Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX SENIORS EN CE 23 JUILLET 2018

MON BILLET DE CE JOUR EN CE 23 JUILLET 2018

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 3,31-35.

En ce temps-là, comme Jésus était dans une maison, arrivent sa mère et ses frères. Restant au-dehors, ils le font appeler.

Une foule était assise autour de lui ; et on lui dit : « Voici que ta mère et tes frères sont là dehors : ils te cherchent. »

Mais il leur répond : « Qui est ma mère ? Qui sont mes frères ? »

Et parcourant du regard ceux qui étaient assis en cercle autour de lui, il dit : « Voici ma mère et mes frères.

Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. »

 La famille de Jésus 13.jpg

"Faire la volonté de Dieu chaque jour de sa vie, c'est se mettre en chemin en choisissant d'aimer"                       

Introduction :

Seigneur Jésus, il y a deux jours seulement, c'est ton évangéliste Saint Matthieu qui nous invitait à choisir l'universelle famille. Ce choix, qui dépasse les liens du sang, semblait être vécu par tes compagnons les plus proches.

Aujourd'hui, ton évangéliste Saint Marc, en reprenant ton invitation à faire la volonté de Dieu, semble élargir cette même possibilité à tous ces anonymes qui sont assis autour de toi.

St Matthieu parlait de "faire la volonté du Père", St Marc choisit l'expression de"faire la volonté de Dieu".

St Matthieu désignait ta garde rapprochée en désignant tes disciples, St Marc élargit la démarche en désignant ces anonymes assis autour de toi.

 

La véritable intention :

Elle est sans doute la même chez tes deux évangélistes. Mais l'expérience de chacun, dans les premières communautés, ne résonne pas de la même façon. Pour s'en convaincre, il faudrait relire avec attention le billet du jour rédigé à partir de ton évangéliste st Matthieu sur "la famille humaine" qui dépasse infiniment les liens du sang. (Se reporter au billet du jour du 21 juillet 2015.)

Ton évangéliste St Marc est le plus proche de toi dans le temps écoulé. Son écrit, rédigé au contact d'une première communauté, date des années 60. Nous avons déjà noté les différences marquées.

Nous ne pouvons échapper à deux questions : "Qui donc est appelé à faire la volonté de Dieu ?"  "Qu'est-ce que cela veut dire que "faire la volonté de Dieu ?"

 

1) Qui donc est appelé à faire la volonté de Dieu ?

Notons bien que St Marc ne nomme pas explicitement "ton Père". Il élargit l'intention en parlant de la volonté de Dieu. Cette expression est donc ouverte à tous : Chrétiens, juifs et musulmans s'y retrouvent dans des langages différents.

Pour certains, l'intention est d'apprendre à aimer ; pour d'autres, l'insistance se tourne davantage sur la fidélité ; sans oublier le sens d'une certaine obéissance, parfois d'une fatalité.

Mais il faut dépasser les croyants, et savoir que chacun est appelé à faire la volonté de Dieu. Ce domaine n'est donc pas réservé, il est ouvert à tous.

 

2) "Qu'est-ce que cela veut dire que "faire la volonté de Dieu ?"

"Faire la volonté de Dieu chaque jour de sa vie, c'est se mettre en chemin en choisissant d'aimer"

Quel que soit le sens donné dans l'expression : "Faire la volonté de Dieu", Seigneur Jésus, tu nous indiques un incontournable chemin : Choisir d'aimer en faisant de l'autre une mère, une sœur ou un frère.

 

3) Relisons maintenant le texte de Saint Marc :

Tu demeures au cœur de ceux et celles qui t'ouvrent la porte et te laissent entrer, toi qui prends ton repas avec eux, et eux avec toi.

Ta présence transforme cet espace de relations : une famille est là qui ne se limite pas aux plus proches. Elle rassemble en effet les frères et les sœurs, les cousins et couines, les serviteurs et les servantes, les animaux aussi. Personne n'est exclu de ce lieu de rencontres. Tu aimes ces relations qui permettent à chacun de s'ouvrir sur l'autre, de l'accueillir sans le juger sur les différences rencontrées. Tu écoutes longuement et ne prends la parole qu'après avoir prié.

Et voilà que ta mère et tes frères, les plus proches de toi, viennent à ta rencontre, mais la demeure est pleine ; ils te font demander : "Ta mère et tes frères sont là dehors, qui te cherchent."

Et c'est dans ton habitude de ne pas donner suite afin de laisser à chacun le temps si nécessaire à la maturation : prendre de la distance pour mieux rejoindre l'autre ! ET c'est ainsi que ta réponse devient une surprenante question : "Qui es ma mère ? Qui sont mes frères ?" Un long silence s'installe et ton regard se pose avec une infinie tendresse sur ceux et celles qui sont assis en cercle autour de toi. Ce cercle est bien le signe d'un Amour exprimé, celui de Dieu que tu dévoiles en disant : "Voici ma mère et mes frères. Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, ma mère."

Comment ne pas être surpris par une telle réponse qui dépasse le groupe restreint de la famille proche pour l'élargir au cercle d'une famille agrandie ?

Se relier d'Amour à Celui qui est source, pour apprendre à aimer comme il aime lui-même, telle est la réponse qui nous est proposée.

Il n'y a pas négation de la famille originelle, il y a simplement cet appel à ne pas refermer le cercle de famille, à l'ouvrir largement dans un Amour reçu, un Amour échangé.

Michel GUERRE le lundi 23 juillet 2018

La paille et la poutre 2016 3.jpg



23/07/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser