Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX SENIORS EN CE 24 JUIN 2017

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1,57-66.80.

Quand fut accompli le temps où Élisabeth devait enfanter, elle mit au monde un fils.

Ses voisins et sa famille apprirent que le Seigneur lui avait montré la grandeur de sa miséricorde, et ils se réjouissaient avec elle.

Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant. Ils voulaient l’appeler Zacharie, du nom de son père.
Mais sa mère prit la parole et déclara : « Non, il s’appellera Jean. »

On lui dit : « Personne dans ta famille ne porte ce nom-là ! »
On demandait par signes au père comment il voulait l’appeler.
Il se fit donner une tablette sur laquelle il écrivit : « Jean est son nom. » Et tout le monde en fut étonné.

À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia : il parlait et il bénissait Dieu.

La crainte saisit alors tous les gens du voisinage et, dans toute la région montagneuse de Judée, on racontait tous ces événements.
Tous ceux qui les apprenaient les conservaient dans leur cœur et disaient : « Que sera donc cet enfant ? » En effet, la main du Seigneur était avec lui.

L’enfant grandissait et son esprit se fortifiait. Il alla vivre au désert jusqu’au jour où il se fit connaître à Israël.

  Nativité de Jean-Baptiste 11.jpg
                     

 

"Nominés aux Oscars de Dieu"

Seigneur Jésus, en ce jour où nous célébrons la fête de la naissance de Jean-Baptiste, par ce nom qui lui fut donné, nous devons nous rappeler que nous sommes tous "nominés aux Oscars de Dieu."

Une telle consécration se fait bien avant notre naissance et même notre conception.

Pour nous en persuader, mettons-nous à l'écoute de Dieu parlant à Jérémie au chapitre 1 :"La parole de l'Eternel me fut adressée, en ces mots : Avant que je t'eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu fusses sorti de son sein, je t'avais consacré, je t'avais établi prophète des nations.

Je répondis : Ah ! Seigneur Eternel ! Voici, je ne sais point parler, car je suis un enfant. Et l'Eternel me dit : Ne dis pas : Je suis un enfant. Car tu iras vers tous ceux auprès de qui je t'enverrai, et tu diras tout ce que je t'ordonnerai. Ne les crains point, car je suis avec toi pour te délivrer, dit l'Eternel. Puis l'Eternel étendit sa main, et toucha ma bouche ; et l'Eternel me dit : Voici, je mets mes paroles dans ta bouche."
Seigneur Jésus, une telle parole est adressée à chacun, et le baptême reçu ne fait que dévoiler cet amour que tu as pour chacun d'entre nous.

Comme Jean que nous célébrons aujourd'hui dans sa nativité, nous avons tous un prénom. Ce prénom est unique, même quand il est porté par plusieurs.

Et nous savons désormais que nous sommes aimés de toute éternité.

"Avant que je t'eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu fusses sorti de son sein, je t'avais consacré, je t'avais établi prophète des nations."

Seigneur Jésus, cette Parole nous est adressée. Nous voici consacrés, nous sommes établis pour porter la Parole de Dieu à toutes les nations. Une parole d'amour, une Parole qui apaise et guérit les blessures de nos frères et de nos sœurs.

Je répondis : Ah ! Seigneur Eternel ! Voici, je ne sais point parler, car je suis un enfant

Il est bien vrai que nous restons des enfants quand il nous faut parler comme cela nous est demandé. Nous sommes bien petits dans cette consécration de Dieu qui est Amour. Nous voici donc "nominés aux Oscars de Dieu".

Et l'Eternel me dit : Ne dis pas : Je suis un enfant. Car tu iras vers tous ceux auprès de qui je t'enverrai, et tu diras tout ce que je t'ordonnerai. Ne les crains point, car je suis avec toi pour te délivrer, dit l'Eternel. Puis l'Eternel étendit sa main, et toucha ma bouche ; et l'Eternel me dit : Voici, je mets mes paroles dans ta bouche.

Bien avant d'être conçus, tu mets donc tes paroles dans notre bouche. Et tu nous envoies en mission afin de parler Dieu comme on parle d'amour. Nous sommes ordonnés à servir, à ne pas avoir peur, car tu es avec nous pour nous libérer de tout ce qui enferme et faire connaître aux autres qu'ils sont aimés de toute éternité.

Jésus, désormais quand nous parlons, c'est aussi Dieu que nous parlons. Tu as étendu ta main et touché notre bouche en disant à chacun :"Voici, je mets mes paroles dans ta bouche."

Jean s'est acquitté de cette mission reçue en dévoilant que tu étais l'envoyé de Dieu.

Jésus, tu n'as pas dérogé à cette même mission qui t'a conduit à la croisée des chemins. En toi, tout fut accompli quand tu étendis les bras sur une croix pour embrasser le monde. Par ta mort et ton Relèvement, une croisée d'amour se révélait à l'univers tout entier.

Chacun de nous, par le Baptême reçu, peut prendre ce chemin.

Nous sommes tous des "nominés aux Oscars de Dieu".

Il ne nous reste qu'une chose à faire : Apprendre à parler Dieu.

En ce 24 juin 1964, jumeaux de Dieu et jumeaux dans la vie, Philippe et Michel GUERRE, nous étions ordonnés à vivre cette mission en la Cathédrale de Toulon. Aujourd'hui encore, un grand "merci" vient à nos lèvres que tu as touchées pour mettre tes paroles en nous. En toi, nous remettons notre confiance afin de continuer à parler Dieu.

Nous savons bien que nous ne pouvons plus parler Dieu de la même manière. L'âge avancé et les handicaps successifs ne nous permettent plus de vivre une pastorale active.

A chacun de trouver une autre forme de pastorale pour continuer à dire ta Parole, Seigneur.

Ton Serviteur des Serviteurs, Notre Pape François, nous demande d'être toujours des Pasteurs.

Petite confidence personnelle : Au jour de mon ordination, étendu à même le sol, je pensais que le ciel allait enfin s'ouvrir pour me laisser voir et entendre ta Présence. Il n'en fut rien.

Sortant sur la place de la cathédrale, des personnes de toutes les générations s'étaient rassemblés afin de recevoir un bénédiction. Et j'entendis, venant du ciel, cette parole, Seigneur, que tu as prononcée : "Qu'as-tu à regarder le Ciel, voilà la Galilée dans laquelle tu me rencontreras et te laisseras rencontré."

C'était le jour de la fête de Saint Jean-Baptiste. Comme son Père Zacharie, je n'étais plus muet et j'ai continué à parler DIEU.

Michel GUERRE le 24 juin 2017

Nativité de Jean-Baptiste 7.jpg



24/06/2017
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi