Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX SENIORS EN CE 6 JUIN 2018

MON BILLET DE CE JOUR EN CE 6 JUIN 2018

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 12,18-27.

Des sadducéens – ceux qui affirment qu’il n’y a pas de résurrection – viennent trouver Jésus. Ils l’interrogeaient :

« Maître, Moïse nous a prescrit : Si un homme a un frère qui meurt en laissant une femme, mais aucun enfant, il doit épouser la veuve pour susciter une descendance à son frère.

Il y avait sept frères ; le premier se maria, et mourut sans laisser de descendance. 
Le deuxième épousa la veuve, et mourut sans laisser de descendance. Le troisième pareillement.

Et aucun des sept ne laissa de descendance. Et en dernier, après eux tous, la femme mourut aussi.

À la résurrection, quand ils ressusciteront, duquel d’entre eux sera-t-elle l’épouse, puisque les sept l’ont eue pour épouse ? »

Jésus leur dit : « N’êtes-vous pas en train de vous égarer, en méconnaissant les Écritures et la puissance de Dieu ?

Lorsqu’on ressuscite d’entre les morts, on ne prend ni femme ni mari, mais on est comme les anges dans les cieux.

Et sur le fait que les morts ressuscitent, n’avez-vous pas lu dans le livre de Moïse, au récit du buisson ardent, comment Dieu lui a dit : Moi, je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob ?

Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Vous vous égarez complètement. »


Dix huitième dimanche ordinaire 2016 5.jpg
                       

"La gloire de Dieu c’est l’homme complètement vivant." St Irénée 

Seigneur Jésus, redoutable question que celle posée par ceux qui affirment ne pas croire à la résurrection.

Mais cette interrogation, adressée d'une manière impertinente, n'est-elle pas aussi la nôtre, en voyant disparaître des êtres qui nous sont chers, en étant questionnés sur notre propre mort et sur la réalité d'un "Après" ?

Laissons tomber l'impertinence des Sadducéens qui cherchaient à te mettre dans l'embarras, mais arrêtons-nous un instant sur l'importance de cette interrogation.

Certains préfèrent ne jamais y penser, vivant au jour le jour, en se disant que l'on verra bien quand le moment sera venu.

D'autres s'interrogent sur ce que sont devenus ceux que, d'une manière pudique, ils nomment "leurs chers disparus". Et, dans le même temps, la question de "l'Après" se pose comme une quête, parfois une angoisse pour un certain nombre d'entre nous.

Du reste, Seigneur, à la question posée, tu nous invites à ne pas nous égarer et à relire les Ecritures dans lesquelles le pouvoir d'aimer de Dieu est sans mesure. Ce qui nous constitue en tant que corps, âme et esprit, fait de chacun une personne, c'est-à-dire un être de relations. Et cette réalité là, dont nous ne savons le comment, ne disparaîtra jamais, elle sera transformée. Nous sommes donc appelés à aimer de plus en plus ceux et celles que nous avons aimés, et nous apprendrons à aimer ceux que nous avons repoussés.

Jésus, sans détailler le comment, tu nous invites à laisser résonner dans nos cœurs la parole de Dieu dite à Moïse dans le buisson ardent : "Moi, Je SUIS le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, le Dieu de Jacob. Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants."

Fulgurante réponse qui nous garde sur le chemin des "vivants". Quand l'existence cesse, l'être profond demeure. Et c'est bien la Personne qui est transformée pour un Amour à recevoir et à vivre, ici et maintenant, avec le Dieu des vivants.

Seigneur Jésus, tu as traversé la mort pour un "Relèvement". Tu nous précèdes toujours sur le chemin des vivants. Mettant notre confiance en toi, nous vivrons pleinement.

Michel GUERRE le 6 juin 2018

Accomplir la loi 2016 3.jpg



06/06/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser