Espace pour mieux Chercher

MON BILLET DE CE JOUR ADRESSE AUX SENIORS EN CE 4 DECEMBRE 2017

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 8,5-11

En ce temps-là, comme Jésus était entré à Capharnaüm, un centurion s’approcha de lui et le supplia : « Seigneur, mon serviteur est couché, à la maison, paralysé, et il souffre terriblement. »
Jésus lui dit : « Je vais aller moi-même le guérir. »
Le centurion reprit : « Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis seulement une parole et mon serviteur sera guéri.
Moi-même qui suis soumis à une autorité, j’ai des soldats sous mes ordres ; à l’un, je dis : “Va”, et il va ; à un autre : “Viens”, et il vient, et à mon esclave : “Fais ceci”, et il le fait. »
À ces mots, Jésus fut dans l’admiration et dit à ceux qui le suivaient : « Amen, je vous le déclare, chez personne en Israël, je n’ai trouvé une telle foi. Aussi je vous le dis : Beaucoup viendront de l’orient et de l’occident et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob au festin du royaume des Cieux.

   Jésus et le centurion 10.jpg
                   

Relecture de la parole de Dieu à la lumière de nos vies.

Seigneur Jésus, ce qui t'étonne et fait notre admiration chez chacun d'entre nous, c'est l'humble demande d'une personne. Comme ce centurion, il arrive que nous connaissions quelqu'un qui crie sa peine car il a besoin d'être aidé. Pour cela, nous tendons la main vers un autre qui nous dévoile ta présence, Seigneur Jésus. Nous nous tenons à la dernière place, celle que tu préfères, et nous confessons notre petitesse devant toi en disant cette parole que ton Eglise met sur nos lèvres au moment où faisant corps avec nous, nous faisons corps avec toi qui vient demeurer en nous : "Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une parole, et je suis guéri." Il y a une autre attitude qu'il nous faut avoir, c'est la confiance illimitée que nous te devons, identique à celle du centurion qui pressent qu'un lien personnel existe déjà entre toi, Jésus, et lui-même. Il est bon de savoir si nous avons-nous-mêmes cette infinie confiance, signe d'un lien personnel avec toi, et donc avec les autres. Si nous croyons en toi, convaincus que tu peux guérir un frère ou un ami, c'est qu'il y a une amitié qui se tisse entre toi, Jésus, et nous. Mais sommes-nous vraiment persuadés de la force qui habite ta parole, Seigneur Jésus, celle que nous avons déjà énoncée :"Dis seulement une Parole et je suis guéri, mon frère est guéri, tous ceux et celles qui font corps avec toi sont guéris." Dire cela, c'est déjà faire preuve d'un abandon de nous-mêmes, dans un dialogue qui ouvre sur la confiance. Oui, Seigneur Jésus, dis seulement une parole et nous sommes guéris.

 Michel GUERRE le 4 décembre 2017.

Guérison du fils d'un centurion 1.png



04/12/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi