Espace pour mieux Chercher

RELECTURE ADRESSEE AUX SENIORS EN CE DIMANCHE DE LA SAINTE FAMILLE LE 31 DECEMBRE 2017

Evangile selon Saint Luc 2/22-40

Année B Fête de la Sainte Famille

Le dimanche 31 décembre 2017

 

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc
Luc 2, 22.39-40 (lecture brève)

"Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur. Lorsqu’ils eurent achevé tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui."

Sainte famille 20.jpg
                         

                       

 

Relecture de l'Evangile selon Saint Luc 2/22-40

Année B Fête de la Sainte Famille

Le dimanche 31 décembre 2017

 

Préalable,

Seigneur Jésus, en ce dimanche de la Sainte Famille, celle dans laquelle tu as grandi, nous savons bien que le sujet est brûlant pour aujourd'hui. Il n'est pas toujours facile de parler de la famille dans la société d'aujourd'hui.

A ta lumière, Seigneur, et sous ton regard plein de tendresse, nous emprunterons les trois chemins suivants :

- En Eglise, une famille pour tous.

- Ta famille, Jésus, une famille ouverte à tous.

- En famille, un Amour que nul ne peut dissoudre.

 

- En Eglise, une famille pour tous :

Seigneur Jésus, cette Eglise qui est fondée sur ta Pierre Angulaire, elle est bien ton Eglise, celle que tu as confiée à Pierre et aux Apôtres.

Cette Eglise, tu ne l'as jamais voulue fermée sur elle-même. Tu n'as cessé d'ouvrir tes bras à tous ceux et celles qui choisissaient de prendre le chemin de ces rassemblements autour de toi.

Tu as relevé la femme adultère, tu as demandé à boire à la Samaritaine qui avait plusieurs maris. C'était une étrangère, et tu lui as dévoilée la Source qui ne tarit jamais, celle d'un amour que personne ne peut détruire.

Seigneur Jésus, aujourd'hui, quand tu poses un regard sur ton Eglise, tu n'es pas sans remarquer son désir de ne jamais trahir ta Parole. Et pourtant, tu t'étonnes certainement de dissensions survenues au sein même de cette assemblée qui cherche son unité.

Il est juste et normal que des exigences soient données à ceux et celles qui ont fait une Alliance pour la vie, reflet de ton Alliance avec ton peuple. Cette Alliance, reconduite chaque fois qu'une blessure s'est ouverte, est une Alliance faite et refaite sans jugements portés sur les personnes.

En ton Eglise, qui se veut une famille pour tous, il y a des blessures, des couples séparés, des familles recomposées. Ces familles, dont nul ne connait les souffrances endurées, ont toutes leurs places au sein de ton Eglise. Il faudra bien, pour rejoindre ta manière d'aimer, que ton Eglise trouve des chemins qui permettent à ceux et celles qui le désirent de ne pas rester derrière la vitre à regarder ceux qui ont le droit de partager ton repas.

Ton Serviteur, le Pape François, -avec les cardinaux, les évêques et les chrétiens-, fait en sorte d'ouvrir des portes qui sont fermées depuis trop longtemps. L'Amour est indissoluble, même quand il a été durement déchiré, mais il y a parfois des liens qui deviennent impossibles pour ceux et celles dont l'Alliance est fondée en toi. Il faudra bien que l'on trouve un chemin qui donne de ton Eglise l'image d'une famille ouverte à tous.

Sainte famille 32.jpg

- Ta famille, Jésus, une famille ouverte à tous.

Seigneur Jésus, en regardant la manière dont tu as vécu en famille, nous pouvons y découvrir une véritable ouverture dans une exigence partagée, mais qui ne fut jamais fermée sur elle-même.

Marie, ta Mère, et Joseph, ton père sur cette terre, n'étaient pas fermés sur eux-mêmes, cherchant à te protéger de tout. Tes parents sont un modèle d'une Alliance fondée sur l'Amour de Dieu. Mais cette Alliance ne les a pas fermés sur eux-mêmes au point de te garder pour que tu ne te blesses pas au contact des autres.

Le jour où tu es parti pour aller dans le Temple afin d'y prendre la parole devant les docteurs de la loi, tes parents, comme tous les parents, se sont inquiétés de cette absence de trois jours qui déjà préfigurait une autre absence avant ton Relèvement.

Et tes parents t'ont retrouvé dans le temple, au milieu des docteurs de la loi qui étaient frappés de la justesse de tes propos.

A ta mère qui te fait part de son inquiétude et de celle de Joseph, tu ne crains pas de répondre avec étonnement : "Ne saviez-vous pas que je me dois aux affaires de mon Père ?". Il y a donc toujours plus important que la chose immédiate, il y a aussi le chemin que chacun, un jour ou l'autre, doit prendre afin d'aller au Plus Haut de Lui-même. En retournant chez toi, tu as déjà changé, adulte devenu, tu entres en dialogue avec tes parents. C'est ce que veut dire "soumis". La soumission n'a rien à voir avec la demande faite à l'enfant de se taire ; elle n'a rien à voir avec l'esclave qui doit tout à son maître. La "soumission", quand elle est bien traduite, est un dialogue qui permet à chacun de continuer à grandir.

Quand, entouré d'une foule, on te fait savoir que ta mère et tes frères sont dehors à t'attendre, tu regardes la foule et tu interroges pour savoir qui est ta mère, qui sont tes frères, sinon ceux et celles qui ont un vouloir d'amour qui prend sa source chez ton Père dont tu es le Fils bien-aimé.

Avec toi, Seigneur Jésus, la famille n'est pas fermée sur elle-même. Elle n'est pas protégée au point de ne jamais être blessée. Pour toi, Seigneur Jésus, la famille est ouverte largement et devient universelle. Personne n'est exclu, chacun peut s'y associer.

Quand on regarde ceux et celles chez qui tu as partagé tes repas, ceux et celles qui ont mis leurs pas dans les tiens, on ne peut qu'admirer l'ouverture qui est la tienne.

Sainte famille 31.jpg

- En famille, un Amour que nul ne peut dissoudre.

Comment sauver ces couples dont l'amour est indissoluble, mais dont le mariage a fait naufrage ? Il y a tant de personnes déplacées par la faim ou par la guerre, il y a tant de pauvres qui manquent de tout, il y a tant de couples qui avaient promis de ne jamais se séparer, que nous ne pouvons rester insensibles devant de telles souffrances ! La répression par des lois n'a jamais rien arrangé. Il nous faut trouver des chemins sur lesquels ces hommes malheureux, ces femmes souvent perdues, ces enfants ballotés d'un côté ou de l'autre, ne soient plus montrés du doigt et jugés d'une façon définitive.

Que faire pour sauver cet amour qui vient de Dieu Lui-même, y compris dans les situations de rupture. Il y a des moments où il devient impossible de tenir le serment que ces gens ont fait en toute vérité. L'amour qu'ils ont vécu est à jamais indissoluble, mais la promesse de fidélité est devenue impossible.

Au nom de qui, au nom de quoi, allons-nous les abîmer encore en les jugeant et en les condamnant ? Qui donc osera jeter la pierre en premier ?

Seigneur Jésus, si nous sommes vraiment rassemblés dans une Eglise ouverte et qui est une famille accueillante pour tous, le Souffle de ton Esprit, nous permettra d'innover sans trahir, mais de ne pas rejeter ceux et celles qui frappent à la porte depuis de si nombreuses années.

Nous pouvons terminer par cette belle prière de ton Serviteur, le Pape François :

« Jésus, Marie et Joseph en vous nous contemplons la splendeur de l’amour véritable, à vous nous nous adressons avec confiance. Sainte Famille de Nazareth, fais aussi de nos familles des lieux de communion et des cénacles de prière, des écoles authentiques de l’Évangile et des petites Églises domestiques. Sainte Famille de Nazareth, que jamais plus dans les familles on fasse l’expérience de la violence, de la fermeture et de la division : que quiconque a été blessé ou scandalisé connaisse rapidement consolation et guérison. Sainte Famille de Nazareth, que le prochain Synode des Évêques puisse réveiller en tous la conscience du caractère sacré et inviolable de la famille, sa beauté dans le projet de Dieu. Jésus, Marie et Joseph écoutez-nous, exaucez notre prière »

Pape, François
Sainte famille.jpg

Ouverture :

Ce caractère sacré et inviolable de la famille, seigneur Jésus, tu le connais. Il n'a pas d'autre socle que l'Amour vécu dans de bonnes conditions, celles que nous avons énoncées et qui ne sont pas toujours possibles.

Les Paroles de ton Serviteur, le Pape François, s'adressent à ta famille, et dans le même mouvement à toutes les familles. Ces paroles manifestent le désir que toutes les familles blessées ou scandalisées connaissent rapidement consolation et guérison.

Pourquoi ces mêmes paroles ne s'adresseraient-elles pas à l'Eglise, cette Eglise qui nous rassemble pour faire une famille dans laquelle les familles déchirées, séparées, recomposées trouveraient un chemin de consolation, de pardon et de guérison ?

C'est alors, Seigneur Jésus, que nous pourrons reconnaître le caractère sacré et inviolable de la famille, sa beauté dans l'éternel projet de Dieu. Ce projet n'est autre qu'un Amour indéfectible qui veut le bonheur de chacun, le relevant quand il est tombé.

Michel GUERRE le 31 décembre 2017

Sainte famille 14.jpg

 



30/12/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi