Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX SENIORS EN CE 4 AOUT 2018

Mon billet de ce jour adressé aux seniors en ce 4 août 2018 (Fête de saint Jean-Marie VIANNEY.)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 14,1-12.

En ce temps-là, Hérode, qui était au pouvoir en Galilée, apprit la renommée de Jésus et dit à ses serviteurs : « Celui-là, c’est Jean le Baptiste, il est ressuscité d’entre les morts, et voilà pourquoi des miracles se réalisent par lui. »

Car Hérode avait fait arrêter Jean, l’avait fait enchaîner et mettre en prison. C’était à cause d’Hérodiade, la femme de son frère Philippe. 
En effet, Jean lui avait dit : « Tu n’as pas le droit de l’avoir pour femme. » 
Hérode cherchait à le faire mourir, mais il eut peur de la foule qui le tenait pour un prophète.

Lorsqu'arriva l’anniversaire d’Hérode, la fille d’Hérodiade dansa au milieu des convives, et elle plut à Hérode.

Alors il s’engagea par serment à lui donner ce qu’elle demanderait.

Poussée par sa mère, elle dit : « Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean le Baptiste. »

Le roi fut contrarié ; mais à cause de son serment et des convives, il commanda de la lui donner.

Il envoya décapiter Jean dans la prison.

La tête de celui-ci fut apportée sur un plat et donnée à la jeune fille, qui l’apporta à sa mère.

Les disciples de Jean arrivèrent pour prendre son corps, qu’ils ensevelirent ; puis ils allèrent l’annoncer à Jésus.


Jésus et les paraboles 3.png
                       

"Nous sommes appelés à nous donner jusqu'au bout"

 

Ne sachant si vous aurez le courage de lire cette Parole d'Evangile, tentons de la résumer.

Il s'agit d'une vie donnée par amour pour Jésus-Christ, la vie de Jean-Baptiste qui n'a pas renié son cousin et a été jusqu'à la mort, victime d'un dictateur fasciné par la danse de sa fille.

Jean-Baptiste le précurseur, homme rempli de Dieu, a montré le chemin en désignant Jésus comme étant celui avec lequel il fallait marcher sur la route de la vie.

Beaucoup d'hommes, de femmes et d'enfants, aujourd'hui dans le monde, sont persécutés et mis à mort au nom de Jésus-Christ. Ils n'ont pas renié l'amour qu'ils ont reçu, et ils se sont donnés pour garder la fidélité aux Paroles de Jésus.

Si nous avons la chance de connaître Jésus, de savoir qu'il nous aime depuis toujours, nous serons amenés à témoigner de lui.

Quand des grandes personnes, souvent très haut placées, se donnent le droit de juger les autres en dénonçant les différences, elles sont infidèles aux paroles de Jésus.

Pour marcher avec Jésus, il n'est pas suffisant de savoir beaucoup de choses très importantes. C'est une base nécessaire pour apprendre à connaître quelqu'un. Mais Jésus ne nous demande pas si nous savons par cœur le catéchisme, il nous invite à aimer avec le cœur, en respectant l'autre et en l'aimant pour lui-même.

Devenir un "témoin" qui signifie "martyr", c'est miser simplement sur ceci : Jésus nous aime de toute éternité, et il nous invite à nous aimer les uns les autres.

Il peut arriver que nous trahissions cet Amour en jugeant les autres, en ne les aimant pas. Mais, si nous le voulons, Jésus nous aidera toujours à remonter la pente pour lui rester fidèles jusqu'au bout.

Oui, nous sommes tous appelés, comme Jean-Baptiste, à nous donner jusqu'au bout de l'Amour, à partager avec ceux qui n'ont rien, à accueillir chacun avec ses différences.

Michel GUERRE, le 4 août 2018.

 

Choix des Douze 20.jpg
 

Curé d'Ars (✝ 1859)

Jean-Marie Vianney a grandi en pleine période de troubles révolutionnaires, c'est à dire aussi de persécution religieuse. Ainsi, Jean-Marie recevra sa première communion dans la clandestinité. Le jeune campagnard, qui n'a jamais fréquenté l'école, voudrait devenir prêtre mais son père est réticent. A vingt ans, il commence ses premières études, mais il est si peu doué pour les études que le séminaire de Lyon, où il a fini par entrer, décide de le renvoyer. Il parvient quand même à se présenter à l'ordination sacerdotale à Grenoble(*). Après un premier ministère à Ecully, il est nommé curé dans une petite paroisse de 230 habitants: Ars, à 40 km de Lyon. Il y restera jusqu'à sa mort. Sa bonté, la joie dont il rayonne, ses longues heures de prière devant le Saint-Sacrement, impressionnent peu à peu ses paroissiens. Pour écouter, réconforter et apaiser chacun, il reste jusqu'à seize ou dix huit heures par jour au confessionnal.Pendant les dernières années de sa vie, jusqu'à 100.000 pèlerins viendront chaque année pour entendre une parole de réconfort et de paix de la part de ce curé ignorant de tout, mais non pas du cœur des hommes ni de celui de Dieu. Complètement donné à sa tâche pastorale, épuisé, il aura ce mot vers la fin de sa vie: «Qu'il fait bon de mourir quand on a vécu sur la croix». Il est exaucé le 4 août 1859 quand il meurt à l'âge de 74 ans.
Illustration: Statue du Curé d’Ars dans l’église Saint-Jean-Marie-Vianney à Rennes 
(*) En 1815, la chapelle du Grand séminaire, à deux pas de la cathédrale, accueille l'ordination du curé d'Ars, fait patron de tous les curés du monde par Pie X en 1905. (diocèse de Grenoble)
- Béatifié le 8 janvier 1905, il est déclaré la même année, “patron des prêtres de France”. Canonisé en 1925 par Pie XI, il sera proclamé en 1929 “patron de tous les Curés de l’univers” (Sanctuaire d'Ars
En 2009, année sacerdotale et célébration des 150 ans de sa mort.
- Jubilé 2009 à Ars: 
«Je te montrerai le chemin du Ciel»

- Pour le 150e anniversaire du décès du curé d'Ars, le sanctuaire d'Ars organisa les 3 et 4 août 2009 deux jours de festivités tournées autour du saint curé.
- Le cardinal Barbarin a publié un décret élevant la mémoire liturgique du saint curé d'Ars, célébrée le 4 août, au rang de fête à l'intérieur du diocèse de Lyon. C'est une manière d'honorer de façon particulière saint Jean-Marie Vianney, que le pape Benoît XVI donne comme saint patron à tous les prêtres du monde, à l'occasion du 150e anniversaire de sa mort.
- 2009-2010: une 
année sacerdotale.
- Saint Jean-Marie Vianney (1786-1859) Confesseur exceptionnel, le Curé d'Ars a consacré l'essentiel de son ministère à guider les cœurs des pénitents sur le chemin de la conversion.
Figures de sainteté - site de l'Eglise catholique en France

Un grand témoin spirituel Saint Jean-Marie Vianney, curé d'Ars, par Mgr Dupleix.
Mémoire de saint Jean-Marie Vianney, prêtre. Curé de la paroisse d’Ars, au diocèse de Belley, pendant plus de quarante ans, jusqu’à sa mort en 1859, il accomplit son ministère d’une manière admirable par sa prédication, sa prière continue et son exemple de pénitence. Chaque jour, il catéchisait enfants et adultes, réconciliait les pénitents, et une telle charité, puisée dans la sainte Eucharistie comme à sa source, resplendissait en lui qu’on venait de loin rechercher ses conseils, et qu’il conduisit à Dieu, avec sagesse, un grand nombre de personnes.

Saint Jean-Marie VIANNEY faisait partie du tiers prdre des Pères Maristes.

(Souces diverses récoltées par Michel GUERRE le 4 aût 2018

 



04/08/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser