Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX SENIORS EN CE 28 AOUT 2018

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX JUNIORS ET AUX SENIORS EN CE 28 AOUT 2018

Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 23,23-26.

En ce temps-là, Jésus disait : Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous payez la dîme sur la menthe, le fenouil et le cumin, mais vous avez négligé ce qui est le plus important dans la Loi : la justice, la miséricorde et la fidélité. Voilà ce qu’il fallait pratiquer sans négliger le reste.

Guides aveugles ! Vous filtrez le moucheron, et vous avalez le chameau !

Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous purifiez l’extérieur de la coupe et de l’assiette, mais l’intérieur est rempli de cupidité et d’intempérance !

Pharisien aveugle, purifie d’abord l’intérieur de la coupe, afin que l’extérieur aussi devienne pur.

Jésus et la Parole de Dieu 1.jpg
 

                     

"Une remontrance ne fait pas de mal quand elle dénonce les faits et ne condamne pas les personnes"

 

Seigneur Jésus, l'écoute de ta Parole, dans le suivi de ces jours, est un appel à un "relèvement".

Nous "tombons dans le malheur" quand, à la manière de ceux qui rappellent la loi, nous confondons le secondaire et l'Essentiel. La route ne fait pas la personne, c'est la personne qui marche sur la route à suivre.

En prenant le chemin, sans y mettre la vie, nous risquons bien de mourir, et donc de ne plus vivre.

L'essentiel, sans pour autant quitter la route qui devient notre guide, est de mettre en pratique la justice, la miséricorde et la fidélité.

1- Nous ajuster pour comprendre les autres en pratiquant la justice, ce qui ne veut pas dire qu'il faut leur donner raison. Mais le principe d'écoute est une démarche essentielle si nous voulons entendre et tenter de comprendre. Trop souvent, nous donnons des conseils sans prêter une oreille attentive à ce que l'autre avait à nous dire. Il ne s'agit pas de lui demander d'épouser notre point de vue, mais simplement d'écouter son cri.

La justice est une manière de nous ajuster à ton Amour donné, c'est aussi de nous ajuster en découvrant ce même amour chez les autres. Et cela, sans forfanterie ni convoitise, mais en nous réjouissant d'un Amour qui est donné à tous.

 2- La Miséricorde est plus qu'un mot dans tes interventions. Elle résonne à tous les carrefours de ta Bonne Nouvelle. Tu n'aimes pas les sacrifices mais la miséricorde, cette manière que tu pratiques si souvent dans la rencontre des autres. Ce que tu nous demandes n'a rien à voir avec une prise en pitié ; mais c'est une façon de s'encorder à la misère de l'autre afin qu'en tirant sur la corde qui enlace son cœur, nous l'aidions à remonter la pente.

Il n'est pas facile de nous encorder le cœur à la misère de l'autre afin de l'aimer alors qu'il n'est pas forcément aimable. Nous tenterons de comprendre les raisons qui l'empêchent d'aimer. Elles sont souvent plus compliquées qu'il n'apparaît. Il suffit de regarder en nous pour en saisir toute la portée. Il y a bien des jours où ne nous sommes pas aimables à cause de soucis que nous avons du mal à supporter. En prenant nous-mêmes conscience de nos défaillances, nous verrons mieux comment être avec celui ou celle qui nous agace et ne pas blesser la personne par des jugements qui faussent toute la musique que nous devons écrire avec le cœur.

Comme dans une flute de pan, si nous voulons faire résonner la musique au cœur des autres, il convient de rechercher le "Souffle" qui permet de nous mettre en accord avec chacun en utilisant chaque embouchure, une manière de nous encorder le cœur à la note de chacun. C'est alors seulement que la musique devient belle.

 3- La fidélité, elle est indispensable à ton égard et à l'égard des autres. Il est relativement facile d'être fidèle quand aucune cassure ne vient troubler la vie. Mais quand la sécheresse du cœur empêche de converser avec toi, quand cette même froideur se fait sentir à l'égard de ceux qu'on aime, c'est alors qu'intervient la vraie fidélité. Parfois vécue dans le silence, elle ne casse jamais la relation. Elle s'efforce alors d'écouter plutôt que de parler. Le fil n'est pas rompu, même si l'autre paraît l'avoir brisé.  La fidélité est acte de confiance qui fait que nous restons proches aussi bien dans la nuit que dans la clarté d'un nouveau jour qui s'éveille et nous sort de nos aveuglements.

Cette démarche est sans doute la plus difficile à mettre en pratique. La confiance donnée ne trouve tout son sens que si elle n'est pas retirée à la moindre difficulté, au léger accrochage qui fait tout basculer. Tu nous demandes une confiance sans faille, celle que tu nous fais en nous aimant tels que nous sommes.

 "Nous tombons dans le malheur" quand nous sommes bien propres extérieurement, alors que l'intérieur est jaloux de ceux et celles qui nous paraissent mieux comblés.

"Nous tombons dans le malheur" quand nous ne savons plus nous contrôler dans nos désirs de l'autre, dans nos désirs des choses.

Gardons-nous de purifier l'extérieur pour garder bonne apparence, sans purifier le cœur qui commence à sentir le rance. La rancœur ne sent pas bon, même quand elle est recouverte des plus beaux vêtements.

Jésus, comment pourrons-nous vraiment t'aimer si nous passons notre temps à condamner les autres parce qu'ils sont différents ?

Apprends-nous à aimer les personnes, sans cautionner tous les comportements.

Et c'est alors que tu nous invites à bien nous relever en lavant nos souillures à l'intérieur de nous-mêmes par une confession de foi, recevant ton pardon qui nous rend transparents des pieds à la tête. Car rien ne peut résister à ton Amour qui est donné par-dessus tout, si à notre tour nous le donnons par-dessus tout à toi, aux autres et à nous-mêmes.

Michel GUERRE Le 28 août 2018



28/08/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi