Espace pour mieux Chercher

RELECTURE ADRESSEE AUX SENIORS EN CE DEUXIEME DIMANCHE DE L'AVENT 2017

2e dimanche de l’Avent.                       

Année B.

Dimanche 10 décembre 2017

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 1, 1-8

Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, le Fils de Dieu.

Il était écrit dans le livre du prophète Isaïe : Voici que j'envoie mon messager devant toi, pour préparer la route.

A travers le désert, une voix crie : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route.

Et Jean le Baptiste parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés.

Toute la Judée, tout Jérusalem, venait à lui. Tous se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain, en reconnaissant leurs péchés.

Jean était vêtu de poil de chameau, avec une ceinture de cuir autour des reins, et il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage.

Il proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de me courber à ses pieds pour défaire la courroie de ses sandales.

Moi, je vous ai baptisés dans l'eau ; lui vous baptisera dans l'Esprit Saint.»

                       

 Deuxième dimanche de l'Avent 2015 8.jpg

 

2e dimanche de l’Avent.                       

Année B.

Dimanche 10 décembre 2017

Relecture de L'Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 1, 1-8

 

"AU COMMENCEMENT"

PREALABLE :

Nous connaissons la fin, et pourtant voici que chaque année tout recommence.

A lire l'Evangile de cette manière, c'est laisser Jésus-Christ dans son histoire avec un beau début et une fin gâchée qui s'ouvrira pourtant sur l'entrée en Royaume : N'oublions donc jamais que les Evangiles sont proclamés à la lumière de la mort et de la Résurrection de Jésus-Christ

Et si le commencement devenait nouveauté afin que Jésus-Christ dans l'Histoire soit aussi Jésus-Christ dans notre propre histoire ?

a) Une nouveauté qui se prépare depuis si longtemps.

b) Invitation faite par Jean-Baptiste à nous renouveler.

c) Annonce d'un vrai renouvellement par un Autre qui vient.

 

a) Une nouveauté qui se prépare depuis longtemps :

"Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, le Fils de Dieu."

Seigneur Jésus, ce sont les premiers mots de Marc, un des témoins qui annonce une nouveauté. C'est le commencement de la Bonne Nouvelle que toi, le Fils de Dieu, tu vas nous dévoiler afin que ton histoire devienne aussi la nôtre.

Mais ce commencement, pour être une nouveauté, doit remonter au plus haut de l'histoire, et faire appel à ton prophète nommé Isaïe : "Voici que j'envoie mon messager devant toi, pour préparer la route. A travers le désert, une voix crie : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route."

C'est donc un long cheminement qui nous attend : nous voici convoqués pour préparer la route du Seigneur. Ton histoire, Seigneur, est déjà notre histoire. Nous sommes tes messagers désignés pour préparer la route afin que ton histoire devienne aussi la nôtre. Tu nous donnes la responsabilité de déblayer le chemin, d'ouvrir dans nos vies des passages, d'enlever les cailloux qui se transforment en rochers, de faire un nettoyage pour t'ouvrir ce passage.

Tu n'attends qu'une chose, c'est notre consentement à préparer ton chemin en aplanissant la route qui traverse nos vies.

Et ce commencement, même s'il est répété chaque année, voire au début de chaque journée, est toujours nouveauté. Tu n'es pas le Dieu d'un passé appris par cœur, tu es Notre Seigneur qui a besoin de nous pour te frayer un chemin et donner sens à l'aujourd'hui.

Une telle démarche n'est pas des plus faciles. Elle demande de retrouver en nous Ta Présence qui attend de se faire reconnaître par notre consentement à t'ouvrir le chemin.

Deuxième dimanche de l'Avent 2016 11.gif

b) Invitation faite par Jean Baptiste à nous renouveler :

Pour nous aider dans une telle mission à mener dans le désert de nos vies, ton cousin, Jean le Baptiseur, vient ouvrir le chemin. Il ne proclame pas une vie sans retenues, dans laquelle tes lois apparaitraient caduques. Fidèle serviteur, il invite chacun à nettoyer sa vie en se plongeant dans l'eau afin de s'y laver de toutes les souillures accumulées. Nos manières de vivre en nous passant des lois les plus élémentaires doivent être nettoyées. Le respect de soi-même et le respect des autres sont donc à retrouver, sachant que cette manière d'aimer est la seule façon de t'ouvrir un chemin pour nous laisser aimer Dieu.

C'est un véritable retournement qu'il nous faut opérer en nous mêlant à tous ceux et celles qui se rassemblent dans les eaux du Jourdain pour être baptisés en reconnaissant toutes les cibles manquées : jalousie et mensonges, faux jugements portés, condamnations prononcées, sans compter les nombreux cancans échangés au sujet de ceux et celles qui ne sont pas forcément de notre côté puisque nous considérons qu'ils sont d'un autre côté. La liste serait longue de nos infidélités, prétextant que la loi est faite pour les étrangers.

C'est une nouveauté que d'annoncer ton avènement en chacun de nous, c'est un commencement qu'il nous faut renouveler afin que ton histoire devienne notre histoire et ne pourrisse pas dans un passé révolu.

En suivant ton cousin qui rassemble les foules, en acceptant de nous plonger dans l'eau avec tous ceux que nous avons dénigrés sur les parvis de nos églises, nous ouvrons un chemin pour toi, Seigneur : Tu entres dans nos vies.

Deuxième dimanche de l'Avent 2016 4.jpg

c) Annonce de ta venue qui va tout chambouler si nous voulons bien t'accueillir :

Le chemin est ouvert, les collines abaissées, les retournements commencés dans la reconnaissance de nos cibles manquées.

Ton cousin, Jean le Baptiste, annonce ta venue par des paroles qu'il est bon de laisser résonner dans nos cœurs, tout en les relisant pour notre vie, au Souffle de l'Esprit.

Jean, au risque de voir les foules le quitter, annonce ta Présence sur nos chemins de vie, chemins débroussaillés de nos cibles manquées. Il déclare que ton pouvoir d'aimer est infiniment supérieur à tout ce qu'il a pu donner. Lui-même ne se sent pas digne, se considérant comme le plus petit des serviteurs, de se courber pour délier la courroie de tes sandales : Ce geste libérateur est celui que tout serviteur fait à l'égard de son maître. Jean ne se trouve pas digne d'oser ce geste qui honore celui qui le fait.

Toi, Jésus, tu reconnaîtras en lui le plus grand des serviteurs, celui qui a passé sa vie a initier les autres à ta Présence. Saurons-nous, comme Jean, nous écarter pour te laisser passer afin que d'autres aient la chance de se laisser rencontrer par toi ? Il faudrait pour cela que nous apprenions le "sacrement du frère", ce geste que tu fis en lavant les pieds de tes disciples, leur demandant de refaire ce geste afin de signifier ta présence fraternelle.

Et Jean, dans une dernière parole à ton sujet, déclare comme un témoignage attesté que s'il nous a baptisés dans l'eau pour nous purifier de nos cibles manquées, c'est pour que toi, Jésus, tu nous baptises dans l'Esprit Saint. Enfants de Dieu par notre naissance, nous pouvons désormais, si nous adhérons à ton Amour offert, devenir fils ou fille de Dieu par ce Nouveau Baptême.

L'Esprit Saint est un feu brûlant d'Amour qui ouvre en chacun le chemin de la rencontre avec Celui qui EST, qui ETAIT et qui VIENT.

Oui, cela vaut vraiment la peine de préparer le chemin du Seigneur.

Michel GUERRE le dimanche 10 décembre 2017

Deuxième dimanche de l'Avent 2016 7.jpg



09/12/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi