Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX SENIORS EN CE 6 JUN 2017

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 12,13-17.

On envoya à Jésus des pharisiens et des partisans d’Hérode pour lui tendre un piège en le faisant parler,
et ceux-ci vinrent lui dire : « Maître, nous le savons : tu es toujours vrai ; tu ne te laisses influencer par personne, car ce n’est pas selon l’apparence que tu considères les gens, mais tu enseignes le chemin de Dieu selon la vérité. Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à César, l’empereur ? Devons-nous payer, oui ou non ? »

Mais lui, sachant leur hypocrisie, leur dit : « Pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ? Faites-moi voir une pièce d’argent. » Ils en apportèrent une, et Jésus leur dit : « Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? – De César », répondent-ils. Jésus leur dit : « Ce qui est à César, rendez-le à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » Et ils étaient remplis d’étonnement à son sujet.

Dieu et l'argent 26.jpg
                       

"Quand le fiel se mêle au miel pour faire tomber quelqu'un"

Seigneur Jésus, ne jetons pas trop vite la pierre sur des personnes bien placées dans le pouvoir religieux ou politique.

Nous ressemblons parfois à ceux qui mélangent le fiel et le miel pour faire tomber les autres, pour te tendre un piège et t'embarrasser aussi.

Qui d'entre nous pourrait se vanter de n'avoir jamais prononcé des paroles qui mettent au pied du mur ?

Que ce soit à ton égard ou à l'égard des autres, c'est toujours la personne qui est atteinte par nos propos qui ont un goût de miel et qui ne sont que du fiel.

Quand nous te demandons ce qu'il est préférable à faire en nous occupant de la cité ou en te rendant hommage par nos prières, nous savons bien ce que nous faisons.

Nous aimerions tellement que tu nous indiques l'essentiel de ce que nous devons faire afin de nous trouver en règle avec toi et avec les autres. Le miel et le fiel se mélangent en nous. Nous ressemblons aux religieux et politiques de ton temps qui demandaient s'il fallait payer ou pas l'impôt à l'empereur.

Seigneur, tu nous connais si bien quand nous nous laissons envahir par ce "mélange tout". Tu sais que, par de-là les paroles de miel, il y a souvent en nous ce fiel qui empoisonne notre vie et qui risque fort d'empoisonner la vie des autres.

Ta réponse est limpide et nous renvoie à nous-mêmes. Il faudrait se boucher les oreilles pour ne pas la recevoir et ne pas la comprendre.

Dieu et l'argent 24.jpg

Tu nous invites à nous mettre au service de la cité, à nous mettre à genoux pour le bienfait des autres, à panser les blessures, accueillir les exclus, accorder la priorité à tous ceux et celles qui sont à la périphérie.

Nous avons été remplis de joie le jour où les alliés, pendant la seconde guerre mondiale, ont mis le pied sur notre sol pour nous libérer de l'oppresseur. Nous ne pourrons, pour ceux et celles qui ont connu cela, oublier le 6 juin 1945.

Et, dans le même temps, tu nous rappelles l'importance de la vie de prière, à vivre comme un échange d'amour entre nous et ton Père, entre toi et chacun d'entre nous. Car c'est bien là que se trouve la Source pour mieux servir les autres.

Comment ne pas être remplis d'admiration dans cette manière que tu as de nous répondre en nous rendant responsables dans ce que nous avons à faire ?

Une fois de plus, il convient de ne pas toujours nous réfugier en Toi, Seigneur, Jésus, afin que tu fasses les choses à notre place. Ce serait te prendre pour un répondeur avec une ligne rouge pour chacun. Quand nous ressentons que çà marche bien, nous pensons que c'est toi, et quand personne ne répond, nous t'oublions complètement.

Seigneur Jésus, merci de nous délivrer de cette hypocrisie encore bien trop fréquente chez chacun et chacune d'entre nous.

Michel GUERRE le 6 juin 2017

Dieu et l'argent 19.jpg



06/06/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi