Espace pour mieux Chercher

RELECTURE ADRESSE AUX SENIORS EN CE CINQUIEME DIMANCHE DE PAQUES 2017

5ème dimanche de Pâques.

Année A.

14 Mai 2017

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14, 1-12.

À l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Ne soyez donc pas bouleversés : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, beaucoup peuvent trouver leur demeure ; sinon, est-ce que je vous aurais dit : Je pars vous préparer une place ? Quand je serai allé vous la préparer, je reviendrai vous prendre avec moi ; et là où je suis, vous y serez aussi. Pour aller où je m'en vais, vous savez le chemin. » Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas ; comment pourrions-nous savoir le chemin ? » Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l'avez vu. » Philippe lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. » Jésus lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m'a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire : 'Montre-nous le Père' ? Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ! Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; mais c'est le Père qui demeure en moi, et qui accomplit ses propres œuvres. Croyez ce que je vous dis : je suis dans le Père, et le Père est en moi ; si vous ne croyez pas ma parole, croyez au moins à cause des œuvres. Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi accomplira les mêmes œuvres que moi. Il en accomplira même de plus grandes, puisque je pars vers le Père. »

Cinquième dimanche de Pâques 2017 4.jpg
                       

 5ème dimanche de Pâques.

Année A.

14 Mai 2017

Relecture de l'Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14, 1-12.

 

Préalable :

Seigneur Jésus, afin de mieux comprendre la force des Paroles que tu nous délivres, nous ferons différentes approches de la relecture de l'Evangile de ce jour ;

 

Une première approche de l'Evangile :

Seigneur Jésus, nous venons de recevoir une invitation afin d'aller demeurer chez Ton Père et Notre Père. C''est un très beau cadeau qui nous qui nous est donné. Il vient par Toi, Seigneur, de ton Père pour chacun et chacune d'entre nous. Cette invitation est de grande valeur pour nous, pour nos frères et sœurs d'hier, aujourd'hui et demain. Elle revêt donc une valeur de la vie en plénitude, ici et maintenant. 

L'invitation qui nous est faite de la part de ton Père ne ressemble en rien aux invitations que nous échangeons entre nous et qui ne durent qu'un temps. Il arrive même que, trop occupés, nous déclinions celles qui sont faites à notre égard. Certains d'entre nous ne peuvent répondre parce que la souffrance les empêche de se déplacer. C'est une souffrance supplémentaire que de ne plus pouvoir rejoindre des amis, une communauté afin de relier ce qui a été cassé depuis trop longtemps. Et nous prenons conscience qu'en communauté, comme dans notre société tout casse, tout passe et tout a une fin.

Mais, Seigneur, chez Ton Père et Notre Père, de la même manière que chez toi, au cours de ton existence parmi nous, tout se fait dans un présent et tout commence à chaque instant pour s'ouvrir sur un Infini d'Amour.

Seigneur Jésus Christ, dans notre vie à venir, tu nous invites à aller demeurer chez toi par cette Parole éblouissante : "Là où JE SUIS, vous serez vous aussi." 

Pourtant, constamment, en dehors de notre confiance à ton égard, nous éprouvons la tentation de croire qu'avec la mort tout disparaît avec la fin de notre existence terrestre. Il faut dire que nous ne savons rien sur le comment de l'Après, et que personne n'est revenu de la mort pour nous dire comment cela se passe. La mort est toujours un drame et une déchirure pour ceux et celles qui perdent un des leurs ou un ami. Elle ne peut nous laisser indifférents, car elle nous rappelle que nous sommes tous concernés. Toi-même, Jésus, tu as pleuré sur ton ami Lazare. Toi le premier relevé d'entre les morts, tu ne dis rien sur le comment de l'Après.

Mais, toi Seigneur, qui as reçu l'onction de ton Père, tu nous invites à voir autrement, de l'intérieur et tu nous convies à demeurer en toi.

Cinquième dimanche de Pâques 2017 2.jpg

Une deuxième approche de l'Evangile à partir d'un billet du jour édité récemment par Michel GUERRE le 3 mai 2017 en la fête de Saint Philippe et de Saint Jacques.

 

"Quand Dieu se met en voisinage humain"

 

Jésus, dans un premier temps, tu nous indiques le chemin à prendre pour vivre pleinement. Le "JE SUIS " employé est signe dévoilé d'une Infinie Présence sur ce chemin que tu ES, Parole en VERITE, et VIE en plénitude.

En prenant ce chemin du PASSAGE, nous rejoignons la Source que tu nommes ton PERE. Ainsi quand nous t'aimons dans la confiance accordée à nous-mêmes et aux autres, nous aimons bien ton PERE. Ici et maintenant, en ce voisinage humain, nous l'avons déjà "VU".

Audacieux Philippe qui semble n'avoir rien compris et qui ose affirmer une parole :" Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit." Il n'a rien entendu de ce qui précédait.

Jésus, ta merveilleuse réponse renforce les paroles précédemment employées : "Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m'a vu a vu le Père. "

Nous aimons bien ta Parole, Seigneur ! et pourtant il nous a fallu du temps pour la comprendre vraiment et te recevoir à travers elle.

L'ardente foi de notre enfance et de notre adolescence a souvent sombré dans le doute. Nous avons continué à penser que personne n'avait parlé comme toi, une parole dite à notre humanité en bon voisinage humain.

Mais les questions demeuraient profondément : Qui étais-tu, Jésus ? Etais-tu le chemin, la vérité la vie ?

Nous ne savions plus quel était notre chemin. Que de temps nous avons mis à oser nous dire que tu étais une vérité incontournable dans notre vie.

Ta vérité, Seigneur, nous redonnait le goût de vivre, car tu étais le premier né d'entre les morts, le Ressuscité.

Tu attendais de chacun de nous ce saut dans la confiance, reconnaissance intime et profonde de ta personne. Tu désirais que cela vienne de chacun de nous, sans aucune contrainte, afin qu'un jour nous reconnaissions du plus profond de notre cœur : "C'est bien Toi, tu ES et le Père EST en toi, dans le souffle de l'Esprit."

En te reconnaissant comme le VIVANT et le Ressuscité, nous te reconnaissons désormais comme le Fils du Père et grâce à toi nous reconnaissions Ton Père et Notre Père.

Nous pouvons dire maintenant cette prière anonyme, mais qui est si belle à dire chaque matin qui se lève comme au jour de ta Résurrection.

Jésus, notre Sauveur et notre frère,

Notre force et notre lumière,

Donne-nous par ta vie, ta mort et ta résurrection,

De sentir le monde à ta façon.

Que l’Esprit Saint reçu au baptême

Anime nos yeux, nos oreilles, notre bouche et nos mains.

Sois notre humilité et notre charité

Par le salut que tu veux nous donner,

Habite en nous par ta Parole de Vie,

Sois notre joie et notre espérance,

Augmente en nous la foi et la confiance,

Et donne mission à nous tous, fils et filles,

De former avec toi une unique famille

En Dieu, éternel Amour, notre Père.

Mon Dieu, en ton Fils Jésus-Christ, comme en chacun d'entre nous,

Tu nous dis ta présence dans une étonnante proximité.

Il n'est pas d'autre chemin que de passer par l'autre qui ouvre le passage.

Ce passage nous conduit à la Source signifiée en Toi qui es Notre Père.

Nous savons désormais que depuis l'origine ta présence est au cœur de ce voisinage humain.

Cinquième dimanche de Pâques 2017 3.jpg

Une ouverture pour un accomplissement

Quand nous demeurons chez quelqu'un, nous partageons son intimité et nous participons au quotidien de sa vie, du lever au coucher, du coucher au lever.

Et nous nous trouvons parfois dans une situation inconfortable. Nous avons pris l'habitude d'être si bien dans nos affaires et nous avons peur de déranger, surtout si c'est pour un temps très long.

Mais en cet espace de relations que tu nous offres, tout est bien différent. Avec toi, Seigneur Jésus, la demeure de ton Père devient notre demeure dans laquelle les relations disparues se renouent autrement. Qu'avons-nous encore besoin de savoir sur le comment de l'Après ? Tout se relie en ton Père et Notre Père pour retrouver nos relations, celles de notre existence qui désormais font partie d'un amour en plénitude dans lequel ton Père nous appelle à reconnaître autrement. Il y a les relations ratées avec lesquelles il nous faut relier. Il y a des relations plus proches et très proches que nous retrouvons avec joie.

Nous voici appelés à demeurer chez nous, en Dieu notre Père.

C'est ainsi que dans cet "après" que nous ne connaissons pas, nous participerons à l'Amour de ton Père, Seigneur Jésus, d'une manière qui ne finira jamais. C'est cela qui nous attend désormais : participer à la relation trinitaire en faisant partie de la relation du Père, avec le Fils bien-aimé que tu es, Seigneur Jésus, par le souffle de l'Esprit qui plane sur les eaux de la vie depuis le début de la création.

Au moment de t'en aller, Seigneur Jésus, tu as cette Parole qui creuse en nous son puits d'amour :"Je reviendrai vous prendre avec moi ; et là où je suis, vous y serez aussi."

Comme Thomas, nous ne savons pas le chemin pour parvenir jusqu'à toi. Mais tu nous réponds que tu es le chemin.

Seigneur Jésus, quand nous vivons intensément ta Parole et les demandes que tu nous fais d'aimer pleinement, nous sommes sur le chemin, la vérité et la vie, ici et maintenant. Nous ne pouvons ignorer que nous avons reçu un cadeau de ton Père et qu'll demeure en chacun de nous. Tu nous le rappelles encore par cette Parole : "Si quelqu'un m'aime, il garde ma parole et mon Père l'aimera et nous viendrons à lui et nous ferons chez lui notre demeure".

OU EN SONT-ILS, SEIGNEUR, LES AMIS DE MON CŒUR ? 

OU EN SONT-ILS, SEIGNEUR, LES AMIS DE MON CŒUR ? 

Seigneur Jésus, nous savons désormais qu'ils demeurent en toi. Avec leurs rires et leurs jeux, avec leurs mains et leurs yeux qui voient autrement qu'avant.

Ils sont vivants, en ta demeure, tu viens de nous le dire.

Et si je pleure sur ceux et celles qui sont partis, je sais désormais qu'ils sont autrement vivants en Toi, Seigneur. Car tu es le premier relevé d'entre les morts, et désormais tu es VIVANT et que tu demeures en chacun de nous, ici et maintenant, et cela pour toujours.

Ils sont vivants, Seigneur, les amis de mon cœur. Nous sommes des vivants car tu fais ta demeure en chacun de nous.

Michel GUERRE le 14 mai 2017

Cinquième dimanche de Pâques 2017 5.jpg

 



14/05/2017
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi