Espace pour mieux Chercher

RELECTURE SIXIÈME DIMANCHE DE PÂQUES LE 6 MAI 2018

6e dimanche de Pâques.

Année B.

Dimanche 6 mai 2018 

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 15, 9-17

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous êtes fidèles à mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j'ai gardé fidèlement les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que vous soyez comblés de joie. Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ignore ce que veut faire son maître ; maintenant, je vous appelle mes amis, car tout ce que j'ai appris de mon Père, je vous l'ai fait connaître. Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, c'est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous partiez, que vous donniez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous l'accordera. Ce que je vous commande, c'est de vous aimer les uns les autres.

 

 Sixième dimanche de pâques 2015 6.jpg

 

6e dimanche de Pâques.

Année B.

Dimanche 6 mai 2018 

Relecture de L'Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 15, 9-17

 

"Un Amour qui se donne pour être redonné à son tour"

 

Ouverture : Seigneur Jésus, au moment où tu fais ce "Passage" de ce monde à ton Père, tu nous délivres une Parole sur ton intimité avec Lui. Tu nous dévoiles aussi ce que nous devons faire pour demeurer dans ton amour. Et tu nous livres le moyen le meilleur pour aimer et devenir tes amis.

Tu nous rappelles enfin que c'est toi qui nous choisis afin que nous portions un fruit qui ne meurt jamais.

 

1- Ton intimité avec le Père :

La Source originelle dans laquelle tu demeures est d'abord et avant tout cet Amour de ton Père qui, inlassablement, se donne à toi. C'est la première Parole que tu nous délivres : "Comme le Père m'a aimé".

Ici, nous pouvons mesurer l'importance d'être aimés par un père, par une mère. C'est la première garantie qui doit être donnée dans la vie de famille.

Ils sont bien trop nombreux les "mal-aimés", ceux et celles dont les parents gardent une distance lointaine avec ces enfants qui attendent un geste paternel, une caresse maternelle.

Ne jetons pas la pierre, la tentation est grande de ne pas tout donner pour ceux et celles que nous sommes appelés à faire grandir sur un chemin où la manière d'aimer devrait être prioritaire. Nous passons, comme parents ou comme éducateurs, de ce qui est prioritaire pour les autres en nous rendant propriétaires de ce qui ne nous appartient pas.

Il est indispensable d''aimer pour permettre à ces enfants de grandir et de ne pas combler un vide par toutes sortes de déviances qui, inévitablement, les conduiront à une délinquance, voire à une vie totalement gâchée.

Tout ne va pas toujours aussi loin, mais nous pouvons mesurer l'handicap de ceux et celles qui, sans avoir été suffisamment aimés, sont sur une route difficile pour trouver la manière d'être eux-mêmes.

Seigneur Jésus, nul ne pourra effacer cette première Parole énoncée à tes compagnons que nous sommes : "Comme le Père m'a aimé !" Nous avons vu combien cette intimité entre ton Père et toi est tout à fait indispensable pour aimer.

 Sixième dimanche de Pâques 2017 7.gif

2- Demeurer dans ton amour :

Seigneur Jésus, tu nous invites à entendre ta Parole comme une déclaration d'amour : "Comme le Père m'a aimé moi aussi je vous ai aimés." Tu ne dis pas : "comme le Père vous a aimés, mais comme le Père m'a aimé moi aussi je vous ai aimés." Etant aimé de ton Père, tu ne gardes pas cet amour pour toi, mais tu nous le partages comme le plus beau des cadeaux. Nous sommes aimés d'abord, et c'est pour cela que nous pouvons aimer. Tout homme, toute femme, tout enfant est aimé de toi. Nous ne devons jamais oublier que nous sommes précédés d'un Amour qui nous dépasse infiniment. Qu'importe le "ressenti" ou le " non éprouvé". La confiance est plus forte que toutes nos émotions.

Il nous arrive de ne compter que sur nous pour aimer. Cet orgueil nous pousse à mal aimer tout en croyant aimer quand même.

Tu nous invites à toujours nous référer à ton amour, non pas pour nous y complaire, mais parce que c'est bien là qu'est la Source Originelle que tu reçois de ton Père. Demeurer dans ton amour est à l'inverse de rester bien au chaud afin de ne pas prendre froid. Demeurer dans ton amour, c'est garder fidèlement tes demandes de servir et d'aimer. Toi-même, seigneur Jésus, tu n'as jamais failli à cette démarche d'aimer, même quand tes amis t'ont trahi.

Aujourd'hui encore, tu nous rappelles tout cela sous forme d'un commandement : demande intense de ne pas passer à côté de cet essentiel d'être aimé pour aimer.

Tu nous donnes ta joie pour que nous soyons comblés de joie. Ta joie, Seigneur, ne s'éprouve pas dans un simple frisson de l'âme. La joie que tu nous donnes est d'abord de savourer le bonheur d'être aimés.

Dans certaines familles, cette joie est pleinement vécue : chaque enfant est aimé pour lui-même et, dans un même élan, il éclate de joie à l'égard des siens.

Mais nous avons beaucoup de mal à croire que nous sommes aimés pour nous-mêmes, en toute gratuité. Avec toi, Seigneur Jésus, il n'y a pas de marchandage : ton Amour est donné, il n'est jamais repris. Et il importe peu que nous soyons secoués d'émotions ou que nous nous sentions aussi secs que le bois en hiver. L'essentiel n'est pas là, il est dans la confiance accordée, que nous soyons dans la lumière ou au plus fort de la nuit.

C'est alors seulement que nous pourrons entendre la pressante demande que tu nous fais maintenant, celle de nous aimer les uns les autres comme toi tu nous aimes.

Ce chemin n'est pas le plus facile, mais il est le seul chemin qui apporte une réponse à la demande que tu nous fais.

Sixième dimanche de Pâques 2016 1.jpg

3- Nous aimer les uns les autres :

Seigneur Jésus, le moment est venu d'entendre ta demande qui n'est pas simplement un bon conseil à observer : "Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande."

Seigneur Jésus, tu n'as jamais dit : "Aimez-moi comme je vous aime !".

Ta Parole est ouverture sur les autres. La seule preuve que nous pouvons te donner est contenue dans cette parole : "Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés."

Apprendre chaque jour à nous aimer les uns les autres est certainement plus difficile que de dire une parole, aussi amoureuse soit-elle, "Je t'aime, Seigneur !"

Pour nous aimer les uns les autres en vérité, il nous faut regarder la manière dont tu nous aimes. Tu aimes pleinement, en toute gratuité. Tu ne fais pas de différences. Tu vas vers les plus pauvres, mais tu ne négliges pas de franchir le pas de la porte de ceux qui sont autrement élevés.

Quand les critiques surviennent dans les apaisements donnés, dans les personnes relevées de leurs cibles manquées, tu es certainement touché, mais tu n'es pas entamé. Tu continues ton chemin en ouvrant un passage au milieu de leur vie afin que ces personnes, qui te montrent du doigt, trouvent en elles un chemin pour aimer.

Seigneur Jésus, tu n'as pas cherché à souffrir pour dire ton amour des autres, tu les as simplement aimés, et c'est de là qu'est venue ta souffrance.

Cette croisée des chemins sur la route des hommes t'a mené jusqu'à la croix où ta Parole est encore une parole d'amour : "Père, Pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font !" Tu t'adresses à ton Père afin de trouver la force d'aimer encore par-dessus tout.

Tel est le chemin que tu nous traces en nous disant encore : "Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis."

Et en faisant ce que tu fais, nous devenons tes amis. Les émotions ne sont pas nécessaires, il suffit simplement d'entendre et de mettre en pratique ta manière d'aimer.

Seigneur, tout ce que tu as appris de ton Père, tu nous l'as fait connaître. Y-a-t-il plus beau cadeau d'amour que celui d'apprendre à aimer avec toi ceux et celles que nous rencontrerons dans chacune de nos journées ?

Ce chemin est certainement le plus sûr pour te signifier notre amour. Et c'est à la mesure d'aimer les autres sans mesure que nous pourrons alors te dire en nous adressant à toi : 'Seigneur, maintenant je sais que tu m'aimes et que je peux t'aimer."

Sixième dimanche de Pâques 2016 10.jpg
 

 

Accomplissement :

Seigneur Jésus, tu n'as pas fini de nous surprendre par une Parole qui accomplit ce que nous sommes sur un infini d'Amour : "Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, c'est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous partiez, que vous donniez du fruit, et que votre fruit demeure."

Très souvent, nous pensons que nous t'avons choisi, alors que c'est toi qui nous as choisis. Tu n'as pas fait un tri entre ceux qui seraient choisis ou pas. Tu choisis chacun d'entre nous pour aimer comme tu aimes.

Nous n'avons pas de choix à faire, simplement une réponse à donner. Et en cela réside notre liberté. Car la réponse faite une première fois, dans un moment plus solennel, est à refaire chaque jour, d'une manière ou d'une autre. Nous restons libres, et nous le savons bien, d'aimer ou de ne pas aimer. Chaque journée est occasion de l'expérimenter.

Mais nous savons aussi que ton choix de nous aimer ne variera jamais.

Nous sommes appelés à donner du fruit de ton Amour dans notre propre demeure et dans la demeure de nos frères et de nos sœurs.

Michel GUERRE le 6 mai 2018

AIMER comme Jésus 5.gif



06/05/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi