Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIORS EN CE 23 DECEMBRE 2015

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1,57-66.

Quand fut accompli le temps où Élisabeth devait enfanter, elle mit au monde un fils.

Ses voisins et sa famille apprirent que le Seigneur lui avait montré la grandeur de sa miséricorde, et ils se réjouissaient avec elle.
Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant. Ils voulaient l’appeler Zacharie, du nom de son père.

Mais sa mère prit la parole et déclara : « Non, il s’appellera Jean. »

On lui dit : « Personne dans ta famille ne porte ce nom-là ! »

On demandait par signes au père comment il voulait l’appeler.
Il se fit donner une tablette sur laquelle il écrivit : « Jean est son nom. »

Et tout le monde en fut étonné.

À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia : il parlait et il bénissait Dieu.

La crainte saisit alors tous les gens du voisinage et, dans toute la région montagneuse de Judée, on racontait tous ces événements.
Tous ceux qui les apprenaient les conservaient dans leur cœur et disaient : « Que sera donc cet enfant ? » En effet, la main du Seigneur était avec lui.

Naissance de Jean-Baptiste 1.jpg
                       

"Dieu donne sa gratuité d'amour à chacun, car chacun est unique pour Lui."

 

Jésus, Les temps sont accomplis, nous sommes venus au monde d'une manière unique.

Et dans notre entourage, chacun s'est réjoui car Dieu, par le biais de nos parents, a dévoilé sa tendresse et son inlassable attachement à notre désir d'aimer avec le cœur, en nous aimant lui-même avec son cœur.

Et ce fut jour de fête quand les amis se rassemblèrent pour participer au Baptême dans lequel un nom nous fut donné.

Certains auraient voulu entendre un nom qui était dans la lignée de la famille. Mais il en fut autrement quand le nom fut énoncé par notre mère, car c'était un nouveau nom qui semblait rompre avec la tradition. Chacun de nous, d'une manière différente, fut ainsi appelé "Dieu fait grâces".

Etonnement de l'entourage qui n'avait jamais entendu cette appellation : "Personne dans la famille ne porte ce nom-là !"

Mais toi, Mon Dieu, tu sais bien que ce Nom "Dieu fait grâces" est donné à chacun, et qu'il devient unique pour celui qui le reçoit.

Ordinairement, c'est le père de l'enfant qui doit donner le nom, lequel doit être le sien. Mais si le père a douté que son épouse stérile enfante au monde un enfant, cela dans sa vieillesse, il devient incapable de parler.  Pourtant il connaît le nom qu'il faut donner, celui de "Dieu fait grâces". Mais il reste muet, dans l'impossibilité de parler devant un tel renversement.

Et pour répondre aux signes qui lui viennent de l'extérieur, sur une tablette tactile, il écrit le nom à donner à cet enfant : "Jean est son nom." ou "Dieu fait grâces".

Et dans le même temps, comme une réponse à cet acte de confiance, il se met à parler, disant du bien de Dieu qui est à l'origine de la grâce donnée.

Les amis, saisis d'étonnement, racontent l'évènement de l'étonnante naissance et de ce nom nouveau.

Mais, comme ta Mère, Marie, ils conservent cela dans leur cœur tout en se demandant : "Que sera donc cet enfant ?"

Cet évènement, raconté au sujet de la naissance de Jean, il est aussi le nôtre.

Que faisons-nous du nom reçu à notre naissance : "Dieu fait grâces." ?

Que faisons-nous des noms donnés à tous les enfants ?

Qu'est-il devenu l'enfant que nous étions ? Que deviendront ces enfants qui viendront de la Source qui déverse ses grâces ?

En ces jours où nous allons faire mémoire de ta venue parmi nous, aurons-nous l'audace de nous dire que nous renaissons avec toi de cette Source Divine ? Aurons-nous l'audace de faire connaître cette Bonne Nouvelle en la dévoilant au monde ?

Michel GUERRE le 23 décembre 2015

Naissance de Jean-Baptiste 2.jpg

 



23/12/2015
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi