Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX SENIORS EN CE 26 FÉVRIER 2018

1) Ecoutons cette parole :

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 6,36-38.

Jésus disait à la foule : " Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux.
Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. 
Donnez, et vous recevrez : une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans votre tablier ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous. »


Miséricorde 11.jpg
                       

 3) Relisons la parole qui traverse nos vies.

Seigneur Jésus, nous voulons apprendre à entendre et à aimer d'abord cette adresse que tu fais à la foule dans laquelle nous sommes aussi :"Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux". Cette Parole, nous pourrions la traduire ainsi : "Encordez-vous à la misère de l'autre comme Votre Père s'encorde à votre misère." C'est une action à mener que ce cœur à cœur qui ne prend pas en pitié mais qui aime jusqu'au fait de prendre sa part de la faiblesse de celui que l'on montre du doigt. Qui mieux que Dieu le Père peut avoir une telle tendresse ?

C'est alors seulement que nous pouvons entendre la demande de ne pas s'ajuster sur les faux jugements, de ne pas condamner sans connaître vraiment. Et qui pourrait se targuer de tout connaître de l'autre pour le ranger au rang de ceux qui sont damnés à tout jamais ? La tentation est grande d'agir ainsi.

Ceci n'est pas une mise en cause des juges et des lois. Il s'agit simplement d'un apprentissage d'aimer à ta manière, Seigneur Jésus :  face à la femme adultère, tu dessinais sur le sable. En te relevant, tu énonçais cette parole : "Que celui d'entre vous qui n'a jamais péché lui jette la première pierre ! " Et tous ces juges manqués se retournèrent en eux-mêmes sans dire un seul mot, sans faire un seul geste, en commençant par les plus âgés.

Et c'est alors que, Seigneur Jésus, tu te relevas, et t'encordant à la misère de  cette femme, sans pour autant excuser la faute dénoncée, tu prononças cette parole : "Moi non plus, je ne te condamne pas ! Va et désormais tu apprendras à remonter la pente !"

Seigneur Jésus, tu nous invites à nous donner en aimant sans compter. C'est alors seulement que nous découvrirons combien nous sommes aimés.

Elle est forte ta dernière parole en ce temps de "cœur'aime" : "La mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous."

"La mesure d'aimer est d'aimer sans mesure" rappelait Saint Bernard dont la devise est écrite sur une arcade d'un couloir de l'Abbaye de Notre Dame des Dombes.

Respiration :

Psaume 79(78),5a.8.9.11.13ab.

Seigneur, ta colère n'est pas colère, mais elle est supplication d'accueillir ta tendresse quand nous sommes tout au bout de nos forces.

Tu nous aides, Seigneur, afin de dévoiler ton Amour qui a du poids en chacun d'entre nous. Et c'est ainsi que tu nous libères de ce qui nous entrave.
La plainte des condamnés se fait toujours entendre en ta présence.

Tu embrasses le cœur de ceux que tant d'autres ont voué à la mort, et tu les fais revivre.

Car tu nous aimes, Seigneur, et nous sommes ton peuple que tu conduis chaque jour.

Nous ne saurons jamais te dire notre merci pour tant d'amour versé dans notre tablier afin qu'à notre tour nous sachions nous donner par dessus-tout  et nous encorder à la misère de l'autre.

 

Michel GUERRE le 26 Février 2018

Miséricorde 12.jpg



26/02/2018
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi