Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX SENIORS EN CE 3 JUILLET 2018

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX SENIORS EN CE 2 JUILLET 2018

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 8,18-22.

En ce temps-là, Jésus, voyant une foule autour de lui, donna l’ordre de partir vers l’autre rive.

Un scribe s’approcha et lui dit : « Maître, je te suivrai partout où tu iras. »

 Mais Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. »

Un autre de ses disciples lui dit : « Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. »

Jésus lui dit : « Suis-moi, et laisse les morts enterrer leurs morts. »


 Marcher avec le Christ 19.gif
                     

"ALLER A L'ESSENTIEL, C'EST DONNER SENS, POUR AUJOURD'HUI, A NOTRE CIEL SUR LA TERRE."

Seigneur, il faut croire que tes paroles revêtent une certaine importance pour que nous les recevions aujourd'hui, après les avoir déjà entendues hier si souvent..

Il faut dire en effet que marcher avec toi demande un certain dépouillement de ce qui, légitimement, nous paraît essentiel.

Essayons de relire pour aujourd'hui ce que ton Evangéliste Matthieu nous rappelle comme étant "essence ciel" afin de faire de notre terre un espace pour marcher avec toi.

Seigneur, nous faisons partie de cette foule qui a besoin de toi en ce pain que tu partages, dans cette Parole que tu nous donnes.

Passant sur l'autre rive, tu te situes déjà dans ton relèvement, et ta Parole ne peut être entendue que de ceux qui sont déjà VIVANTS.

Quand, avec notre intelligence et toute notre émotion, nous te faisons déclaration de marcher avec toi partout où tu iras, tu ne triches pas en répondant : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. »

Nous pourrions traduire ainsi :"les bêtes de la terre et les oiseaux du ciel ont un endroit pour prendre du repos ; mais marcher avec moi, dans le vent ou la tempête, ce n'est jamais s'écarter des autres à rencontrer. Il faut prendre le temps d'apaiser les malades, d'accompagner les souffrants. Il faut prendre le temps de saisir par la main ceux qui déjà sont à terre. Il faut bien accepter de se mettre en communion avec tous ceux et celles qui le demandent. Et tout cela, dans la plus grande gratuité, celle qui ne demande ni "mercis", ni gestes de reconnaissance."

Sommes-nous de ceux qui réfléchissent à deux fois, se laissant déborder par l'émotion éprouvée, mais qui ne marchent pas avec toi, craignant de se déposséder en accueillant les autres afin de les aimer ?

Seigneur Jésus, parfois nous souhaiterions, et cela nous parait légitime, de prendre le temps pour faire ce qui paraît essentiel : ne serait-ce que de mettre en terre ceux que nous aimons et qui viennent de nous quitter pour une vie autre !

Tu n'as rien contre, mais ta réponse est claire :" Marche avec moi, les morts n'ont pas besoin de toi puisqu'ils sont déjà "vivants".

 

Essayons de comprendre cette réponse radicale. Il y a cette mise en garde de ne pas revenir en arrière, de ne pas cultiver une nostalgie d'un passé qui ne reviendra plus, puisqu'il est dans un ailleurs et se vit autrement. Nous ne savons rien du "comment" de cet "Après", mais la confiance donnée devrait nous aider à comprendre que si l'existence meurt, la vie demeure éternellement.

Cet acte de confiance ne trouve tout son sens que parce que tu ES toi-même le VIVANT. En marchant avec toi, nous sommes des "vivants" qui croient que tous les hommes, ici et maintenant, vivent une mutation pour une Vie Nouvelle dans une recréation.

"Nous sommes bénis en étant appelés à partager à notre modeste manière l’immense pauvreté de ce grand Dieu. Nous tressaillons de joie à ce magnifique vagabondage qu’est notre vie. Nous n’errons pas, mais nous cultivons l’esprit de l’abandon. Nous ne possédons rien pour vivre et pourtant nous vivons avec splendeur ; rien sur quoi marcher et pourtant nous avançons sans crainte ; rien sur quoi nous appuyer, et pourtant nous prenons appui sur Dieu avec confiance, car nous sommes à lui et il est notre Père prévoyant. "

(Bienheureuse Teresa de Calcutta (1910-1997), fondatrice des Sœurs Missionnaires de la Charité)
Seigneur Jésus, en marchant avec toi, nous vivrons pleinement, et les relations du passé deviendront un aujourd'hui.

Michel GUERRE le 2 juillet 2018

Jeune homme riche 15.png 



02/07/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi