Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX SENIORS EN CE 23 OCTOBRE 2018

MON BILLET DE CE JOUR EN CE 23 OCTOBRE 2018

1) Nous écoutons la Parole de ce Jour :

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,35-38.

Jésus disait à ses disciples : " Restez en tenue de service, et gardez vos lampes allumées.

Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu'il arrivera et frappera à la porte.

 Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : il prendra la tenue de service, les fera passer à table et les servira chacun à son tour.

 S'il revient vers minuit ou plus tard encore et qu'il les trouve ainsi, heureux sont-ils !

  
                     

2) Nous laissons résonner cette Parole dans nos cœurs :

3) Nous relisons la Parole à la lumière de notre vie et de l'Esprit :

Seigneur Jésus, tu nous invites à préparer nos cœurs pour un grand "dévoilement" de ta Présence.

Deux consignes précises que nous connaissons bien, encore faut-il les appliquer dans nos vies :

- Rester en tenue de service : quelle autre référence que celle que tu choisis de faire à ton dernier repas ? Tu mets un tablier et tu laves les pieds de chacun. Ce"Sacrement du frère" est bien celui que nous devons exercer : Nous mettre en état de service pour répondre aux différents appels -un frère à relever, une famille à consoler, une communion à vivre dans la prière avec ceux et celles dont le cri résonne à notre cœur-. Nous ne pourrons jamais nous échapper de ce chemin, car il n'y en a pas d'autres pour vivre les rencontres et nous ouvrir à l'ultime Rencontre que tu veux faire avec nous.

Ici, je ne résiste pas à insérer le très beau commentaire de Christian de Chergé, moine de Thibirine.

Commentaire de Christian de Chergé, moine de Thibirine

Vous aussi tenez vous prêts.

"Quand l'amour s'empare de la mort, c'est la vie même qui est transfigurée. A regarder la mort en face, désormais, nous oublions tous nos revers. Nous voici comme élevés de terre, prêts à tout confesser de ce qui nous retient au passage sur le chemin du retour à la maison.

Il n'y a plus là devant nous que la réalité attirante d'une communion offerte à tous les vivants, cette communion à laquelle nous appartenons de naissance, pour laquelle le baptême nous a consacrés, et qui se donne à désirer, à consentir, chaque jour et pour toujours.

Depuis de longs mois, il nous a bien fallu ainsi apprendre à mieux affronter la mort au creux de la vie, à situer la mort au cœur même de notre vocation chrétienne et monastique, c'est à dire pascale, à vivre comme en état de mort dépassée, sans pour autant rien changer au pas de nos jours puisqu'ils sont le lieu et la monnaie de cette victoire de la vie.
De qui donc est cette effigie de vie ?

Elle est celle même de Dieu, notre espérance sur le visage de chacun de nous. Et si la mort s'identifie à ce souffle qui expire une dernière fois, elle se laisse tout entière aspirer par cet autre Souffle qui murmure une bonne fois : "Viens vers le Père" !"

 

- Garder nos lampes allumées : Nous sommes des "porteurs de lumière" pour dévoiler la nuit et l'ouvrir sur le jour qui est aussi ton JOUR. Nous balisons le chemin pour t'accueillir en veillant. Si nous avons marché pour éclairer le chemin, toi, Seigneur, tu prendras à nouveau la "tenue de service". Tu nous feras passer à ta Table et tu nous serviras chacun à notre tour, te donnant pleinement en faisant Corps avec nous, sans oublier de faire corps avec tous ceux et celles que nous avons essayé de servir. Y-a-t-il plus belle eucharistie que ces "Noces éternelles" ?

Seigneur, nous resterons éveillés et garderons nos lampes allumées pour ce repas de Noces que tu prépares pour chacun dans une ultime rencontre qui ne finira jamais. Nous ne savons rien du "comment", mais nous savons que tu nous attends pour nous servir encore au cours de ton repas, celui où tu te donnes.

Michel GUERRE le 23 octobre 2018



 

 

 

 



23/10/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi