Espace pour mieux Chercher

MON NOUVEAU BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIIORS EN CE 8ème DIMANCHE ORDINAIRE 2017

8e dimanche du temps ordinaire

Année A

26 février 2017 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 6,24-34

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Aucun homme ne peut servir deux maîtres : ou bien il détestera l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent. C’est pourquoi je vous dis : Ne vous faites pas tant de souci pour votre vie, au sujet de la nourriture, ni pour votre corps, au sujet des vêtements. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ? Regardez les oiseaux du ciel : ils ne font ni semailles ni moisson, ils ne font pas de réserves dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? D’ailleurs, qui d’entre vous, à force de souci, peut prolonger tant soit peu son existence ? Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci ? Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent pas, ils ne filent pas. Or, je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’était pas habillé comme l’un d’eux. Si Dieu habille ainsi l’herbe des champs, qui est là aujourd’hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi ? Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : ‘Qu’allons-nous manger ?’ ou bien : ‘Qu’allons-nous boire ?’ ou encore : ‘Avec quoi nous habiller ?’ Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez d’abord son Royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus le marché. Ne vous faites pas tant de souci pour demain : demain se souciera de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine. »

Huitième dimanche ordinibaire 2017 2.jpg
                       

 

 

8e dimanche du temps ordinaire

Année A

26 février 2017 

Relecture de l''Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 6,24-34

 

"Avoir en vue le souci de Dieu, c'est avoir le souci de l'autre et gérer la terre qui nous a été confiée."

Ouverture :

Seigneur en ce huitième dimanche du temps ordinaire tu nous invites à avoir le souci de l'autre, à gérer la terre qui nous est confiée.

1) Dans un premier temps, nous tenterons de comprendre ce que cela peut signifier.

2) Dans un deuxième temps, nous ferons une relecture pour aujourd'hui de ce même Evangile.

3) Dans un dernier temps, nous ouvrirons notre vie vers un accomplissement.

 

1) Comprenons ce que ces paroles veulent nous dire :

Seigneur Jésus, nous savons bien que dans le Premier Testament, la notion de maître était associée au fait d'être propriétaire.

Mais cette notion de propriété a évolué et le maître est devenu la personne qui fournissait un enseignement.

La parole du Livre des proverbes nous le rappelle ainsi :"Je n'ai pas écouté la voix de mes maîtres, Je n'ai pas prêté l'oreille à ceux qui m'instruisaient".

Seigneur, nous savons maintenant que dans le deuxième Testament, la manière d'enseigner était confiée aux docteurs de la Loi qui transmettaient ce qu'ils savaient à la Synagogue et au temple.

C'est ainsi que, Jésus, tu parcourais toutes les villes et les bourgades en enseignant dans les synagogues.

Chacun te reconnaissait comme le maître qui étonnait par ton enseignement, car tu le faisais en homme qui a autorité pour accompagner.

Les foules marchent vers toi et tes disciples qui étaient imprégnés de ton enseignement.

Tu savais mettre ton Père en premier dans ta vie et la nôtre afin que nous l'aimions en établissant un Règne de relations. Ta Parole résonne encore quand tu disais :"Là où est ton trésor, là est ton cœur". Un cœur pour aimer, source de relations à faire.

Huitième dimanche ordinaire 2017 4.png

Jésus, tu invites tes disciples, et chacun de nous aussi, à faire le bon choix. Car aucun homme ne peut servir deux maîtres à la fois : Dieu et l'Argent qui devient le maître dans notre vie.

Jésus invite ses disciples à bien définir leurs choix. Aucun homme ne peut servir deux maîtres. Vous ne pouvez servir à la fois Dieu et l’Argent.

Nous sommes, en ce jour, invités à choisir ton Père toujours présent comme une Mère qui ne peut oublier son enfant. 

Ton Père est comme notre Mère. Nous sommes gravés à jamais dans la paume de ses mains.

Nous sommes aimés de toute éternité. Et toi, Jésus ressuscité, tu manifestes son Amour qui a du poids dans nos vies, afin de reconnaître en ton Père Celui qui est à la Source de notre vie. C'est la raison pour laquelle nous n'avons pas de souci à nous faire pour demain. Comme toi, Jésus, nous devons prendre le chemin du service.

 

 2) Relecture pour aujourd'hui de ce même évangile.

"Avoir en vue le souci de Dieu, c'est avoir le souci de l'autre et gérer la terre qui nous a été confiée."

"Seigneur Jésus, il nous faut apprendre à lire entre les lignes les paroles que tu nous délivres aujourd'hui.

Ne nous méprenons pas, l'essentiel de notre quête est de porter en nous-mêmes le souci de Dieu qui est infiniment lié au souci de l'autre.

Si tu nous invites à regarder la création, ce n'est pas dans un but de faire de la belle poésie. C'est une invitation à prendre en compte la terre qui nous est donnée, non pas pour nous enrichir, mais pour ne pas l'abîmer, et la faire fructifier. Et tout cela passe par trois étapes qui sont indissociables :

- Avoir le souci de Dieu : Nous connaissons tous la devise "Dieu, premier servi". Cette parole n'a rien à voir avec une servitude ou un geste d'esclave à l'égard de son maître. C'est une invitation à placer au plus haut de notre quête, le souci de Dieu, ce Père dont tu nous parles, Seigneur Jésus-Christ. Ceci n'est pas un empêchement à contempler la création que tu nous décris pour nous aider à comprendre les priorités de notre vie. La première étant celle de la quête de Dieu Notre Père, qui est la source de tout ce qui se vit.

- Avoir le souci des autres : Seigneur Jésus, ta présence au cœur de notre monde est une constante invitation à nous relier aux autres. Quand tu nous demandes de chercher d'abord le "Royaume de Dieu", c'est un "règne de relations" que tu nous invites à tisser chaque jour. Différentes selon chacun, ces relations sont une signature de notre amour des autres, et sont inséparables de notre Amour de Dieu.

Pas de calculs à faire pour savoir ce que sera demain, car à chaque jour suffit sa peine.

Nous ne pouvons servir Dieu et l'argent, mais nous devons servir Dieu et les autres. La présence de Dieu se dévoile constamment dans la relation aux autres.

- Gérer la terre qui nous a été confiée : Quand nous regardons l'état de la planète, nous voyons bien que le réchauffement climatique engloutit des populations entières sous les eaux, et que nous ne sommes pas très loin d'une catastrophe qui risque bien de toucher toute la terre. Nous savons bien que nous sommes responsables de cet état des choses. L'enrichissement des uns au détriment des autres ne peut que conduire à de tels désordres.

Huitième dimanche ordinaire 2017 5.jpg

3) Vers un accomplissement :

La lettre au monde entier, "Loué soit-il", de ton Serviteur, le Pape François, est un cri d'alarme qu'il nous faut recevoir : Le Pape parle d’une dette écologique des pays du Nord en particulier envers ceux du Sud. Il relie ensuite ce constat au récit biblique où Dieu a confié à l’homme la Création. « L’existence humaine repose sur trois relations fondamentales intimement liées : la relation avec Dieu, avec le prochain, et avec la terre. Selon la Bible, rappelle François, les trois relations vitales ont été rompues, non seulement à l’extérieur, mais aussi à l’intérieur de nous. Cette rupture est le péché ». Seigneur Jésus, nous voici donc invités à collaborer avec la Création et à protéger sa fragilité en nous relevant de nos cibles manquées.

 

Relisons les paroles du chant inspiré par Saint François d'Assise et composé par Michel GUERRE en 1955 :

Loué, soyez-vous, Mon Seigneur, pour toutes les choses crées, loué soyez-vous, Mon Seigneur, pour l’univers entier. Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !

-1 –

Loué, soyez-vous, Mon Seigneur, pour notre frère le Soleil qui nous illumine je jour. Loué, soyez-vous, Mon Seigneur, pour notre sœur la lune qui nous illumine la nuit. R/

- 2-

Loué, soyez-vous, Mon Seigneur, pour notre frère le nuage, tous les beaux temps et tous les mauvais temps ! Loué, soyez-vous, Mon Seigneur, pour notre sœur l’eau Qui coule si douce et si pure. R/

- 3 –

Loué, soyez-vous, Mon Seigneur, pour notre sœur la terre Qui nous nourrit et nous rassasie. Ô vous tous, louez le Seigneur, et bénissez son Nom, Lui qui est si grand et si Bon ! R/

 

Nous retrouvons, dans cette lettre ouverte au monde entier, les trois indications que tu nous donnes en ce jour : souci de Dieu, souci des autres, gérance de la terre qui nous est confiée.

Michel GUERRE le 26 février 2017

Franccois d'Assise et le Pape François.jpg



26/02/2017
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi