Espace pour mieux Chercher

RELECTURE ADRESSE AUX SENIORS EN CE QUATRIEME DIMANCHE DE PAQUES 2017

4e dimanche de Pâques

Année A

7 mai 2017 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 10, 1-10

Jésus parlait ainsi aux pharisiens : « Amen, amen, je vous le dis : celui qui entre dans la bergerie sans passer par la porte, mais qui escalade par un autre endroit, celui-là est un voleur et un bandit. Celui qui entre par la porte, c'est lui le pasteur, le berger des brebis. Le portier lui ouvre, et les brebis écoutent sa voix. Ses brebis à lui, il les appelle chacune par son nom, et il les fait sortir. Quand il a conduit dehors toutes ses brebis, il marche à leur tête, et elles le suivent, car elles connaissent sa voix. Jamais elles ne suivront un inconnu, elles s'enfuiront loin de lui, car elles ne reconnaissent pas la voix des inconnus. »

Jésus employa cette parabole en s'adressant aux pharisiens, mais ils ne comprirent pas ce qu'il voulait leur dire.

C'est pourquoi Jésus reprit la parole : « Amen, amen, je vous le dis : je suis la porte des brebis. Ceux qui sont intervenus avant moi sont tous des voleurs et des bandits ; mais les brebis ne les ont pas écoutés. Moi, je suis la porte. Si quelqu'un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra aller et venir, et il trouvera un pâturage. Le voleur ne vient que pour voler, égorger et détruire. Moi je suis venu pour que les hommes aient la vie, pour qu'ils l'aient en abondance. »

                       

 Quatrième dimanche de Pâques 2017 2.jpg

 

"Les loups ne peuvent entrer dans la ville"

Première relecture

Seigneur Jésus, le Baptême que nous avons reçu nous réconcilie avec Toi, le Fils bien-aimé, avec Ton Père et notre Père par le souffle de l'Esprit

Notre relation à ton Père et Notre Père est présentée par Toi, Seigneur Jésus, par l'intermédiaire d'une image.

C'est ainsi que nous voyons que le berger est en relation avec les brebis qui le reconnaissent à sa voix. Le berger que tu es aime les brebis que nous sommes, et tu fais tout pour nous sécuriser dans notre vie. Tu en es le gardien et personne ne peut entrer dans la bergerie sans ton accord. Tu es la Porte de la bergerie dans laquelle nous sommes.

Seigneur Jésus, tu nous connais au sens de nous aimer en étant en relation avec chacun de nous. Et nous te reconnaissons par ta Parole et par les signes que tu nous donnes à voir.

Tu as tout fait pour que la Source d'amour coule en abondance dans nos vies. Sans Toi, Seigneur, nous ne pouvons rien faire. Car tu es le centre même de nos vies, le lien et le lieu de nos rencontres. Tu es la porte par laquelle nous pouvons entrer afin de vivre notre passage en Dieu, ton Père et Notre Père. Il peut arriver que nous soyons aveugles, faute de ne pas vouloir voir de l'intérieur. Nous te disons notre adhésion, Seigneur Jésus-Christ, mais nous restons sans relation avec toi et les autres car nous les trouvons trop exigeantes.

Nous désirons que coule dans nos veines la vie en abondance, mais nous ne nous donnons pas les moyens d'y parvenir. Sommes-nous des aveugles, nous aussi ?

Ton premier de cordée, l'Apôtre Pierre, nous invite à nous écarter de toute cette génération égarée.

Si nous disons "Oui" à notre Baptême, nous devons quitter ces formes de vie négatives qui ne sont que des déguisements, laissant croire que nous sommes des brebis de ton troupeau, alors que nous ne sommes que des loups qui entrent dans les relations avec toi et avec les autres afin de détruire au lieu de bâtir. 

Pour une grande partie d'entre nous, nous sommes étouffés par ces loups déguisés en agneaux et qui font leur entrée dans nos vies. Nous sommes appelés à donner la priorité aux relations véritables et non pas à ceux et celles qui mentent effrontément afin de ne pas être ridicules, se servant des paroles qui ne sont pas les leurs. C'est le mensonge des brebis déguisées en loups. Tes paroles, Seigneur, sont un feu jaune qui nous invite à voir le feu rouge qui va arriver.

Nous sommes appelés à nous détourner de tous ces mensonges et à nous tourner vers toi, Seigneur, car tu es la Porte par laquelle nous devons passer.

Cette porte est l'espace des relations qui ne mentent pas. Elle reste ouverte pour toujours. Ton Père et Notre Père ne force jamais la porte de nos demeures et de nos cœurs. Gardons-là ouverte afin que ton Souffle d'amour s'y installe. Ce même Esprit fait le ménage à notre place et rejette ce qui n'est pas essentiel pour notre vie avec toi et avec les autres.

Ton amour originel est de toujours et il décape en nous ce qui fait notre origine, toi Jésus, qui vient du Père par le Souffle de l'Esprit. Alors ton bien-être donné par Ton Père apparaît et nous cessons de mentir en accusant les autres. Nous sommes tes brebis et nous refusons d'être des loups.

Gardons notre porte entrouverte, et nous deviendrons des espaces pour de vraies relations, en ne laissant pas rentrer des agneaux déguisés en loups.

Quatrième dimanche de Pâques 2017 6.png

Deuxième relecture

 

 "Abattre les murs et passer par la porte"

 

Seigneur Jésus, ta Parole en ce jour est une invitation à faire tomber les murs qui nous séparent les uns des autres, à passer par la Porte qui ne se ferme jamais, car le portier garde la porte ouverte afin de te laisser passer, et de passer avec toi par cette même Porte que tu ES pour chacun d'entre nous. Nous ferons attention de ne pas être des brebis déguisés en loups et qui entrent dans nos villes, soi-disant, pour nous libérer. Il est tellement facile de nous laisser tromper que tu nous demandes d'abattre les murs, mais ne pas être dupes de ceux et celles qui passent leur temps à mentir.

1) Abattre les murs : Il y a tous ces murs que nous élevons et qu'il nous faut abattre afin de permettre des relations véritables de se vivre :

- Murs élevés afin de mieux nous protéger en restant enfermés dans l'enclos, veillant à ce que personne n'entre. Certains veulent avoir le droit de rester calfeutrés chez eux, sans être envahis par tous ces étrangers qui réclament un peu de pain, car ils ont été chassés de chez eux à cause des loups qui les ont mis en dehors. Ils réclamaient le droit d'entrer par la Porte, mais ils ont été refoulés au nom de principes erronés.

- Murs de la honte à Berlin : combien d'années pour que cesse cette séparation et que se retrouvent unis les habitants d'un même pays ?

- Murs de la honte en Palestine où les Israéliens n'en finissent pas d'étouffer leurs voisins Palestiniens. Combien de fois faudra-t-il que notre Pape François élève la voix afin de permettre une réconciliation entre ces deux peuples ? Mais peut-être faut-il commencer par nous réconcilier entre nous.

- Murs de la honte élevés à nos frontières pour empêcher ceux et celles qui sont chassés de leurs pays de trouver un asile accueillant. Nous l'avons déjà dit haut et fort. Comment peut-on en arriver à de telles intentions ? C'est une honte pour notre pays de fermer les portes de nos villes et de laisser entrer des loups déguisés en brebis, alors que des sans papiers ont aussi le droit de vivre.

- Murs de la honte dans un racisme renouvelé qui ne veut pas dire son nom et qui devient un véritable empêchement à toutes les relations. Il n'y a pas plusieurs races sur notre terre, celle que tu nous a donnée pour bien vivre entre nous. Il y a la race ou racine humaine qui accepte que les autres soient différents par la couleur de leur peau, leurs grandes ou petites tailles. Nous n'allons pas recommencer les camps de concentration dans lesquels on entassait les hommes, les femmes et les enfants parce qu'ils étaient différents.

- Murs de la honte dans nos églises quand nous fermons la porte afin que ne soient rassemblés que les gens propres, ceux et celles qui n'ont pas les mains salies par une séparation ou par un divorce. Là aussi les brebis sont déguisées en loups.

Seigneur, pour nous aimer les uns les autres, quelles que soient nos appartenances religieuses ou politiques, tu nous demandes de faire tomber ces murs et d'ouvrir des portes. Tu as besoin de passer avec ceux et celles qui se reconnaissent en toi et qui reconnaissent la tendresse de ta voix : une voix qui rassemble et ouvre à la liberté, une voix qui permet à chacun de sortir ou d'entrer. Car le portier est là et tient la porte ouverte, Lui il accepte les différences.

Quatrième dimanche de Pâques 2017 4.jpg

"Etranger, mon frère, on m'avait parlé de ton pays,

Etranger, mon frère, j'ai voulu venir chez tes amis.

Ils m'ont fait des sourires, ils m'ont fait des promesses,

Ils étalaient leurs biens, ils montraient leurs richesses.

Mais je n'ai pas un lieu pour habiter ma vie,

Mais je n'ai pas un lieu pour abriter ma nuit.

Comprendras-tu enfin, c'est pour eux que je crie.

 

Je suis différent de toi, tu es différent de moi,

Nous sommes différents des autres,

Nous réclamons le droit à la différence.

Chant composé par Michel GUERRE

 

2) PASSER PAR LA PORTE QUE TU ES : Tu vas plus loin encore en te définissant comme "la Porte". Tu es toi-même la Porte qui est toujours ouverte à ceux et celles qui veulent entrer dans ce mouvement où l'Amour se déploie dans ton immensité. Celui qui entrera trouvera du "bon air" et des "terrains nourrissants".

Les voleurs et les bandits, ceux et celles qui égorgent les autres pour les faire périr, ne pourront entrer que s'ils remontent la pente de leur vie. Une telle démarche suppose qu'ils se dégonflent des meurtres et de la haine afin de pouvoir passer à travers cette PORTE qui s'appelle AMOUR.

Seigneur, tu es venu pour que nous ayons la vie, la vie en abondance.

Mais serons-nous les messagers de cette bonne nouvelle ?

Message du pape François JMJ 2013.jpg

MESSAGERS DE LA PAIX

 

Messagers de la paix, messagers de la joie, anges de notre siècle,

redites-nous encore cette Bonne Nouvelle, redites-nous encore que la nuit sera Belle !

1) Peuples de tous les temps, et vous, peuples du monde, peuples de tous les temps, et vous, peuples du monde, l'avez-vous entendue cette Bonne Nouvelle ? Des messagers de mort, des messagers de haine vous ont pris vos enfants ! L'adversaire est très fort, Il fait naitre la peine, tout en vous décorant de ses insignes rouges, que personne ne bouge, c'est la marque du sang ! R/

2) O peuples en colonnes, l'avez-vous entendue cette Bonne Nouvelle ? Vos gardiens vous observent, à vos portes ils se tiennent, à vos portes ils se cognent. Depuis longtemps déjà, vous connaissez leur jeu, Ils vous crient "Liberté" en vous tendant leurs bras, Ils veulent vous rendre heureux pour mieux vous étouffer. R/

3) Et vous, peuples du monde, l'avez-vous entendue cette Bonne Nouvelle ?

Des enfants meurent de faim, des peuples sont contraints de regarder leurs tombes. Les mains tâchées de sang n'appartiennent qu'aux autres, Messieurs les gouvernants, vous êtes bons apôtres. Faut-il verser des larmes, faut-il livrer des armes ? R/

4) On devient protecteur, tout en frappant les autres. On garde son honneur,

en s'éloignant des autres. Quand le monde chancelle, est-ce que la nuit est belle ? Que la nuit était belle Il y a deux mille ans ! Quelle Bonne Nouvelle

Etait née en son temps pour apporter la Paix aux peuples divisés R/

Messagers de la paix, messagers de la joie, anges de notre siècle,

redites-nous encore cette Bonne Nouvelle, redites-nous encore que la nuit sera Belle !

Chant composé par Michel GUERRE

 

Merci, Seigneur Jésus, pour ton invitation à rester des brebis qui ne se déguisent pas en loups pour entrer par la porte que tu laisses ouverte pour chacun de nous.

 

 Michel GUERRE le 7 mai 2017



07/05/2017
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi