Espace pour mieux Chercher

RELECTURE ADRESSE AUX JUNIORS EN CE 30ème dimanche le 29 octobre 2017

30e dimanche du temps ordinaire.

Année A.

Dimanche 29 octobre 2017

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 22, 34-40.

Les pharisiens, apprenant que Jésus avait fermé la bouche aux sadducéens, se réunirent, et l'un d'entre eux, un docteur de la Loi, posa une question à Jésus pour le mettre à l'épreuve : « Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? »

Jésus lui répondit : «Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tout ce qu'il y a dans l'Écriture — dans la Loi et les Prophètes — dépend de ces deux commandements. »

 Le grand commandement 2015 3.jpg

                       

30e dimanche du temps ordinaire.

Année A.

Dimanche 29 octobre 2017

Relecture de l'Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 22, 34-40.

Préalable :

"Seigneur Jésus, les plus proches de toi, ceux dont tu es le prochain, viennent d'apprendre que "tu as fermé la bouche" à d'autres dont tu te fais le prochain et qui sont proches de toi.

Forts de nos certitudes, nous choisissons souvent de te mettre à l'épreuve en cherchant à savoir si tu connais bien la Loi :"Maître dans la Loi, quel est le plus grand commandement ?"

Ta réponse est en trois temps qui sont indissociables : "Tu aimeras le Seigneur ton Dieu et ton prochain comme toi-même !"

- Aimer Dieu, mais Qui est-il ?

- Aimer l'autre, mais Qui est l'autre ?

- Aimer comme soi-même, mais Qui suis-je ?

 

1- Aimer Dieu, mais Qui est-il ?

Jésus, ta réponse première est au cœur de la loi, et il convient de la citer en entier afin de mieux la comprendre : "Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement."

Seigneur Jésus, mais comment faut-il faire pour aimer Dieu, lui que nous ne voyons jamais, qui nous paraît si lointain et tellement silencieux ? Mais qui est-il pour que, faisant référence à la Loi, tu nous demandes de l'aimer de tout notre cœur, de toute notre âme et de tout notre esprit ?

Nous l'avons bien appris en cours de catéchisme : "Dieu est un pur Esprit". Est-il vraiment possible d'aimer un pur Esprit ? La question est de taille, car tu nous fais savoir que ce commandement est le plus grand et le premier. Tu l'avoueras, Seigneur, c'est du domaine de l'incompréhensible.

Mais comment ont-ils fait ceux qui nous ont précédés pour aimer Dieu malgré tout, et sans le renier ?

Dis-nous, Seigneur, comment nous devons nous y prendre pour aimer Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme et de tout notre esprit.

Et si, "Pour Aimer Dieu", tu nous invitais d'abord à devenir "chercheurs", ne craignant pas de poser les questions sur l'origine du mal qui se passe dans le monde ? Job, dans le premier Testament, a crié sa douleur allant jusqu'à regretter le jour de sa naissance. Avec tout le respect que nous devons à Celui qui s'est dévoilé dans le Buisson Ardent par ce "JE SUIS" qui parcourt le monde, nous reposons notre question : "Mais qui est Dieu si, comme tu le demandes, nous devons l'aimer ainsi ?"

Jésus, nous ne voulons pas te mettre à l'épreuve, mais simplement savoir comment il faut s'y prendre pour vivre en pratique ce Grand Commandement.

Le plus grand commandement 16.jpg

2 - Aimer l'autre, mais Qui est l'autre ?

En reliant le Premier, le Grand commandement, au second qui lui est semblable, tu nous dévoiles une manière de vivre qui nous donne la clé pour aimer Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme et de tout notre esprit.

C'est donc en aimant l'autre que nous pouvons aimer ainsi.

Mais qui donc est cet "autre" qui se fait proche de nous et dont nous devenons le prochain ?

Et si c'était toi, Jésus, cet autre que nous pouvons aimer ? N'es-tu pas le grand dévoilement de Dieu en notre humanité ? Tu es le Fils de Dieu, tu es le Fils de l'Homme, et c'est ainsi que nous devons t'aimer. Et c'est bien dans le quotidien que nous pouvons te rencontrer dans ton histoire avec tous les hommes, dans notre histoire avec chacun de nous.

Ici, il nous est impossible de tricher. Car c'est en aimant l'autre que nous pouvons t'aimer. Cet "Autre" que tu ES, cet "autre" que nous sommes, qu'il nous faut apprendre à aimer de tout notre cœur, un cœur vibrant d'amour. Apprendre aussi à aimer de toute notre âme, ce qui fait l'essentiel de notre être et qu'on ne peut voir qu'avec le cœur. Enfin, aimer de tout notre Esprit, ce Souffle de Ta vie que tu inspires et expires en chacun de nous.

Cela paraît si simple quand on le comprend ainsi. Simple à comprendre, mais difficile à vivre. En effet, c'est à chaque instant que tu te fais le prochain de l'autre, et c'est à chaque instant que l'autre peut devenir ton prochain. Cette proximité dans l'amour partagé, nous savons bien jusqu'où elle t'a mené ! Toute ton existence fut un souci constant de ceux et celles qui furent jugés et condamnés injustement. Tu as passé ton temps à remettre debout ceux qui étaient tombés. Tu n'as porté aucun jugement, mais tu es resté si proche que nul ne peut te renier sans se renier lui-même.

Et aujourd'hui, c'est toi qui nous invites à devenir ce que tu ES. Car c'est à notre tour qu'il nous faut désormais aimer comme tu aimes. A notre tour de nous faire le prochain de l'autre en toutes circonstances.

Une telle démarche peut conduire à se donner pleinement, ce que tu as fait en étendant tes deux bras pour embrasser le monde. Des "témoins" que l'on nomme "martyrs" sont allés jusque là pour signifier une manière d'aimer Dieu de tout leur cœur, de toute leur âme et de tout leur esprit. Si nous voulons aimer Dieu ainsi, il n'y a pas d'autre chemin que celui que tu as pris.

Le plus grand commandement 15.jpg

3- Aimer comme soi-même, mais Qui suis-je ?

Cette troisième approche, qui arrive en dernier, pourrait être la première, à condition de la garder liée aux précédentes.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, il semble en effet difficile, voire impossible d'aimer Dieu, d'aimer l'autre, si on ne s'aime pas soi-même.

Mais qui suis-je pour être pris avec tant de considération ?

Chacun de nous est une "personne", un être de relations. Avoir le respect de soi, c'est donc avoir le respect de l'autre et de "L'Autre" que tu nommes Dieu dans ces deux commandements qui n'en font qu'un.

Le découragement à l'égard de soi-même, à cause des faiblesses entretenues, conduit inévitablement au découragement à l'égard des autres. Et si, dans les moments les plus creux, je n'aime pas ce que "JE SUIS", je ne peux prétendre aimer l'autre qui EST, et encore moins Dieu que tu nous invites à aimer.

Il n'est pas toujours facile d'apprendre à s'aimer soi-même quand on souffre et que l'on a mal. Il n'est pas toujours facile de garder la confiance quand la désespérance s'empare de tout notre être : des relations brisées, des amis(es) disparus, des échecs fréquents sont bien souvent la cause de nos désespérances.

Mais cette démarche, qui est de s'aimer soi-même, est bien incontournable, si nous voulons aimer Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme et de tout notre esprit, et aimer notre prochain comme nous-mêmes.

Le plus grand commandement 12.jpg

Ouverture :

Seigneur Jésus, en rappelant ces deux commandements qui n'en font qu'un, tu nous mets sur le chemin d'un amour qui ne peut être trompé. Dieu est Amour, tu nous le rappelles en faisant référence à l'essentiel de la loi. Il nous a aimés le premier, à nous de prendre nos dispositions pour l'aimer, tout en aimant les autres, et en nous aimant nous-mêmes.

Michel GUERRE le 29 octobre 2017



29/10/2017
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi