Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIORS EN CE 15 DEEMBRE 2015

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 21,28-32.

En ce temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens :

« Quel est votre avis ? Un homme avait deux fils. Il vint trouver le premier et lui dit : “Mon enfant, va travailler aujourd’hui à la vigne.”
Celui-ci répondit : “Je ne veux pas.” Mais ensuite, s’étant repenti, il y alla.
Puis le père alla trouver le second et lui parla de la même manière. Celui-ci répondit : “Oui, Seigneur !” et il n’y alla pas.

Lequel des deux a fait la volonté du père ? » Ils lui répondent : « Le premier. » Jésus leur dit : « Amen, je vous le déclare : les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu.
Car Jean le Baptiste est venu à vous sur le chemin de la justice, et vous n’avez pas cru à sa parole ; mais les publicains et les prostituées y ont cru. Tandis que vous, après avoir vu cela, vous ne vous êtes même pas repentis plus tard pour croire à sa parole. »

Parabole des deux fils 4.gif
                       

"Un NON qui permet de remonter la pente pendant que le OUI s'enferme dans ses certitudes"

 

Jésus, cette Parabole ne s'adresse pas seulement à ce qui en nous est du savoir et de la connaissance. Elle ne s'adresse pas uniquement aux pratiquants de la Loi dont nous pouvons être les garants.

La parabole que tu nous délivres aujourd'hui contient ce que nous sommes en vérité dans notre vie.

Il arrive que le NON, que nous prononçons en écoutant ton appel, souvent formulé par la demande des autres, soit un chemin pour nous reprendre et remonter la pente.

Selon les jours, ton appel à nous greffer sur la souche de ta vigne afin de faire avancer ce Règne de relations, suscite un premier NON devant l'exigence portée. Cet appel peut-être tout intérieur, et sans intermédiaires, mais notre NON est donné d'une manière claire. Peut-être n'es-tu pas mécontent de cette franchise qui cache une autre façon de nous reprendre. Il n'y a pas d'hypocrisie dans ce NON prononcé et il est prometteur d'une pente à remonter. Après un temps de réflexion ou de prière, nous sommes prêts à revenir pour manifester notre OUI et travailler à établir ton Règne de relations.

Il arrive que les autres ne soient pas étrangers à cet Appel, et là aussi, notre NON premier revient sur ses pas pour répondre OUI à ceux qui font appel pour une main tendue, pour un cadeau d'amour.

Ce NON, prononcé en premier, et qui se transforme en OUI, est la part de nous-mêmes qui, bien souvent, est le reflet de nos cibles manquées.

Mais il y a aussi en nous ce OUI prononcé à la va-vite et qui nous enferme dans nos certitudes, celles qui nous permettent d'être tranquilles et de ne pas bouger pour nous greffer sur la souche de la vigne qui a besoin de sarments pour établir ton Règne de relations. Il nous arrive de prononcer ce OUI dans notre prière, et de ne plus rien faire pour le confirmer. Nous sommes bien tranquilles avec nous-mêmes et ne voulons pas être dérangés. Quand les autres nous appellent, nous nous empressons de répondre : "OUI, on verra cela plus tard, dès que le temps le permettra", sachant que nous ne ferons rien pour faire un pas afin de nous ouvrir à d'autres relations. Cette partie de nous-mêmes est bien propre aux yeux du monde. Elle se veut gardienne d'une Loi qui enferme chaudement et ne dérange pas.

Jésus, apprends-nous ce NON qui permet de remonter la pente et de nous greffer sur toi pour établir un "OUI" de relations.

Permets-nous d'éviter ce "OUI" qui nous enferme dans nos certitudes et nous empêche de faire un pas vers Toi et vers les autres.

Michel GUERRE le 15 décembre 2015

Parabole des deux fils 3.jpg



15/12/2015
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser