Espace pour mieux Chercher

RELECTURE ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIORS EN CE 5ème DIMANCHE ORDIANIRE 2017

5e dimanche du temps ordinaire.

Année A.

Dimanche 5 février 2017 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5, 13-16

 Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait :

« Vous êtes le sel de la terre. Si le sel se dénature, comment redeviendra-t-il du sel ? Il n'est plus bon à rien : on le jette dehors et les gens le piétinent.

 Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée.

 Et l'on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison.

 De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. »

                        

 Cinquième dimanche ordinaire 2017 2.gif

 

 5e dimanche du temps ordinaire.

Année A.

Dimanche 5 février 2017 

Relecture de l'Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5, 13-16

 

PREAMBULE :

Seigneur Jésus, afin de bien célébrer ce cinquième dimanche du temps ordinaire 2017,

1) nous relirons l'histoire de ton temps.

2) Nous ferons une relecture dans notre histoire.

3) Nous ouvrirons un chemin pour un accomplissement.

 

Cinquième dimanche ordinaire 2017 4.png
 

1) nous relisons l'histoire de ton temps.

Jésus, tu t'adresses à tes disciples sur la montagne, espace dans lequel s'enfante ta Parole d'une manière particulière.

Tu ne t'adresses pas à un individu, car tu aurais dit : "Tu es le sel de la terre."

Mais tu as employé le "vous", car tu t'adressais à la collectivité.

Cette collectivité aujourd'hui, représenterait toutes les personnes baptisées en toi, Seigneur Jésus.

C'est donc à ton assemblée toute entière et à chacun d'entre nous que tu dis cette Parole : "vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde."

Seigneur Jésus, tu utilises une expression un peu particulière : Le sel vient habituellement de la mer et les mers desséchées forment des carrières de sel.

Alors, pourquoi dis-tu cette expression sur le sel de la terre ? Eh bien à ton époque, Jésus, les agriculteurs incorporaient du sel dans le sol afin de lui fournir un élément nutritif qui devait assurer une meilleure croissance. Tu prends donc une image bien connue des agriculteurs pour la transposer sur le plan spirituel.

L'Eglise, expression employée pour désigner une assemblée, est insérée dans le monde comme le sel l'est à la terre.

Si le sel perd ses propriétés, il ne sert plus à rien et ne peut être incorporé au sol et ainsi aider à la croissance.

Cinquième dimanche ordinaire 2017 10.jpg

2) une relecture pour aujourd'hui.

"Ne soyons pas des "petits salés" pour être conformes aux autres, soyons des chandeliers qui portent la Lumière"

 

Jésus, en ce jour, ta parole s'adresse à tous tes compagnons qui se rassemblent autour de toi. Nous sommes sur la "montagne", là où la Parole s'enfante afin de dévoiler "ce que nous sommes" et de le devenir dans une mission confiée. Ta parole est "plurielle" et s'adresse à tous ceux et celles qui marchent avec toi.

Ton expression "VOUS ETES" est employée par deux fois et ne trouve son sens que dans ce lien d'amour, si étroitement lié au "dévoilement brûlant" du "JE SUIS" dans le Buisson ardent.

Notre propre origine, en Dieu trouve sa Source. Elle nous ouvre un chemin, celui de ton IMAGE que nous portons en nous de toute éternité. Pour atteindre "L'IMAGE", il importe de prendre la route de ta "RESSEMBLANCE" qui est invitation à devenir ce que nous sommes en vue de la Mission que tu nous donnes.

Ta mission nous dévoile que, reliés à toi, nous sommes désormais "le sel de la terre" qu'on ne peut détourner de sa nature première.

Mais il importe pour cela de ne pas avoir honte d'être chrétiens. Cette honte nous dénature aux yeux des autres et nous ne sommes plus bons à rien. En croyant qu'il faut être comme tout le monde, nous ne manifestons plus rien de toi. Il ne s'agit pas du costume, enveloppe ridicule, mais tu nous demandes d'être "Christ nous-mêmes" afin que ton nom soit connu et que chacun, s'il le veut, puisse adhérer à toi.

Ta mission nous dévoile aussi que, reliés à toi, nous sommes "la Lumière du monde",

Là-haut sur la montagne où s'enfante la vie. Ta lumière ne peut être cachée, car par nous, tes chandeliers, elle devra briller afin que tous les hommes en soient illuminés. Mais faisons attention de ne pas nous croire au-dessus des autres, car nous ne somme pas la Lumière, nous ne sommes que les chandeliers qui portent ta lumière afin qu'elle brille aux yeux de tous les hommes.

Seigneur Jésus, Si nous sommes le sel en nos pâtes humaines, si nous sommes Ta LUMIERE qui brille devant les hommes, voyant les bienfaits exercés, ils se mettront en Présence de ton Amour qui a ce poids de tendresse d'un Père pour ses enfants.

Prière composée par Michel GUERRE que nous pouvons faire en ce jour :

"Jésus, tu nous appelles à ne pas dénaturer ce que nous sommes.

Tu désires notre présence au milieu de tous nos frères les hommes.

Nous serons nous-mêmes des "Christ" au cœur de tous ceux que nous rencontrerons,

Et c'est ainsi que le sel de la terre ne sera plus piétiné par de simples bonnes intentions.

Nous ferons attention, Jésus, à ne pas nous prendre pour la lumière. l

C'est avec l'Eglise tout entière que nous porterons aux hommes Ta Lumière.

Avec elle, nous sommes aussi tes chandeliers.

Avec toi, nous voulons, sur notre terre,

Tracer ce beau chemin d'éternité."

Cinquième dimanche ordinaire 2017 9.jpg

3) Nous ouvrons un chemin pour un accomplissement.

Si l'assemblée, nommée Eglise, perd son implication dans notre monde, elle s'affadit et ne peut plus rendre service. Comme nous l'avons évoqué le dernier dimanche. Elle perd une de ses raisons d'être qui est d'annoncer le Christ mort et ressuscité en redisant le message des béatitudes.

Cette assemblée, nommée Eglise, a une mission universelle. Elle ne peut se confiner et s'enfermer sur elle-même. Sa mission est de s'adresser à tous les peuples de la terre et elle doit prendre position. Elle a reçu la mission de redire ton message de paix et d'amour par ses paroles et ses actions universelles avec ton peuple tout entier. Ceci n'est pas un domaine réservé aux prêtres d'aujourd'hui, ni aux Evêques et à l'Evêque de Rome que nous avons pour habitude d'appeler "Papa". Le Pape François l'a bien compris quand il souhaite une plus grande collégialité. Il sait très bien, Seigneur Jésus, qu'à ton époque, tu avais confié cette mission à l'Apôtre Pierre qui, sous l'influence de saint Paul, s'est trouvé dans l'obligation d'étendre ta mission à tous les peuples de la terre, et pas seulement à ton peuple d'Israël. Elle ne le fait pas pour elle-même afin de recevoir louanges, salutations et honneurs.

Mais, comme le dit ton Apôtre Paul, c'est bien par le Souffle de ton Esprit que notre confiance en toi repose désormais, et non pas sur la sagesse des hommes qui, bien souvent, n'ont aucune sagesse.

L'Eglise d'hier et d'aujourd'hui doit être la lumière sur la terre comme lorsque nous voyons une ville illuminée qui dégage une aura lumineuse. Elle nous dit pour hier, aujourd'hui et demain que la violence ne règle rien. La famine de certains pays est source de tension internationale et, nous le voyons bien, Seigneur, les disparités entre les pays pauvres et riches risquent de nous conduire à un désastre planétaire.

La liturgie de ce jour s'adresse à nous dans ce contexte en reprenant les paroles du prophète Isaïe qui disait, il y a bien longtemps : "Partage ton pain avec celui qui a faim, recueille chez toi le malheureux sans abri, couvre celui que tu verras sans vêtement, ne te dérobe pas à ton prochain."

Et le Psalmiste d'ajouter : "L'homme de bien a pitié, il partage … A pleine main, il donne au pauvre."

Ce que nous affirmons sur le plan personnel doit être annoncé d'une manière universelle.

Regardons la consommation dans les pays riches : Il convient d'avoir les plus hauts édifices du monde, les plus gros bateaux de la terre, les plus grosses voitures de luxe pour aller au bureau et à l'épicerie d'à côté. Nous désirons avoir les plus gros téléviseurs.

Si nous étions un pauvre de la planète, nous deviendrions envieux.

En Amérique du Nord, les gens prennent environ deux douches par jour et, dans le même temps sur la même planète, il y a des millions de personnes qui marchent si longtemps pour avoir de l'eau, qu'ils ont le temps de mourir de soif.

Si nous marchions pour avoir de l'eau, sachant qu'on la gaspille ailleurs, nous nous mettrions en colère.

Toujours en Amérique du Nord, on dépense 13 milliards de dollars pour nourrir et faire l'entretien des animaux domestiques. En Europe, on dépense, en moyenne, 800 euros par année pour entretenir un animal.

Si nous avions faim et que nous cherchions de la nourriture dans les vidanges de notre ville ou si nous étions obligés  de nous prostituer pour manger et que nous apprenions que les chiens et les chats en Amérique et en Europe sont mieux nourris que nous, nous deviendrions révolutionnaires et membres d'un groupe ou d'une religion qui nous propose la libération. Il suffit de regarder la dictature imposée par le nouveau président des Etats-Unis.

Où est donc le sel de la terre ? Où sommes-nous, peuples dits chrétiens ? Nous portons la responsabilité d'être des artisans de paix, des faiseurs de justice, des bâtisseurs de la maison du pauvre et des constructeurs de la planète de l'amour. Mais où sommes-nous vraiment ?

L'Eglise reprend tes paroles, seigneur Jésus, pour redire à toute les nations, et donc à nous tous : "vous êtes le sel de la terre."  

Nous avons des exemples individuels : l'abbé Pierre et son cri d'alarme au cours de l'hiver 1954. Nous avons aussi Mère Teresa, le pasteur Martin Luther King, Gandhi, Monseigneur Romero. Et nous avons tous les autres dont l'histoire n'a pas retenu le nom et qui ont donné leur vie pour leurs frères et sœurs. Comme les premiers nommés, ils sont pour nous autant d'invitations à découvrir des chemins nouveaux.

Nous  avons besoin  de pays qui adoptent  la pensée et le style de ceux et celles que nous avons nommés ou que le monde n'a pas retenu pour nous ouvrir à une dimension planétaire, qui acceptent, Seigneur, une vision du monde en fonction des autres et qui sont prêts à entendre ta Parole : "Vous êtes le sel de la terre."

Notre Pape François nous le rappelle en disant : "Dieu est en train de tout faire nouveau, l’Esprit Saint nous transforme vraiment et veut transformer, à travers nous aussi, le monde dans lequel nous vivons. Ouvrons la porte à l’Esprit, laissons-nous guider par lui, laissons l’action continue de Dieu faire de nous des hommes et des femmes nouveaux, animés par l’amour de Dieu, que l’Esprit Saint nous donne ! Comme ce serait beau si chacun de vous, le soir, pouvait dire : aujourd’hui à l’école, à la maison, au travail, guidé par Dieu, j’ai accompli un geste d’amour envers mon camarade, mes parents, une personne âgée ! Que c’est inspirant !"

Un chant de Michel GUERRE

RENAÎTRE EN EGLISE

R : / Renaître en Eglise Au souffle de l’Esprit. Renaître en Eglise Et s’ouvrir à la VIE.

- I -

Toi, le Souffle de l’Esprit, Souffle de Pentecôte, Toi, le Souffle de la vie, rassemblant les Apôtres. R/

- II -

Toi, le Souffle d’aujourd’hui, Souffle pour chaque jour. Toi, le Souffle pour la vie, Souffle de tout Amour. R/

- III-

Toi, le Souffle dans les peurs en toute humanité. Toi, le souffle dans les cœurs de toute éternité. R/

Michel GUERRE le 5 février 2017

Cinquième dimanche ordinaire 2017 6.jpg



05/02/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi