Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX SENIORS EN CE 25 NOVEMBRE 2017

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc (20, 27-40)

Des sadducéens – ceux qui prétendent qu’il n’y a pas de résurrection – vinrent trouver Jésus, et ils l’interrogèrent : «Maître, Moïse nous a donné cette loi : Si un homme a un frère marié mais qui meurt sans enfant, qu’il épouse la veuve pour donner une descendance à son frère. Or, il y avait sept frères : le premier se maria et mourut sans enfant ; le deuxième, puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept : ils moururent sans laisser d’enfants. Finalement la femme mourut aussi. Eh bien, à la résurrection, cette femme, de qui sera-t-elle l’épouse, puisque les sept l’ont eue pour femme?»
Jésus répond : «Les enfants de ce monde se marient. Mais ceux qui ont été jugés dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection d’entre les morts ne se marient pas, car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont fils de Dieu, en étant héritiers de la résurrection. Quant à dire que les morts doivent ressusciter, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur : le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob. Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants ; tous vivent en effet pour lui.»

Alors certains scribes prirent la parole pour dire: «Maître, tu as bien parlé.» Et ils n’osaient plus l’interroger sur quoi que ce soit.

 Résurrection 12.jpg
                     

Nous relisons la Parole de Dieu à la lumière de notre vie.

Seigneur Jésus, notre tentation est grande de nous ranger du côté des Sadducéens et leur refus de la résurrection. Malgré des années de catéchisme et de catéchèse, sans parler des études de théologie, nous ne savons rien de l'après, personne n'est revenu pour nous dire ce qu'il en est.

Chrétiens de souche, élevés dans ton Eglise qui décide de tout, nous sommes consommateurs et conservateurs au plan social et au plan religieux.

En conséquence, mais nous ne le disons pas, nous avons bien du mal à croire en une vie après la mort.

Au milieu de ce doute permanent, nous attendons une réponse de ta part, Seigneur Jésus, toi que l'on dit être le premier relevé d'entre les morts. Cette affirmation fait partie du fondement de notre foi, mais elle ne dit rien sur notre avenir et son comment.

Tu nous dis simplement que la vie dans le monde à venir est différente de l'existence que nous connaissons. Mais tu ne dis rien de plus sur le "comment" de cet "après".

Tu vas plus loin dans ton affirmation en t'appuyant sur un passage du Livre de l'Exode. La Parole de ton Père dans le buisson ardent rappelle à Moïse son Alliance avec les trois patriarches, tes ancêtres, Seigneur Jésus.

Une alliance ne peut se faire qu'entre deux personnes vivantes, et non pas entre un être vivant et un mort.

Ton Père ne dit pas : "J'étais le Dieu d'Abraham…" mais "JE SUIS".

Oui, Seigneur Jésus, cela nous le croyons par ta Résurrection. Ton Père et toi, vous nous aimez d'un amour éternel, car vous êtes le Dieu des vivants et non le Dieu des morts.

Alors, qu'importe le "comment" de "l'après". Il nous suffit de croire que nous ne mourrons jamais puisque nous sommes aimés de toute éternité.

Michel GUERRE le 25 novembre 2017.

Résurrection 13.jpg



25/11/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi