Espace pour mieux Chercher

RELECTURE ADRESSEE AUX SENIORS EN CE TRENTE TROISIEME DIMANCHE ORDINAIRE 2017

33ème dimanche du temps ordinaire Année A

Dimanche 19 novembre 2017
Evangile de Jésus
-Christ selon saint Matthieu (Mt 25, 14-30)

Jésus parlait à ses disciples de sa venue ; il disait cette parabole : «Un homme, qui partait en voyage, appela ses serviteurs et leur confia ses biens. À l'un il donna une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul, à chacun selon ses capacités. Puis il partit. Aussitôt, celui qui avait reçu cinq talents s'occupa de les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n'en avait reçu qu'un creusa la terre et enfouit l'argent de son maître.

Longtemps après, leur maître revient et il leur demande des comptes. Celui qui avait reçu les cinq talents s'avança en apportant cinq autres talents et dit: 'Seigneur, tu m'as confié cinq talents; voilà, j'en ai gagné cinq autres. —Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t'en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître.'

Celui qui avait reçu deux talents s'avança ensuite et dit : 'Seigneur, tu m'as confié deux talents ; voilà, j'en ai gagné deux autres. —Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t'en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître.'

Celui qui avait reçu un seul talent s'avança ensuite et dit : 'Seigneur, je savais que tu es un homme dur: tu moissonnes là où tu n'as pas semé, tu ramasses là où tu n'as pas répandu le grain. J'ai eu peur, et je suis allé enfouir ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t'appartient.' Son maître lui répliqua : 'Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n'ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l'ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l'aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. Car celui qui a recevra encore, et il sera dans l'abondance. Mais celui qui n'a rien se fera enlever même ce qu'il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dehors dans les ténèbres ; là il y aura des pleurs et des grincements de dents !'»

 Talents 5.jpg
                     

Relecture du 33ème dimanche du temps ordinaire. Année A

Dimanche 19 novembre 2017
Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (Mt 25, 14-30)

 

"QUAND DIEU SE DONNE AVEC TALENT"

 

Préalable :

Seigneur Jésus, afin de bien entendre cette Parabole que tu nous contes aujourd'hui, il importe de comprendre que les personnages évoqués font partie intégrante de notre vie.

Ils expriment :

a) L'image terrifiante que nous nous faisons de Dieu.

b) La confiance accordée et la confiance rendue.

c) Le goût du risque dans une foi vécue.

Ces attitudes sont les nôtres et varient selon les circonstances ou les évènements.

Prenant appui sur ta manière de vivre, nous entrons maintenant dans une lecture de notre vie à l'égard de Dieu Source, à ton égard aussi.

 

a) L'image terrifiante que nous nous faisons de Dieu.

Dans la parabole que tu nous contes, cette image est bien signifiée dans ce troisième serviteur que nous sommes aussi.

Ces images de Dieu proviennent d'un catéchisme mal reçu, d'une mauvaise lecture du Premier Testament.

Il faut dire que parfois, et même assez souvent, les images employées au sujet de Dieu lui-même ne sont pas des plus douces à entendre ou à imaginer : Nous gardons en mémoire ce Dieu qui se met en colère, fait périr les uns afin de les punir de leurs cibles manquées, et va jusqu'à massacrer certains qui se sont révoltés en adorant des idoles.

Les psaumes, ces prières de ton Peuple, n'évoquent pas toujours un Dieu bon et attentif, c'est davantage un Dieu qui demande des comptes, punissant les récalcitrants. Ton Eglise a souvent mis des parenthèses dans les psaumes les plus évocateurs de ces comportements.

Devant de telles images qui tournent et se retournent quand tout ne va pas bien, elles reviennent en mémoire et nous éloignent de ce Dieu qui nous paraît si dur et terrifiant. Il moissonne là où il n'a pas semé, ramasse là où il n'a pas répandu le grain.

Pardon, Seigneur, mais la peur nous pousse à rendre en bon état ce que Dieu nous a donné. Que pouvons-nous faire de plus que de lui rendre son bien ? Il a ce qui lui appartient.

Qui d'entre nous pourrait dire que de telles images sont absentes de sa vie quand Dieu se fait silence, que la souffrance est trop forte, que tant d'injustices sont commises ? Ce cadeau que chacun a reçu, serait-il donc empoisonné ?

Si c'est le cas, il vaudrait mieux l'enterrer.

Talents 9.jpg

 

b) La confiance accordée et la confiance rendue.

Seigneur Jésus, la réponse à faire contre ces caricatures de Dieu que nous venons d'évoquer, repose tout d'abord sur une démarche que beaucoup ont bien du mal à mettre en place : La décision d'une recherche à faire pour comprendre la symbolique employée dans l'ensemble des "ECRITURES". Prendre le temps de se mettre à plusieurs pour partager dans l'échange la richesse incalculable de ces talents confiés dans ces livres de la Parole. Le reçu est le même pour tous, mais la manière employée pour vivre et pour comprendre n'est pas forcément identique.

C'est de nous qu'il dépend de savoir faire fructifier ce qui est resté bien trop longtemps caché.

Nous avons reçu en héritage une richesse identique, mais elle reste trop souvent enfermée dans une bibliothèque, cet ensemble de livres que nous n'ouvrons jamais que l'on appelle la Bible. Ce livre de la Vie est rempli de talents que nous pouvons faire fructifier. Et notre surprise est grande quand, dans ces moments partagés, nous découvrons que nous sommes bénéficiaires d'une richesse que nous ne soupçonnions pas. Le visage de Dieu se dévoile à nos yeux. Il ne ressemble en rien à ce que nous imaginions dans nos caricatures. Le visage de Dieu, dans le Premier Testament, celui que l'on nous cachait parce que trop difficile à comprendre, devient Source d'Amour et souffle de tendresse. Il se révèle comme notre Origine qui ne connaît que le don de la confiance qui nous est accordée. Encore faut-il la recevoir et la faire fructifier. C'est le TALENT de Celui qui nous dit "JE SUIS" et qui nous donne à comprendre que, faits à son Image et à sa ressemblance, nous bénéficions de la présence de l'ETRE, et cela pour toujours. Un jour cessera notre existence, mais l'ETRE demeurera à jamais.

Quant au deuxième Testament, autre talent que nous avons à développer, c'est toi, Seigneur Jésus, qui en est le CHEMIN. C'est alors qu'il nous faut déployer la richesse de ce qui nous est donné. Nous ne pouvons enfouir un tel Trésor, sans jamais nous occuper de le faire fructifier tout en le partageant avec d'autres qui portent en eux ce même désir d'avancer.

Seigneur Jésus, tu nous dévoiles à ton tour le visage de Dieu qui n'est autre que Celui de ton Père dont le nom est AMOUR. Il se confie à nous comme le plus beau des talents à faire fructifier.

Parabole des talents 2.jpg

c) Le goût du risque dans une confiance vécue.

Pour vivre pleinement et se donner ainsi, il importe d'avoir le goût du risque dans une confiance vécue. Car tout n'est pas joué quand nous avons mieux compris le TALENT DE DIEU sur ce chemin d'Amour.

A ta manière, Jésus, il nous faut apprendre chaque jour, chacun en fonction de ce qu'il est et de ce qu'll devient, à mettre en pratique ce que nous avons compris.

Et c'est toujours un risque à prendre que celui qui consiste à aimer comme Dieu nous aime, comme tu nous as aimés. Avec toi, Seigneur, la vie n'est pas fleuve tranquille. Elle devient un chemin qui croise d'autres chemins. Et ces chemins sont parcourus par des personnes qui réclament à boire ou demandent à manger. Comme tes premiers compagnons envoyés en mission, nous avons peu de choses, mais ce que nous avons, nous pouvons le donner en nous donnant nous-mêmes.

Cela suppose de prendre le temps nécessaire de vivre d'abord la rencontre avec toi, Seigneur, qui a le talent pour nous apprendre à prier. Cela suppose aussi de nous laisser rencontrer par ton Père dont le Talent est d'aimer en plénitude. Cela suppose enfin de risquer la confiance dans la rencontre avec les autres. Cette dernière démarche est sans doute la plus difficile, car il importe de dépasser les apparences pour recevoir et pour donner encore. C'est la place accordée au pardon quand nous sommes blessés. C'est aussi la démarche de permettre à chacun de faire fructifier le ou les talents reçus.

Ouverture :

Jésus, nous comprenons désormais la gravité de ne pas faire fructifier ce qui nous est donné de toute éternité. La liberté nous permet de rester enfermés sur nous-mêmes sans vouloir abimer ce que nous avons reçu. Mais un tel gaspillage ne peut que provoquer des pleurs et des grincements de dents. Car en étant jetés dehors, nous aurons tout à reprendre afin de remonter la pente. L'attitude de ton Père, quand il exerce son TALENT, n'est jamais de nous perdre, mais de nous donner la chance de renaître afin de faire fructifier le Talent que nous avons reçu.

Michel GUERRE le 19 novembre 2017

Talents 13.jpg

 



19/11/2017
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi