Espace pour mieux Chercher

RELECTURE ADRESSEE AUX SENIORS EN CE QUATRIEME DIMANCHE DE L'AVENT 2017

4e dimanche de l’Avent.

Année B.

Dimanche 24 décembre 2017

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc. 1, 26-38

 

L’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L'ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »

A cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.

L'ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n'aura pas de fin. »

Marie dit à l'ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis

vierge ? » L'ange lui répondit : « L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c'est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu.

Et voici qu'Élisabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, alors qu'on l'appelait : 'la femme stérile'. Car rien n'est impossible à Dieu.»

Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Quatrième dimanche de l'Avent 15.gif
                       

4e dimanche de l’Avent.

Année B.

Dimanche 24 décembre 2017

Relecture de l'Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc. 1, 26-38

 

PREALABLE :

Cette page d'Evangile nous est bien connue, et pourtant nous la pensons dans un imaginaire sans référence à une réalité.

C'est pourquoi, dans cette relecture, nous reprendrons trois points qui nous concernent :

- Le refus systématique de ce qui paraît improbable.

- L'Accueil de l'infinie grandeur de l'acte de confiance.

- L'Accueil en vérité de l'histoire de Dieu en notre histoire.

 

"L'Annonce faite à Marie est aussi une Annonce pour nous"

 

- Le refus systématique de ce qui paraît improbable.

Seigneur Jésus, il nous arrive de refuser ce récit de l'Annonciation faite à ta Mère, prétextant que c'est une pure invention pour signifier que rien n'est impossible à Dieu.

Mais au nom de quoi et de qui voudrions-nous des preuves intangibles d'une adresse donnée à ta Mère, Marie ? Car Marie est son NOM, et c'est bien elle qui est ainsi visitée par un messager porteur de la force de Dieu. Mais nous sommes de fortes têtes et refusons souvent ce qui paraît irréel pour une tête bien faite.

Nous prenant pour des hommes de science, il ne nous paraît pas raisonnable qu'une vierge puisse enfanter.

Tout en restant sur notre recherche scientifique, nous balayons toute part de mystère à une réalité que nous n'aurons jamais finie de comprendre.

Cette démarche est un gâchis de La Parole que nous voudrions voir ancrée dans nos certitudes bien établies. Nous ne faisons même pas l'effort de relier cette annonce à celle de ta Résurrection.

C'est bien à ta Mère, Marie, que cette annonce est faite, une femme bénie entre les femmes. Et c'est encore aux femmes que Ton "Relèvement" sera aussi annoncé.

Cessons donc de lire les Ecritures comme des récits de l'histoire, car l'Annonce faite à Marie est aussi notre histoire. Nous découvrirons alors que la Parole annoncée, fécondée par l'Esprit, est la même Parole qu'il nous est donné d'entendre dans le prénom qui nous a été remis par des anges, ces messagers que furent nos parents.

Allons-nous refuser d'entendre que nous sommes aimés, comme Marie, d'une manière unique ? Au nom de cette science, source de tous les "savoir", fermerons-nous encore notre porte à ton Père qui nous aime depuis toujours et pour toujours ?

Les textes de l'Ecriture ne sont pas une histoire que l'on raconte aux enfants pour qu'ils ferment les yeux et s'endorment profondément. Les textes de l'Ecriture sont aussi notre histoire et nous disent ta venue aujourd'hui.

Quatrième dimanche de l'Avent 2015 14.jpg

- L'Accueil de l'infinie grandeur de l'acte de confiance.

Seigneur, en regardant Marie, nous comprenons bien que sa démarche est celle de quelqu'un qui demande à comprendre cette salutation qui est invitation à enfanter et mettre au monde cet enfant qui dévoilera Dieu et qui portera en toi le prénom de Jésus.

Marie, ta Mère, est totalement bouleversée par une telle annonce et elle le fait savoir en demandant le sens de cette salutation. Le messager de Dieu la rassure en l'apaisant par cette inoubliable parole : "Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus."

Il a bien fallu que Marie fasse ses preuves pour être transparente et trouver grâce auprès de Dieu. Ce choix gratuit n'est donc pas le fruit du hasard, c'est un don qui correspond à une attitude de vie.

En accueillant cela dans l'infinie confiance, il n'est pas incongru d'évoquer notre propre naissance qui, par le vouloir de nos parents, rejoint le "vouloir d'amour" de ton Père à l'égard de chacun. Car chacun de nous est unique aux yeux de Dieu. Et c'est avec fierté que nous pouvons porter le prénom qui nous fut donné. Comme toi, Jésus, nous venons du "Très-Haut". Enfants de Dieu, nous pouvons devenir fils ou fille de Dieu dans un véritable acte d'adhésion et de confiance donnée.

Marie a besoin de savoir comment cet "impossible" se produira. En cela, elle remet à leur place les savants qui veulent tout savoir, car elle aussi attend une réponse.

Chacun de nous, dans un appel reçu, éprouve ce désir de savoir par avance comment cela va donc se faire. Légitime question posée quand il s'agit de répondre par une vie donnée.

Dans le cas de Marie, comme en chacun d'entre nous, c'est la démarche de confiance qui nous donne la clé pour dire ce "oui", signature de notre vie. Ce "oui" va habiller le cœur de "Marie la transparente" avant même qu'il ne soit clairement prononcé. Car c'est au long de sa vie que Marie va découvrir où l'emmène ce "OUI". Elle ne sait pas tout d'avance, mais elle ne reprendra jamais son premier "OUI" déjà donné.

En répondant à l'appel d'un service à exercer tout au long de notre vie, nous ne savons pas tout du chemin emprunté. Seule, la démarche d'une confiance inaltérable, nous permet de continuer à avancer.

Ce chemin est celui de Marie, il est aussi le nôtre. Et quand nous faiblissons, tournons-nous vers Marie car son histoire avec Dieu est aussi notre histoire, comme ce fut ton histoire, à toi, Seigneur Jésus !

Quatrième dimanche de l'Avent 21.jpg
 

- L'Accueil en vérité de l'histoire de Dieu en notre histoire.

Seigneur Jésus, La réponse de l'ange à la question posée par Marie fait de sa propre histoire ton histoire parmi les hommes : "L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c'est pourquoi celui qui va naitre sera saint, il sera appelé Fils de Dieu."

Magnifique parole qui ne peut convenir à ceux et celles qui veulent tout savoir. Mais Parole de l'Amour même de Dieu qui va prendre Marie sous son ombre, comme une Mère prend ses poussins sous ses ailes. Et Marie comprend bien que rien n'est impossible à Dieu. Elle donnera naissance à celui qui s'appellera "FILS DE DIEU", toi, Seigneur Jésus, Parole même de Dieu enfantée par Marie.

Sa cousine Elisabeth, celle qu'on appelait "la femme stérile" a conçu, elle aussi, dans sa vieillesse.

Et nous voici, une nouvelle fois, interpellés dans l'histoire de Dieu avec les hommes, car cette histoire devient notre propre histoire.

Quand nous ne savons plus comment délivrer la Parole, Seigneur, nous sommes, à notre tour, recouverts de l'ombre de l'Esprit qui nous signifie ton amour. Et devant ce qui nous paraissait impossible, s'ouvre alors un chemin que nous ne connaissions pas et qui rend sa valeur au possible. Ce chemin est celui de la confiance engagée dans la nuit. Mais le "OUI" que nous avons donné est semé sur la route, comme des cailloux blancs, pour nous aider à marcher, car rien n'est impossible à Dieu.

Seigneur Jésus, c'est alors que ta Mère, Marie, dit cette parole qui va traverser toute l'histoire humaine : "Je suis la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole". Parole en or qui signifie que le "OUI" de ta Mère est un "oui " de service. Il ne s'agit pas d'une esclave qui se plierait à la volonté puissante d'un tyran. Il s'agit, bien au contraire, d'un "OUI" qui exprime un dialogue pour servir chaque jour et faire grandir la "PAROLE ENFANTEE".

A l'exemple de Marie, nous pouvons renaître à ce "OUI" prononcé un jour pour un service à accomplir. Ce "OUI" devient celui de chaque jour et dévoile en nous une Parole qui s'enfante afin, dans un dialogue, de mieux la partager.

Marie, nous te disons "merci" pour ce "OUI" qui entraine notre "OUI" en étant serviteurs de la Parole qui nous ouvre un vrai chemin d'amour.

Seigneur Jésus, vivante Parole de Dieu, nous ouvrons notre cœur pour t'enfanter à nouveau au monde d'aujourd'hui et chanter avec Marie :

 

Je suis la servante du Seigneur

1- Un jour Marie entendit dans son cœur La Parole de Dieu Qui lui demandait d’être la Mère du Sauveur. Marie n’a pas compris, mais elle a dit.

 

Je suis la servante du Seigneur ! Qu’il me soit fait selon sa Parole !

Je suis la servante du Seigneur ! Qu’il me soit fait selon sa Parole !

 

2- Alors Marie a porté son bonheur : Fils Unique de Dieu,

C’était son enfant, le plus grand secret de son cœur,  Elle ne savait pas tout, mais elle disait :

Je suis la servante du Seigneur ! Qu’il me soit fait selon sa Parole !

Je suis la servante du Seigneur ! Qu’il me soit fait selon sa Parole !

 

3- Elle mit au monde son enfant qu’elle aimait, Le visage de Dieu.

Elle s’émerveillait et ce grand cadeau l’étonnait, Elle ne savait pas tout, mais elle chantait. :

Je suis la servante du Seigneur ! Qu’il me soit fait selon sa Parole !

Je suis la servante du Seigneur ! Qu’il me soit fait selon sa Parole !

 

Michel GUERRE le 24 décembre 2017

Quatrième dimanche de l'Avent 19.jpg



24/12/2017
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser