Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX SENIORS ENCE 4 AVRIL 2018

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE  AUX SENIORS EN CE 4 AVRIL 2018.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 24,13-35.

Le même jour (c’est-à-dire le premier jour de la semaine), deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé.

Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux.

Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. 
Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.

L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. » 
Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple : comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié.

Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé. 
À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau, elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant.

Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. »

Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? »

Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.

Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin.

Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse.» Il entra donc pour rester avec eux. 
Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna.

Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards.

Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? » 
À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent : 
« Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. »

À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

Mercredi de pâques 2015 4.jpg
 

                      

« Quand l’accompagnement devient dévoilement »

 

Ce même jour est le troisième après ta mort, Seigneur Jésus. C'est bien le jour des relations, celui qui nous fait ressentir ton incompréhensible absence. Compagnons d'Emmaüs, nous faisons route ensemble, parlant de ce passé qui ne passe pas et nous dépasse encore. L’inattendu s’est produit dans ta mort éprouvée : la blessure est largement ouverte et l’absence se fait cruellement sentir. Il y a des moments où la souffrance est si intense que la confiance donnée semble à jamais perdue. Qui de nous n'a ressenti cela dans la perte d'un proche, la perte d'un ami, des relations coupées ?

C'est pourquoi, en marchant sur la route, nous reparlons de toi ; mélangeant, dans nos mots échangés, des amis disparus, des amis éoignés. Nous parlons du passé, de ce temps partagé avec toi, avec les autres aussi. Mais dans un tel bouleversement, nous ne pouvons décrire l'impossible survenu.

Ce dialogue entre nous est chemin de silence parsemé de paroles. Nous voulons à tout prix combler le vide ressenti, pensant qu'en parlant ainsi de toi, de ceux que nous aimons, nous ferons naître une Présence Autre dans nos vies bouleversées.

Tellement préoccupés à échanger sur le passé, nous n'avons pas perçu ta Présence devenue !  Car c'est bien « quelqu’un » qui s’est approché si discrètement et qui marche avec nous. Mais comment reconnaître celui que l’on a connu ? L’amour perdu nous rend aveugles ! Et le temps devient vide, vide de nous-mêmes, vide des autres aussi.

Ton Etrange présence, que nous ne reconnaissons pas, nous dit une parole qui nous est adressée : « De quoi parliez-vous tout en marchant ? » Cette parole entendue, semble venue d’ailleurs.  Mais d'où vient donc cette Parole Impossible à localiser ? Nous ne savons pas bien si elle surgit de l'extérieur ou bien de l'intérieur ! Nous arrêtons brusquement notre marche et nos échanges. La tristesse se lit sans doute sur nos visages ; tristesse bien augmentée par le fait de savoir que d’autres ne savent pas l’objet de ce chagrin éprouvé dans ton absence vécue, comme dans l'absence de ceux et celles qui nous ont quittés ou se sont éloignés. Ce vide est devenu insoutenable dans l'évènement soudain de ta mort ressentie, comme est insoutenable le vide provoqué par la mort d'un ami, un relation rompue.

Et l’un de nous, celui que l’on appelle familièrement « célébrant de l’étoile qui se lève », "Cléophas" s’étonne de la Parole de cet étranger : « Comment ne pas savoir ce qui bouleverse notre vie et la met à l’envers ? Ils sont pourtant nombreux à connaître ce qui s'est passé !» C'est vrai qu'il faut du temps pour réaliser que l’évènement vécu ne touche que ceux qui en éprouvent une blessure ! Nous connaissons cela dans les deuils éprouvés, les relations brisées.  Les mots reçus sont des mots d'amitié et de sincère tendresse, mais ils ne remplacent jamais l'absence de celui ou celle que nous pleurons encore, celui ou celle avec qui la relation est devenue impossible.

Mercredi de pâques 2015 8.jpg

Mais l’étrange présence, celle qui se manifeste de l’intérieur, insiste avec douceur pour comprendre l’évènement qui nous bouleverse ainsi. Alors, nous échangeons encore, relatant une nouvelle fois l’infranchissable fossé creusé par cette disparition de celui qui paraissait indestructible, tant il parlait la VIE, tant il aimait les autres. Il prenait position pour défendre et saluer le respect que l'on devait à chacun. Libre dans ses propos, libre dans les gestes posés à l'égard des petits, il devenait gênant pour tous ceux qui pensaient bien. Condamné et mis à mort, il s'appelait Jésus de Nazareth.

Jésus, en ce troisième jour, tout se mélange en nous : Ta vie donnée et ta mort survenue nous rappellent tous ceux et toutes celles que nous aimons, disparus à nos yeux, relations devenues imposssibles.

Ce partage avec cet étranger se fait apaisement et permet de nous rendre présents à Toi, Jésus, à tous les autres évoqués. Nous ne savons plus bien si le rêve reste toujours du rêve pour combler ce grand vide par un semblant de vérité. Peut-être faut-il attendre que la réalité surgisse au bout de cette nuit, dans un silence étrange ?

Oui, Jésus, nous avons le cœur encombré par ce chagrin ressenti. Nous ne comprenons pas ce vide et ton absence dans nos vies. Nous ne supportons pas l'absence de nos proches, celle de nos amis. Ta mort est une réalité que nul ne peut contester, la mort des autres aussi. C'est sans doute cela l'épreuve de la foi, d'une confiance ébranlée dans la nuit. Cet abandon ressenti sur la croix, cette nuit de la foi éprouvée par tant de tes amis, par chacun de nous aussi, tel est donc ce chemin sur lequel nous marchons.

Faisant appel à cette parole que tu nous as adressée, nous discernons alors que ton chemin se dessine en nos vies, et que tu en as parlé quand nous sentions ta Présence. Cette Ecriture à laquelle tu fais appel devient ton Ecriture, celle que tu as rédigée en avançant toujours à la croisée des chemins, là où se font les rencontres. Déjà, en cette étrange présence, nous percevons une Présence Autre, qui ne se retourne pas afin de mieux accompagner.

Elle est si chaude ta Présence Autre, comme celle de nos amis disparus, des relations retrouvées, que nous voulons la retenir pour qu’elle reste avec nous. Nous avons peur du soir qui approche, du jour qui devient sombre. Car c'est en ces moments là que l'isolement est profondément ressenti.

Et c'est alors que nous célébrons ta vie, la vie de ceux et celles que nous aimons. Après avoir prononcé la bénédiction, Tu partages le pain, tu nous fais boire à la coupe avec les rassemblés de ceux et celles qui te connaissent et connaissent nos amis disparus. Nos yeux s’ouvrent enfin et nous te reconnaissons. En nous rendant présents à ceux et celles dont nous célébrons la vie, nous les reconnaissons autrement, mais tellement présents, l’espace d’un instant.

Puis, il y a cet effacement. Et la parole, notre parole reprend en conversant : « Notre cœur était brûlant en ce moment d’un accueil, d’une Parole échangée et reçue, du pain partagé, des autres rencontrés. »

Nous repartons, rejoignant ceux et celles que nous avons laissés. Et nous partageons avec eux ce passage sur la route, la Parole échangée, cette reconnaissance dans le pain rompu, comme celui qui s’est rompu à vivre pour dévoiler le sens de la vie, celle qui passe de l’existence à l’Etre, Présence qui a du poids dans nos vies. En rejoignant les Apôtres et tous leurs compagnons, ceux d'hier, comme ceux d'aujourd'hui, nous pouvons avec eux proclamer : "Le Seigneur est relevé, et nous le sommes aussi ! Nos amis disparus sont vivants à jamais."

Jésus, ta Présence et la présence des autres se confondent ainsi dans un bienfait qui célèbre toujours l’étoile qui se lève.

Michel GUERRE le 4 Avril 2018

Mercredi de pâques 2015 6.jpg



04/04/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi