans un dernier cri que nous te sortons de cette mort apparente. Car tu te réveilles, tu ressuscites pour chacun de nous quand tu entends notre plainte éperdue : "Seigneur, sauve-nous ! Nous sommes perdus." Il y a tout dans ce cri où chacun peut remettre ses peurs et sa souffrance : Il y a les peurs provoquées par des vagues de mauvaises ententes, il y a les cris éperdus de tous ceux qui sont seuls et ne trouvent personne sur qui prendre un appui.

Jésus, tu te relèves de la mort apparente, ce sommeil qui paraissait une terrible absence. Tu manifestes ainsi ta présence étonnante en nous parlant au plus profond de nous-mêmes : "Pourquoi avoir peur, hommes de peu de foi ? " Par cette parole apaisante, tu réconfortes chacun dans les bouleversements provoqués par la force des vents contraires et la peur de tout perdre en cet instant de mort. Et c'est alors que se fait un grand calme que nous n'attendions plus.

Seigneur, comment ne pas te dire notre reconnaissance pour cette efficacité d'une présence qui paraissait effacée ? La force de ta Parole nous étonne toujours, Elle est Souffle d'amour qui calme nos tempêtes.

Essayons de te redire notre confiance totale dans nos tempêtes sous un crâne :

 

En n'éprouvant que ton silence dans la souffrance de mes nuits,

Ô Jésus-Christ, Ô Jésus-Christ, Je parierais sur ta présence !

 

Si je savais que tu m’appelles sur ton chemin, chemin de vie,

Ô Jésus-Christ, Ô Jésus-Christ, Je chanterais pour tes merveilles !

 

Quand ton appel venant des frères résonnera comme un grand cri, Ô Jésus-Christ, Ô Jésus-Christ, je donnerai ma vie entière !

 

Et quand ton peuple rassemblé célèbrera l’Eucharistie,

Ô Jésus-Christ, Ô Jésus-Christ, je servirai pour partager !

 

Michel GUERRE le 4 juillet 2017

Jésus et la tempête apaisée 5.jpg

 



04/07/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi