Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX SENIORS EN CE 22 MARS 2018

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE  AUX SENIORS EN CE 22 MARS 2018

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 8,51-59.

En ce temps-là, Jésus disait aux Juifs : Amen, amen, je vous le dis : si quelqu’un garde ma parole, jamais il ne verra la mort. »

Les Juifs lui dirent : « Maintenant nous savons bien que tu as un démon. Abraham est mort, les prophètes aussi, et toi, tu dis : “Si quelqu’un garde ma parole, il ne connaîtra jamais la mort.”

Es-tu donc plus grand que notre père Abraham ? Il est mort, et les prophètes aussi sont morts. Pour qui te prends-tu ? »

Jésus répondit : « Si je me glorifie moi-même, ma gloire n’est rien ; c’est mon Père qui me glorifie, lui dont vous dites : “Il est notre Dieu”, 
alors que vous ne le connaissez pas. Moi, je le connais et, si je dis que je ne le connais pas, je serai comme vous, un menteur. Mais je le connais, et sa parole, je la garde.

Abraham votre père a exulté, sachant qu’il verrait mon Jour. Il l’a vu, et il s’est réjoui. »

Les Juifs lui dirent alors : « Toi qui n’as pas encore cinquante ans, tu as vu Abraham ! »

Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : avant qu’Abraham fût, moi, JE SUIS. »

Alors ils ramassèrent des pierres pour les lui jeter. Mais Jésus, en se cachant, sortit du Temple.


JE SUIS 12.jpg
                       

 

"JE SUIS" "TU ES" "NOUS SOMMES"

Jésus, quelle est forte cette Parole que tu nous donnes à entendre en ce jour.

Comment pourrions-nous être infidèles à ta Parole quand tu nous dis que si nous la gardons comme un trésor, nous ne verrons jamais la mort ?

Les juifs de ton temps ne peuvent que bafouiller devant une telle affirmation. Et nous ne sommes pas loin de faire la même chose en y réfléchissant. Il faut dire, pour emprunter notre langage, que tu pousses le bouchon un peu loin. Au premier abord, seul le "mélange tout" peut te faire parler ainsi, selon tes contemporains. Car ils pensent avec justesse que leur Père Abraham est mort, ainsi que les prophètes. Et ils te demandent pour qui donc tu te prends pour dire cette parole :"Si quelqu'un garde ma parole, il ne connaîtra pas la mort."

Jésus, depuis que nous sommes enfants, nous sommes habitués à entendre de telles nouveautés qui paraissent n'avoir plus rien de nouveau pour nous.

Mais il est impossible de ne pas être bouleversés par les propos entendus et qui, pour aujourd'hui, nous paraissent si révolutionnaires.

Tu as choisi de ne pas nous laisser tranquilles dans notre foi enfantine. Tu ne veux pas tricher afin que nous puissions adhérer en toute vérité au fait que "TU ES DIEU".

Ta réponse est très claire à ce sujet, car tu ne dis pas cela de toi-même, mais tu le tiens de ton Père qui t'enveloppe de L'Esprit, souffle d'amour qui donne tout son sens à la parole prononcée. Tu n'es pas un menteur, et encore moins un imposteur, car tu connais le Père et sa Parole, au point de ne faire qu'un avec Lui.

Tu nous révèles, comme aux juifs, scandalisés par tes propos, qu'Abraham, notre Père dans la foi, a tressailli de joie en voyant ton jour se lever.

L'étonnement est complet chez tes contemporains, et sur nous aussi, au point de te faire remarquer que tu n'as pas cinquante ans et que tu as vu Abraham.

Et ta réponse est sans appel : "Amen, amen, je vous le dis : avant qu'Abraham fût, moi, JE SUIS."

Jésus, c'est là que tu attends notre adhésion ou notre refus. Et une telle démarche est à refaire chaque jour.

Nous avions cru jusqu'à présent qu'une seule réponse suffisait. Mais tu nous donnes la chance de la reformuler quotidiennement. 
Le "OUI" que nous avons dit une fois est à redire chaque jour en relation avec nos frères et sœurs : "Nous croyons vraiment que TU ES DIEU dévoilé chaque jour."

Le "NON" que nous avons pu prononcer maintient toujours la porte ouverte pour un "OUI" à donner.

Dans la nuit ou la lumière, nous ne ramasserons pas des pierres pour te les jeter. Tu ES DIEU caché au cœur de notre vie.

Ne pas juger 12.jpg

Mais, dans le même temps, il convient que nous ne jetions pas la pierre sur ceux et celles qui ont péché. Saurons-nous, comme toi, Seigneur Jésus, aider ceux et celles qui le désirent à remonter la pente ?

Ton Eglise, en ces jours, fait l'objet de bien des critiques étalées sur la place publique à propos de déviances qu'il n'est pas nécessaire de nommer, les médias se chargeant de le faire.

N'oublions pas que l'Eglise vit au cœur d'une société qui a, elle aussi, son poids de responsabilités. Ton Eglise doit se redresser et reconnaître ses torts, la société aussi.

En ce temps de "cœur'aime", faisons œuvre de repentance et nous pourrons aider ceux et celles qui ont manqué la cible à remonter la pente pour te rejoindre, Seigneur Jésus, qui nous dévoiles ton identité en disant que TU ES le chemin, la vérité, la vie. C'est ce chemin, qu'en société et en Eglise, nous devons prendre pour aimer.

Michel GUERRE le 22 mars 2018

Ne pas juger 6.jpg



22/03/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi