Espace pour mieux Chercher

RELECTURE ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIORS EN CE 33ème DIMANCHE 2015

33e dimanche du temps ordinaire

Année B le dimanche 15 novembre 2015

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 13, 24-32

Jésus parlait à ses disciples de sa venue : “En ces temps-là, après une terrible détresse, le soleil s’obscurcira et la lune perdra son éclat. Les étoiles tomberont du ciel, et les puissances célestes seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l’homme venir sur les nuées avec grande puissance et grande gloire. Il enverra les anges pour rassembler les élus des quatre coins du monde, de l’extrémité de la terre à l’extrémité du ciel.

Que la comparaison du figuier vous instruise : Dès que ses branches deviennent tendres et que sortent les feuilles, vous savez que l’été est proche. De même, vous aussi, lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le Fils de l’homme est proche, à votre porte. Amen, je vous le dis : cette génération ne passera pas avant que tout cela n’arrive. Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. Quant au jour et à l’heure, nul ne les connaît, pas même les anges dans le ciel, pas même le Fils, mais seulement le Père.”

   Trente troisième dimanche 2015 1.jpg
                   

33e dimanche du temps ordinaire

Année B le dimanche 15 novembre 2015

Relecture de L'Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 13, 24-32

 

"JOUR DE DIEU ET JOUR DE L'HOMME"

 

PROLOGUE :

Seigneur Jésus, pour parler de ton dévoilement parmi nous, tu emploies volontairement le style de l'Apocalypse qui signifie précisément "dévoilement".

La fin d'un monde a déjà eu lieu avec ta mort et ton Relèvement, et nous ne pourrons jamais faire l'impasse sur cet acte essentiel de la foi que l'on appelle "Kérygme".

C'est à partir de là seulement que nous pouvons comprendre cette annonce que tu nous fais, ici et maintenant.

Nous prendrons trois chemins pour mieux entendre ce que tu nous dis pour aujourd'hui :

1- Le jour de Dieu est déjà là.

2- Le jour de l'homme est encore dans la nuit.

3- Le jour de Dieu et le Jour de l'Homme se rassemblent dans un même "aujourd'hui".

 

1- Le jour de Dieu est déjà là.

Seigneur Jésus, tu nous parles de ta venue en des termes qui, s'ils n'étaient traduits, donneraient peur à tous ceux qui entendront tes paroles en ce JOUR qui est le JOUR DE DIEU.

Le JOUR de DIEU est déjà là, et nous le connaissons bien dans les prémices annoncés. En relisant le moment de ta mort sur la croix, l'un de tes évangélistes nous décrit les mêmes phénomènes.

La détresse de ta mort innocente ne peut passer inaperçue. A tes disciples, comme à nous-mêmes, il arrive de sentir ton absence due à cette mort injuste. Cette détresse est la tienne quand tu cries vers Dieu ces paroles qui traversent notre histoire :"Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?". Et la réponse est un grand silence du Soleil de Dieu qui s'obscurcit. Car Dieu a sans doute pleuré sur ta mort. Et cela ne peut se faire que d'une façon voilée. Même la Lune, signe encore brillant dans la nuit, y perd de son éclat.

Les étoiles, ces messagers de la Parole de Dieu, semblent pâlir à leur tour et tombent dans l'oubli au point que le silence s'établit définitivement.  Ce qui, à nos yeux, paraissait si puissant, tout à coup s'ébranle et conduit au néant d'un ciel qui disparaît.

Car c'est une terrible réalité que toi, Jésus, le Fils de l'Homme, tu sois ainsi traité et que tu meurs pour être allé jusqu'au bout de l'Amour.

Mais le "JOUR DE DIEU" est bien là : Car, dans le même temps, les trois jours représentent le temps du renouvellement, et Dieu se dévoile à nouveau à travers toi. Ton Relèvement a lieu avec cette puissance d'amour qui a toujours été la tienne et qui garde tout son poids dans nos vies. Les étoiles scintillent à nouveau, les messagers de Dieu rassemblent tous ceux et celles qui répondent à ton appel. Ils viennent des quatre coins de l'horizon, de l'extrémité de la terre jusqu'à l'extrémité du ciel pour proclamer ton "Relèvement". Le "dévoilement" du "JOUR de Dieu" est arrivé, et plus personne ne pourra l'ignorer.

Trente troisième dimanche 2015 5.jpg

2- Le jour de l'homme est encore dans la nuit.

Seigneur Jésus, ce "Jour de l'Homme" est bien ton jour qui maintenant s'est levé à jamais, puisque tu es le "Fils de l'Homme" et que ton existence s'est manifestée parmi nous comme le "JOUR DE DIEU".

Mais le "Jour de l'Homme", c'est aussi notre jour, et celui-là est encore dans la nuit.

Nous savons bien que, tôt ou tard, il nous faudra affronter ce moment, comme tu l'as fait. Dans d'autres conditions sans doute, mais le grand passage est le même que celui que tu as vécu.

Chacun le vit à sa manière, et cette entrée dans la nuit est une déchirure pour nous et pour les autres. Mais aucun d'entre nous ne peut y échapper.

En toi, Jésus, nous avons un premier de cordée. Nous connaissons le chemin sur lequel tu as marché tout au long de ta vie, et nous venons de voir où cela t'a mené.

Pas un jour sans recevoir une information d'un être aimé qui vient de nous quitter.

Pas un jour, quand la vieillesse survient, que la souffrance est là, et que nous sommes dans l'obligation de changer de mode de vie, sans que nous ne pensions que le "Jour" viendra où il nous faudra affronter la nuit avec l'espérance de vivre au Grand Jour de Dieu.

Nous ne savons rien du comment de "l'après", car notre Jour, qui est le "jour de l'Homme", est encore dans la nuit.

Et c'est alors que dans notre imaginaire, un songe surgit pour suggérer une réalité à venir dans notre vie. Les hommes de ton temps appelaient cela des "midrash". Ces histoires, qu'ils se racontaient pour chercher à comprendre, permettaient d'ouvrir un chemin d'espérance.

Pourquoi ne pas penser que le "jour de l'Homme" se fasse ainsi ?

Au jour du "grand passage", Jésus, tu nous attendras sur le seuil de ta maison. Tu nous tendras la main, et tu nous conduiras vers ceux et celles que nous avons aimés pour continuer à les aimer sans jamais les posséder.

Tu nous feras rencontrer aussi ceux et celles dont nous nous sommes parfois écartés à cause de nos disputes, de nos cibles manquées. Et tu nous demanderas d'apprendre à les aimer autrement. Et si nous sommes dans la plus grande tristesse de ne pas voir un être proche avec lequel nous avons marché sur ton chemin, tu nous diras simplement : "Il n'a pas encore fait le grand passage. Mais ne sois pas inquiet, c'est toi qui l'accueillera dans tes bras".

Seigneur Jésus, cela n'est qu'un "midrash", une quête qui peut nous aider à trouver la "petite espérance" qui viendra éclairer notre nuit.

Trente troisième dimanche 2015 20.jpg

3- Le jour de Dieu et le Jour de l'Homme se rassemblent.

La comparaison que tu prends à propos du figuier peut ainsi nous instruire et nous permettre de comprendre que "l'Aujourd'hui de Dieu" et "l'Aujourd'hui de l'Homme" finiront par se rassembler.

Quand ce qui était dur devient plus tendre dans nos vies, quand les feuilles sortent de leur nuit, c'est que l'été est proche et que "le Jour de Dieu" se fait proche du "Jour de l'Homme". Il est à notre porte.

Tu nous le dis comme une espérance à vivre, ici et maintenant : "Amen, je vous le dis : cette génération ne passera pas avant que tout cela n'arrive".

Seigneur Jésus, le ciel et la terre passeront, le visible deviendra invisible pour les yeux, mais à cause de tes paroles, c'est le cœur qui verra se rassembler le "Jour de Dieu" et le "Jour de l'Homme". Tes paroles ne passeront jamais.

Mais tu nous invites à ne pas rêver du jour et de l'heure où cela se produira : les messagers de Dieu ne le savent pas. Et toi, Jésus, le Fils de l'Homme, tu ne sais ni le jour ni l'heure de cet avènement. Il n'y a que ton Père, Source et origine de notre vie et de notre amour, qui le connaît, au sens de "Naître avec". C'est une invitation à ne pas rester les bras croisés, mais à vivre, dès maintenant, le "Jour de Dieu" et le "Jour de l'Homme" dans l'aujourd'hui de chaque instant.

C'est alors seulement que tous ensemble nous pourrons chanter la joie de voir enfin se rassembler "LE JOUR DE DIEU" et "LE JOUR DE L'HOMME" :

Trente troisième dimanche 2015 15.jpg

R/ Si l’aujourd’hui de Dieu est l’aujourd’hui de l’homme,

Si L’aujourd’hui de l’homme est l’aujourd’hui de Dieu,

Les hommes rassemblés avec leurs différences

S’ouvriront sur le monde au souffle de l’amour. (Bis)

 

Vis pleinement ce moment, pour toi, il est un présent,
Il est marqué de ton pas, mais tu ne le connais pas ; 

Sois, ici et Maintenant !

Vois pleinement ce moment, Il est cadeau de l’instant,
Sans l'avenir projeté, sans retourner le passé,

Sois, ici et maintenant !


 Tu apprendras à goûter tous les instants, les présents.
Et vers les autres étonnés, tu chanteras le printemps.
Sois ici et maintenant !


 Apprends donc à regarder, entends les autres chanter,

Et les sons de chaque instant deviendront enchantement.

Sois ici et maintenant !
 
Il nous faut apprendre à vivre, ce beau moment de l’instant,

Sans le remettre à demain, Il est don d’une autre main.

Sois ici et maintenant !

 

R/ Si l’aujourd’hui de Dieu est l’aujourd’hui de l’homme,

Si L’aujourd’hui de l’homme est l’aujourd’hui de Dieu,

Les hommes rassemblés avec leurs différences

S’ouvriront sur le monde au souffle de l’amour. (Bis)

 


Seigneur Jésus, ce chant composé par ton simple serviteur, Michel GUERRE, le 26 février 2011, est une manière de célébrer cette grande page d'Evangile que tu nous ouvres pour cet "aujourd'hui de Dieu" et cet "aujourd'hui de l'Homme" auquel nous sommes tous appelés.

Michel GUERRE le 12 novembre 2015

Trente troisième dimanche 2015 6.jpg

 



15/11/2015
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi